advertisement
Français

Dans les médias : La nécessité de préserver l'histoire de la radiodiffusion au Canada (Chronique d'opinion)

La Fondation du Musée canadien de la radiodiffusion lance son message aux politiciens : sans passé, il n'y a pas d'avenir !

Après 18 mois d'attente d'une réponse du CRTC, Kealy Wilkinson, directrice exécutive de la Fondation du Musée canadien de la radiodiffusion, s'est rendu compte que le régulateur de la radiodiffusion n'entendait pas son appel urgent à la reconnaissance et au financement pour préserver l'histoire de la radiodiffusion au Canada.

Le « musée », tel qu'il se présente aujourd'hui, est plutôt un site de stockage de quelque 65 000 bandes, vidéos, scripts et autres documents éphémères donnés ou récupérés d'un héritage de sociétés de radiodiffusion passées, présentes et disparues depuis longtemps, qu'un petit personnel bénévole a catalogué et préservé avec un budget restreint. Pour une raison quelconque, aucune entreprise ou individu n’a pris la décision de débourser une somme d’argent importante pour transformer un musée dans des boîtes de stockage en une archive préservée, numérisée et disponible en ligne.


advertisement

Comme l'explique le président bénévole de la Fondation, Doug Thompson, dans un message sur le site :

« L'histoire est tout autour de nous… toute notre vie – pas seulement dans les livres ou exposée dans les musées physiques. C'est ce refrain publicitaire d'A&W dont vous connaissez toujours tous les mots, même si cela fait 30 ans ou plus que vous ne l'avez pas entendu pour la dernière fois. C'est ce moment "a-ha" où le détective Murdoch de Murdoch Mysteries résout le crime, semaine après semaine. C'est le moment où votre disc-jockey local préféré (peut-être Red Robinson à Vancouver, Barry Boyd d'Edmonton, Duff Roman à Toronto, Dave Boxer de Montréal ou Frank Cameron à Halifax) mentionne votre nom à la radio et diffuse votre demande de chanson. C'est le premier ministre Pierre Trudeau qui disait "Regardez-moi" à la question d'un journaliste de la CBC lors de la crise du FLQ au Québec en 1970. C'est le cri légendaire de Foster Hewitt : "Il tire... il marque !" C'est la dernière aventure de Red Green avec du ruban adhésif. »

advertisement

« Nos souvenirs sont si précieux… et si personnels. Maintenant, imaginez toute cette histoire... tous ces souvenirs... jetés dans une benne à ordures, pourrissant comme la laitue d'hier, pour ne plus jamais être vus ou entendus. C'est ce que le Musée canadien de la radiodiffusion tente désespérément d'empêcher. »

En 2013, la Fondation du Musée canadien de la radiodiffusion a comparu devant le CRTC qui tenait alors une audience publique à Gatineau, au Québec, sur l'élaboration d'un cadre réglementaire concernant les contributions visant à soutenir le contenu canadien et autochtone.

Il a attendu et attendu une réponse. Le 4 juin, la Commission a pris la parole et a complètement ignoré la demande de financement du musée auprès d'acteurs internationaux comme Netflix, Amazon Prime et Disney+, qui sont désormais tenus de verser 5 % de leurs revenus aux industries culturelles du Canada.

Après l'absence de réponse, la Fondation du Musée s'est rendu compte que la manière canadienne de demander poliment ne fonctionnait pas. Il fallait donc utiliser une nouvelle voix, peut-être plus stridente. La Commission elle-même était préoccupée par son propre programme, ses progrès politiques, un désintérêt apparent pour les médias traditionnels et un désintérêt apparent pour la préservation de notre histoire.

advertisement

Une nouvelle approche était nécessaire. Pas tant un assaut frontal qu'un bang supersonique auquel les commissaires ne purent éviter de prêter attention. Et tout aussi important, un message que les politiciens seraient obligés de reconnaître et peut-être même de prendre en compte. Il en va de même pour la phalange des bureaucrates culturels nommés qui approuvent les initiatives de financement. Appelez cela une attaque à grande échelle présentée comme un cheval de Troie et astucieusement brodée pour ressembler à un sac à main en soie.

advertisement

Le 27 juin, le plan furtif a été lancé sous la forme d’un « article d’opinion » paru dans l’influent Hill Times.

Intitulé Préserver une ressource vitale : notre patrimoine audiovisuel, ce sous-titre a frappé comme un missile Stinger dans un contexte ambivalent : « Nous sommes la seule nation du monde développé qui n’a pas réussi à aborder de manière adéquate la préservation de notre patrimoine médiatique. »

Le message délivré était sans ambiguïté : une nation sans passé n’a pas d’avenir.

advertisement
Pochette de « 7 » de Nelly Furtado

Pochette de « 7 » de Nelly Furtado

Français

Taylor Swift et Nelly Furtado sont les plus populaires à la radio canadienne cette semaine

Le jeune auteur-compositeur-interprète canadien Max Parker est en tête des artistes indépendants les plus actifs avec sa chanson « Rush », tandis que ses compatriotes Owen Riegling et The Beaches passent également une bonne semaine à la radio.

Les morceaux suivants sont diffusés à la radio par le distributeur numérique Yangaroo au Canada et répartis en trois catégories. Les meilleurs téléchargements et les meilleurs téléchargements canadiens sont les morceaux les plus copiés au cours de la semaine se terminant le 19 juillet. La catégorie «Indépendants les plus actifs» inclut les téléchargements et les flux, avec le label affilié et la société de promotion radio entre parenthèses.

Principaux téléchargements:


continuer à éleverShow less
advertisement