advertisement
Français

Nécrologies: X-Ray MacRae, légende Horseshoe Tavern, Bob Erlendson, vétéran du jazz

Cette semaine, nous soulignons également le décès de l'ingénieur du son et collaborateur de Noah «40» Shebib Les Bateman, de la vedette de Woodstock Melanie, du hitmaker de studio Frank Farian et du promoteur de blues Dick Waterman.

X-Ray MacRae

X-Ray MacRae

Marty MacDougall

Les Bateman, musicien, ingénieur et technicien du son basé à Edmonton, est décédé le 22 janvier à l'âge de 74 ans.

La carrière musicale de Bateman a commencé dans le groupe de Saskatoon Witness Inc., formé en 1967 par le chanteur Kenny Shields et des amis du lycée, dont Bateman à l'orgue. CanadianBands.comrapporte que le groupe a joué sur le circuit des Prairies et enregistré un certain nombre de singles. Après plusieurs changements de composition, Shields et Bateman étaient les seuls membres originaux. Shields partit en 1970 et le groupe (incluant toujours Bateman) déménagea à Edmonton, mais se sépara en 1971. Shields reforma le groupe en 1975 (Bateman était absent), puis fonda Streetheart un an plus tard, obtenant un succès majeur.


advertisement

Au milieu des années 60, Bateman a également travaillé chez Harmony Kids avec Wire Amps, puis s'est lancé dans le travail de production, en tant qu'ingénieur de studio chez Century 11, un studio d'Edmonton cofondé par Tommy Banks à la fin de 1972.

Il a travaillé comme ingénieur du son sur SCTV , puis s'est connecté avec le producteur canadien à succès Noah «40» Shebib, connu pour son travail approfondi avec Drake.

Dans une interview accordée à Sound on Sound en 2012, Shebib a expliqué qu'il travaillait sur son ordinateur portable, celui-ci «ayant 12 Go de RAM, trois disques durs SSD, DVI/HDMI, etc. Il est fabriqué sur mesure par un monsieur appelé Les Bateman», surnommé Bates. Il avait une société qui s'appelait Music XPC, qui fut pendant longtemps le seul fabricant de PC certifié pour une utilisation avec Pro Tools. Quand je lui ai acheté cet ordinateur, il m'a coûté 6500 $, mais il faut savoir que c'est encore loin supérieur à n'importe quel Mac à 4 000 $ que vous pouvez acheter aujourd'hui, même s'il a un an et demi. Cette pièce d'équipement a été utilisée à bon escient dans la création de la chanson de Drake «Headlines».

advertisement

Le MusicXPC Professional, un système informatique conçu par Les Bateman pour les professionnels de l'audio, s'est avéré un succès.

Bob (Robert Arthur Glen) Erlendson, claviériste et compositeur de jazz né à Winnipeg, est décédé le 25 janvier à l'âge de 93 ans.

Dans une publication sur Facebook, l'auteur et autorité canadienne du jazz, Mark Miller, a noté que «dans la mesure où Erlendson a été retrouvé dans les annales du jazz au Canada, c'est en tant que personne qui a initié un jeune guitariste de Winnipeg, Lenny Breau, à la musique de Bill Evans, qui à son tour a façonné la conception unique de l'harmonie de Breau.»

«Mais Erlendson mérite bien plus qu'une simple renommée par association», poursuit Miller. «Il a eu une longue carrière à part entière, remontant au début des années 1950, et il a été "sur la scène" pendant des périodes de plus en plus courtes dans un certain nombre de villes canadiennes, principalement à Toronto et à Calgary. Si cela le rendait à la fois littéralement et au sens figuré, un compagnon musicien — jamais vraiment une vedette, mais le plus proche à Calgary — il a également laissé un réseau de relations personnelles précieuses, nouées une à une, qui s'étendent à travers le pays depuis l'ouest de Toronto.»

advertisement

Miller a inclus une entrée sur Erlendson dans son livre The Miller Companion To Jazz In Canada .

Erlendson quitte Winnipeg pour Toronto en 1954, puis part en tournée aux États-Unis avec Don (DT) Thompson pendant trois ans. Dans les années 1970, Erlendson étudie l'arrangement de jazz avec Gordon Delamont à Toronto et, après plusieurs années d'études, il remporte en 1976 le prix Eddie Karam du meilleur nouvel arrangement réalisé par les étudiants de Delamont.

advertisement

Le travail approfondi d'Erlendson avec Lenny Breau à Winipeg est exploré dans le livre One Long Tune , de Ron Forbes-Roberts, ainsi que dans The Genius Of Lenny Breau, le film documentaire de Breau par sa fille Emily Hughes.

Sa composition originale «Lullaby» a été publiée dans Guitar Player Magazine en 1983, et d'autres compositions d'Erlendson ont été enregistrées par des artistes canadiens de renom. «Lullaby» et «Ain't Nobody's Business» figuraient sur l'album Live from Calgary de Big Miller publié par Black Bear Records en 1982. «Winnipeg at Night» a été enregistré à Toronto par George Koller et Julie Michels pour leur album de 2011 Bass and Voice, et a également figuré sur l'album 2004 de Foothills Brass, Bourbon Street To Broadway , et a également été enregistré (avec le groupe Shirley Eikhard) en 1998 pour Bravo.

Il a travaillé avec Shirley Eikhard lors de sa transition de la pop au jazz, comme le montre son album Going Home de 1996. Il a également joué et enregistré avec le trompettiste Herbie Spanier.

