advertisement
Français

Dans Les Médias: L’état du quatrième pouvoir (chronique)

Alors que l’industrie de l’information est en difficulté, de nombreuses personnes cherchent des réponses, mais se posent surtout davantage de questions.

Dans Les Médias: L’état du quatrième pouvoir (chronique)
Photo d' Austin Distel sur Unsplash

CNN s'intéresse à la situation financière inquiétante des médias d'information dans notre société dans un article intitulé « Les médias s'effondrent alors que les annonceurs affluent vers les plateformes de médias sociaux. Cela a des implications majeures pour la société». C’est une évaluation qui donne à réfléchir, sans véritable point final suggérant qu’il existe un moyen de revenir en arrière.

Comme l'écrit Oliver Darcy, du réseau d'information par câble, dans cet article d'opinion: «En effet, une partie substantielle des dollars publicitaires qui soutenaient autrefois les jardins soigneusement entretenus des médias traditionnels ont migré vers un paysage infernal où règnent la plupart des divinités non réglementées de la Silicon Valley qui donnent la priorité aux profits et à la croissance plutôt qu’au bien public. En conséquence, les organes de presse qui travaillent sans relâche pour se comporter de manière responsable voient leurs modèles économiques s’effondrer et leur avenir compromis, tandis que des dirigeants comme Mark Zuckerberg vantent des bénéfices record.»


advertisement

Ici au Canada, le ministre fédéral de la Justice, Arif Virani, a annoncé les détails de la nouvelle législation du gouvernement sur les méfaits en ligne, le projet de loi C-63. Selon ses propres mots, le projet de loi «cible le pire de ce que nous voyons en ligne, les contenus qui victimisent sexuellement les enfants ou victimisent à nouveau les survivants, les contenus intimes partagés sans consentement, les contenus qui incitent à la violence, à l'extrémisme ou au terrorisme, ou fomentent la haine et les contenus utilisés pour intimider un enfant ou inciter un enfant à s'automutiler» et a souligné que le projet de loi «ne porte pas atteinte à la liberté d'expression». Les conservateurs ont rapidement critiqué le projet de loi C-63, le chef du parti Pierre Poilievre ridiculisant sévèrement ses intentions comme «faisant partie d'un "un agenda autoritaire" woke.»

advertisement

Entre-temps, Nathalie Théberge a été nommée comme nouvelle vice-présidente du CRTC à un moment important pour la commission. Elle doit rapidement être mise au courant des dossiers liés à la régulation des grandes plateformes de médias sociaux en ligne et des industries de la radiodiffusion.

À une période aussi charnière de l'histoire, où les médias réclament du changement et des règles du jeu équilibrées qui les opposent à des géants multinationaux de la technologie tels que Google et Meta, le nouvel employé doit bien connaître les nuances du paysage médiatique actuel. Ses références sont importantes, mais la radiodiffusion ne figure pas encore dans son dossier. Les références de Théberge, selon l'annonce du CRTC, sont les suivantes:

«Avant d'être nommée au CRTC, elle a été vice-présidente et directrice générale de la Commission du droit d'auteur du Canada, dirigeant ses travaux. Elle a également guidé le personnel tout au long de la première phase de la modernisation de la Commission.»

«Avant d'occuper ce poste, Mme Théberge a occupé plusieurs postes de direction au ministère du Patrimoine canadien. Elle a été en première ligne pour diriger les mesures liées à la culture et au droit d'auteur dans un certain nombre de négociations commerciales majeures, notamment le Partenariat transpacifique et les accords avec la Corée du Sud, le Japon et l'Union européenne. Elle a également dirigé l'élaboration de la Stratégie d'exportation créative du Canada.»

advertisement

«Au niveau international, Mme Théberge a dirigé le Réseau international sur les politiques culturelles et a représenté le Canada à titre de point de contact national pour la Convention de l'UNESCO de 2005 sur la diversité des expressions culturelles, poste qu'elle a occupé de 2010 à 2018.»

«Mme Théberge est titulaire d'une maîtrise en sciences politiques de l'Université de Montréal et est reconnue comme administratrice de sociétés certifiée.»

Un éditorial paru cette semaine dans le Globe and Mail, rédigé par Wendy Mesley, ancienne présentatrice de CBC News, est pertinent aux crises auxquelles sont confrontés les médias d’information et intitulé: « J’étais journaliste radio. Désormais, la télévision est le dernier endroit où je vais pour obtenir des informations. Il s'agit d'un aperçu bien structuré de la façon dont l'information est devenue une source omniprésente et fiable pour laquelle il faut souvent payer.

advertisement

A-t-elle des réponses? Malheureusement pas. L’article se termine ainsi: «Le journalisme audiovisuel est confronté à son bilan. Il est temps d'arrêter de se plaindre et de trouver comment y remédier. Et puis peut-être que je recommencerai à regarder.»

advertisement
Maluma, one of the headliners of Evenko's upcoming Fuego Fuego concert in Montreal.
Photo de courtoisie

Maluma, l'une des têtes d'affiche du prochain concert Fuego Fuego d'Evenko à Montréal.

Français

Alors que la musique latine se développe au Canada, Live Nation veut la diffuser à travers le pays

Ricky Taco, directeur de la musique latine au Canada chez Live Nation, discute de la croissance récente du genre et de la direction qu'il pourrait prendre par la suite.

Cette semaine, Live Nation a annoncé que la tournée Las Mujeres Ya No Lloran de Shakira arriverait au Canada en décembre. Ce ne sera que la troisième fois au cours de l'illustre carrière de 33 ans de la vedette colombienne que deux dates de tournée sont programmées au Canada, et sa première fois depuis 2018.

Au cours des six années qui se sont écoulées depuis qu'elle a joué pour la dernière fois devant un public canadien, la scène musicale latine du pays est devenue plus grande qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Il s'agit d'un marché élargi sur lequel Live Nation s'est concentré ces dernières années.

continuer à éleverShow less
advertisement