advertisement
Français

L'industrie médiatique canadienne en difficulté ne peut pas être laissée aux forces du marché (chronique d'invité)

Des incitatifs gouvernementaux, et non des fonds spéculatifs, sont nécessaires pour trouver des solutions à long terme permettant de maintenir le journalisme en vie aujourd'hui au Canada. Cela nécessitera la volonté collective de la société dans son ensemble.

Il s'agit de la troisième d'une série de troischroniques invitées cherchant des réponses aux problèmes financiers qui tourmentent les agences de presse canadiennes.

Comment réparer le modèle économique des médias d’information? C’est la question à un million (milliard?) de dollars. Je pense que des modèles radicalement différents doivent être envisagés.


En voici une: une coopérative. Je ne connais pas grand-chose de l'expérience québécoise, mais un nouveau modèle coopératif appelé Les Coops ne semble avoir évité la faillite à un groupe de journaux influents. Je pense qu'ils sont toujours aux prises avec les mêmes problèmes que tous les médias, mais ils ne comptent plus sur Bell, Corus ou un fonds spéculatif de type Postmedia pour décider s'il vaut la peine de rester à flot.

advertisement

Je pense que la clé d’une solution à long terme doit être le gouvernement. Pensez un instant à ce que le gouvernement soutient actuellement: l’enseignement secondaire et universitaire. Hôpitaux. Routes. Bibliothèques. Infrastructure. Les gouvernements soutiennent les musées, les galeries d'art, les compagnies de théâtre, les opéras, le ballet et la culture canadienne en général, par l'intermédiaire du Conseil des arts du Canada et d'autres mécanismes.

Au sens large, ce sont des services essentiels. Le journalisme n'est-il pas un service essentiel?

Sans le soutien du gouvernement, il n’y aurait pas eu d’industrie musicale canadienne. Le Fonds canadien des périodiques maintient les magazines à flot. La réalité est que le Canada anglais est perché aux portes de la culture américaine et en est dépassé. À elle seule, la télévision canadienne a du mal à rivaliser avec les émissions américaines, que les Canadiens trouvent généralement mieux produites et plus regardables, parce que plus d'argent a été consacré à leur production.

Le Manitoba offre aux producteurs de films un énorme crédit d'impôt pour employer des techniciens, des scénaristes, etc., locaux. Devinez quoi? De nombreuses sociétés cinématographiques américaines viennent au Manitoba pour tourner des films parce qu'elles peuvent obtenir le crédit (et payer leurs employés en dollars canadiens). Le résultat net est que nous avons ici une industrie du long métrage et une base pour commencer à produire nos propres films.

advertisement

Tout cela pour dire: les gouvernements doivent investir radicalement dans le journalisme, d’une manière qui ne compromette pas l’intégrité journalistique. Que diriez-vous de subventions importantes aux organisations journalistiques qualifiées pour embaucher des journalistes? Des fonds de contrepartie (ou plus) pour chaque dollar collecté par les groupes de journalisme en démarrage. Des allégements fiscaux et des incitations importants pour toute personne employant des journalistes. Des allégements fiscaux importants pour toute personne faisant un don à une organisation journalistique qualifiée (vous en bénéficiez pour un don à un parti politique, alors pourquoi pas à une organisation journalistique?) Des définitions existent déjà pour ce qui constitue un groupe journalistique qualifié. Les gouvernements doivent également taxer de manière agressive des sociétés comme Facebook et d’autres géants des médias sociaux et rediriger cet argent vers le journalisme.

J'ai travaillé à CBC pendant plus de 30 ans, dont plusieurs à des postes de haute direction, et je n'ai jamais ressenti de pression pour présenter des reportages d'une manière favorable au gouvernement en place. Jamais. Notre travail d’enquête a souvent entraîné des embarras et des maux de tête pour le parti au pouvoir. Radio-Canada doit faire davantage pour maintenir une position strictement indépendante. Son président et son conseil d'administration ne devraient pas être nommés par le gouvernement en place. Une commission totalement indépendante doit être créée pour le gouverner, et le financement doit être retiré du mécanisme de détermination du budget annuel, un peu comme le modèle britannique d'octroi de licences à la télévision, mais avec des garanties intégrées d'indépendance et d'autonomie.

advertisement

Il y a de l'espoir, mais pas si l'industrie est livrée aux caprices des forces du marché. Nous voyons ce qui se passe lorsque c'est le cas.

Je pense que vous trouverez tout un tas de jeunes abonnés à The Narwhal, The National Observer, The Tyee, The Maple et à d'autres startups qui essaient de parler leur langue plus souvent. Mais c’est pourquoi nous devons inciter les gens à s’abonner. Les gens qui pensent que Facebook est «gratuit» se font des illusions. Facebook devrait être obligé de dédommager tous ceux dont il vend régulièrement les informations aux annonceurs pour générer des bénéfices pour eux.

Comment amener les gens à arrêter d’utiliser des voitures énergivores et à passer à l’électrique? Cela ne s'est pas encore produit au Canada, car les incitatifs sont dérisoires et les véhicules électriques sont trop chers. Considérez ce qu’a fait la Norvège, un énorme producteur de gaz. Des incitations fiscales massives, de sorte qu'en 2021, les deux tiers de toutes les ventes de véhicules neufs étaient électriques.

Les choses peuvent changer, mais il faut souvent l’action collective de la société dans son ensemble pour aller dans cette direction. Si on la laissait à GM, Ford et Toyota, nous conduirions des moteurs à essence pendant encore 100 ans.

Cecil Rosner est un journaliste d'investigation dont la carrière de reporter, producteur de télévision et responsable de l'information s'étend sur quatre décennies. Il a travaillé à la CBC pendant 31 ans et son dernier poste était celui de producteur exécutif de The Fifth Estate, l'émission phare de journalisme d'investigation de la CBC. Son livre le plus récent s'intitule Manipulating the Message: How Powerful Forces Shape the News(Dundurn Press).

advertisement
L'ancien Data Alchemist de Spotify attribue un genre à chaque chanson
Photo de Sumeet B sur Unsplash
Français

L'ancien Data Alchemist de Spotify attribue un genre à chaque chanson

Glenn McDonald, le architecte derrière des milliers de microgenres musicaux chez Every Noise At Once, a été mis à la porte suite aux récents licenciements de la société de streaming, mais il continue d'explorer les données pour partager ses idées sur la façon dont la diffusion en continu change la musique.

Spotify a terminé 2023 avec une mauvaise nouvelle: un licenciement d'environ 1 500 employés .

L'un de ces employés était Glenn McDonald, un responsable de l'un des sites les plus extraordinaires d'Internet, dont l'avenir est incertain. Vous ne connaissez peut-être pas son nom, mais si vous avez utilisé Spotify, vous connaissez son travail.

continuer à éleverShow less
advertisement