advertisement
Français

Un nouveau documentaire met en lumière l'histoire de la vie nocturne queer au Canada

Venus Envy , présenté en première cette semaine au festival Image+Nation de Montréal, raconte l'histoire d'un collectif d'art multimédia queer, House of Venus, qui a laissé sa marque sur la musique et l'art à travers le pays.

​Gisèle Lullaby at the Premiere of Venus Envy

Gisèle Lullaby à la première de Venus Envy

Andrew Miller / Photographie impressionnante

Venus Envy met en lumière le collectif queer House of Venus, pionnier de la vie nocturne canadienne qui a construit des scènes pour les étrangers à travers le pays.

Réalisé par Michael Venus, fondateur de House of Venus — également connu sous le nom de son alter ego, Venus Girl Cotton — le documentaire (disponible ici) raconte comment le collectif est passé de quelques amis à Windsor à une force majeure de la vie nocturne et des médias canadiens à la fin des années 1990 et au début des années 2000, englobant les défilés de mode, les sorties d'albums et le propre spectacle de sketchs du collectif.


advertisement

Venus Envy a été présentée en première cette semaine au festival de films queer Image+Nation de Montréal — avec une soirée au Théâtre Impérial organisée par Gisèle Lullaby, gagnante de la Drag Race canadienne — et se rendra ensuite à Vancouver pour une projection au Théâtre Rio le 25 février. Venus elle-même regorge d'images d'archives: soirées club, spectacles de dragsters, défilés de mode, courts métrages Super 8 et de nombreux casques du Wiggle Festival annuel de House of Venus, qui célèbre l'art portable.

«Nous avons presque tout documenté, dès le tout début, au début des années 1990», explique Venus. «De toute évidence, nous n'avions pas de documentation pour toutes les parties – ce qui est probablement une bonne chose pour être honnête», rit Venus.

Venus Envy_traileryoutu.be

Le collectif est né du besoin d’un espace créatif et queer dans la ville frontalière de Windsor. «Nous nous ennuyions à la ferme», explique Venus dans les premières minutes du documentaire, expliquant pourquoi il a commencé à se produire sur scène lorsqu'il était enfant dans cette région rurale de l'Ontario. Venus et son cofondateur Greg George ont commencé à coudre leurs propres tenues et à organiser des événements à Windsor lorsque Venus était adolescent. Ils ont vite décidé qu'ils étaient prêts pour quelque chose de plus grand et, en 1995, le collectif a déménagé à Vancouver où ils ont commencé à organiser des fêtes après les heures régulières.

advertisement

DJ Dickey Doo de House of Venus s'est concentré sur la musique dance underground, mettant en avant la house et d'autres genres plus récents de musique dance pour les fêtards. Le collectif s'est inspiré des expérimentations d'Andy Warhol et des scènes de clubs florissantes de New York et de Chicago, dans le but d'amener ces innovations au nord de la frontière.

«À Vancouver, nous avons créé une toute nouvelle scène», explique Venus. «À la sortie des années 1980 et de la pandémie du sida, c'était un espace sûr pour les gens», poursuit-il. «Il s'agissait d'apporter de la nouvelle musique, il s'agissait d'apporter de nouvelles idées, il s'agissait d'expression de genre, il s'agissait de liberté – permettre aux gens d'être ce qu'ils voulaient.» La scène House of Venus avait une vision différente de la drag que le style théâtral qui l'avait précédée, davantage axée sur la haute couture, l'art de la performance et la fluidité des genres.

Rapidement, House of Venus organisait des événements dans certains des clubs les plus populaires de la ville et faisait venir de grands noms de l'extérieur de la ville, comme le producteur de Chicago et collaborateur de Beyoncé Honey Dijon et le DJ berlinois et influenceur électroclash Larry Tee. «Michael Venus est une sorte de Kim Kardashian de House of Venus », raconte Tee à la caméra dans Venus Envy. «House of Venus était un moyen d'exposer le côté passionnant de la musique, de l'art et de la culture, poursuit Tee. C'était comme une petite boutique de folie spéciale au Canada.»

advertisement

À mesure que davantage d’argent arrivait à Vancouver dans les années 2000, la scène a changé. Michael Venus a finalement déménagé à Montréal, où il a occupé le poste de directeur général de la galerie et promoteur d'événements Never Apart. Never Apart a perpétué l'esprit de House of Venus consistant à mettre en valeur des artistes queer révolutionnaires - leur série Legend mettait en vedette des icônes comme la musicienne féministe canadienne Peaches ainsi que le pilier de John Waters, Mink Stole. Le documentaire se termine par des images des événements du 25e anniversaire du Wiggle Festival en 2019, mettant en vedette des performances à l'espace Never Apart et une collaboration avec le défilé de la fierté avec le Musée des beaux-arts de Montréal.

advertisement

Never Apart Legend Series: Mink Stole Performanceyoutu.be

Venus publie également un pressage limité de la bande originale du documentaire, comprenant une musique de Dickey Doo et de nouveaux et anciens enregistrements des membres de House of Venus. «Nous avons été impliqués dans tellement de types de musique différents au fil des décennies», explique Venus. «De l'electroclash, du goth, de la house music évidemment, de la techno et du disco, donc il y a un peu de tout sur cet album.»

Au-delà de toutes ces images d’archives, Venus Envy témoigne de l’ingéniosité et de l’influence des cultures queer underground. «Les gens ne considèrent pas vraiment le Canada comme une scène artistique avant-gardiste et avant-gardiste en soi, et je pense qu'il est important de savoir qu'il y avait cette scène underground», dit-il.

«Il y a toute une génération de personnes qui grandissent dans le désespoir, dans l'anxiété écologique et dans la peur d'être ce qu'elles sont à cause de la persécution. Il est donc important de montrer qu'un groupe d'enfants avait un rêve et qu'ils l'ont simplement réalisé.»

Venus Envy est disponible dans le cadre de la programmation en ligne d'Image+Nation jusqu'au dimanche 3 décembre.

advertisement

advertisement
​L'entrevue de Céline Dion par Jean-Philippe Dion
Prime Video

L'entrevue de Céline Dion par Jean-Philippe Dion

Français

Céline Dion s'adresse aux Québécois après un long silence: « mes fans méritent de savoir ce qui se passe »

L'artiste a accordé une entrevue exclusive, « Céline brise le silence », à TVA à l'occasion de la sortie du très attendu documentaire « Je suis : Céline Dion ». Voici les moments forts.

« Les Dion se font attendre, ou entendre... oh! quel jeu de mots! »

C'est une Céline Dion lumineuse et à l'humour intact qui a directement parlé aux Québécoises et aux Québécois dimanche soir, le 16 juin, après quatre années de silence radio dans les médias de la belle province, à travers son entrevue avec l'animateur de TVA Jean-Philippe Dion. « Elle est en forme! Je suis content de te retrouver comme ça » dit ce dernier à la vedette originaire de Charlemagne au succès international dès les premiers instants de Céline brise le silence.

continuer à éleverShow less
advertisement