Contactée par Billboard Canada, sa fille Jessica Erlendson a livré ces souvenirs: «Nous avons formé un partenariat lorsque j'ai emménagé avec lui à l'adolescence et nous avons commencé à écrire de la musique ensemble alors que j'avais seulement 18 ans. Il m'a fait rejoindre la SOCAN et nous avons continué à écrire de la musique ensemble jusque dans les années 1980. Nous avons traversé le Canada en voiture pour amener son piano avec lui et passer ses dernières années à Calgary.»

«Je pensais que nous aurions peut-être 5 ans, et à la place, nous avons eu une décennie de musique incroyable enregistrée, écrite, interprétée et partagée avec les mélomanes du monde entier. Il a vécu sous ma garde pendant près de 16 ans. Nous avons produit des albums de 4 octets et avons terminé plus de 60 arrangements d'octets disponibles pour les générations futures sur le site Web du CMC. Mon objectif était de récupérer ses graphiques tachés de café, écornés et désorganisés en un bel héritage artistique; avec l'aide de mon mari Martyn van Remmen et de notre ingénieur associé Brian Campbell, nous l'avons fait!»

advertisement

Dans un hommage sur Facebook, George Koller a noté que «d'autres seront écrits sur la merveilleuse carrière de piano jazz de Bob Erlendson, ses compositions et ses liens profonds avec Lenny Breau et Winnipeg, Toronto et Calgary et la communauté canadienne du jazz. J'ai passé un moment merveilleux et long. J'ai eu une amitié avec Bob et j'ai eu la chance de passer de nombreuses heures à jouer et à passer du temps ensemble. Adieu mon ami... le groupe au paradis va devoir améliorer son jeu.»

Jessica Erlendson déclare à Billboard Canada: «nous avons sorti quatre albums en octets de l'œuvre de mon père, et ses compositions et arrangements en octets sont présentés sur le site Web du Centre de musique canadienne.»

X-Ray (Michael) MacRae , propriétaire d'un club et booker de musique qui a joué un rôle important dans la légendaire salle de concert torontoise The Horseshoe Tavern, est décédé le 26 janvier, à l'âge de 72 ans, après une longue bataille contre le cancer.

advertisement

Élevé à Kingston, en Ontario, MacRae dirigeait un magasin de disques d'occasion et travaillait dans une salle de concert/bar réputée, Dollar Bill's, dans cette ville avant de déménager à Toronto pour travailler et prendre une participation dans The Horseshoe.

Le site officiel de la Horseshoe Tavern contient une section détaillée sur le mandat de MacRae sur place. Ilexplique que le propriétaire d'origine, Jack Starr, «est sorti de sa retraite en 1982 pour exploiter le lieu comme un bar country. Pendant ce temps, il a rencontré Kenny Sprackman (qui dirigeait récemment l'hôtel Isabella) lorsqu'il a répondu à l'annonce de Jack pour un chauffeur pour transporter sa voiture jusqu'à sa résidence de snowbird en Floride.»

«Les deux hommes se sont bien entendus et Jack a jumelé Kenny avec Michael (X-Ray) MacRae, résident de Kingston, en Ontario, qui avait harcelé Jack pour lui permettre de tenter de gérer le lieu. X-Ray a amené à bord ses amis Dan Aykroyd et Richard. Kruk pour aider à financer les opérations. La collaboration de ces quatre personnes a non seulement sauvé l'entreprise, mais a défini musicalement et historiquement ce que nous appelons maintenant The Legendary Horseshoe Tavern.»

Les débuts de MacRae à The Horseshoe ont été explorés plus en détail dans The Legendary Horseshoe Tavern: A Complete History de l'auteur/journaliste musical David McPherson. «J'ai travaillé comme barman chez Dollar Bill's pendant huit ans, donc je connaissais la scène musicale», se souvient MacRae. «Mon ami Peter Lloyd y faisait des réservations, et nous venions à Toronto de temps en temps pour écouter des groupes, notamment au Horseshoe.»

«Je suis arrivé ici [The 'Shoe] le 1er avril 1984. Mon ex-partenaire Richard Kruk avait invité Kruk sur Front Street. J'étais assis chez moi à Kingston et j'ai entendu cette vieille voiture s'arrêter et c'était [Dan] Aykroyd et Kruk "Nous allons à New York pour ouvrir le Hard Rock Café sur la 57e Avenue. Je veux que tu viennes et que tu sois mon partenaire au Horseshoe. Voici les clés… au revoir.»

«Alors je suis allé à Toronto en voiture et j'ai passé deux ou trois jours ici. Il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre. J'ai déménagé à Toronto avec 200 $ en poche. C'est tout ce qu'il me restait au monde. J'ai dormi sur le sol pendant les six premiers mois.»

Avec Kenny Sprackman qui s'occupait du côté commercial de The Horseshoe, MacRae s'est lancé dans la réservation de la salle avec passion et énergie. Il a rapidement eu un impact majeur sur la scène musicale en plein essor de Queen Street West, contribuant à stimuler la carrière de groupes locaux tels que Blue Rodeo, Prairie Oyster, The Bopcats, Handsome Ned et Leslie Spit Treeo en les inscrivant au sein de The Horseshoe.

Comme le note le site Web du bar, «Le succès de l'ère Sprackman-X-Ray a rétabli The Horseshoe comme un lieu légendaire pour écouter de la musique live et voir les talents locaux et nationaux émergents.» Derek Andrews a également aidé du côté des réservations (Albert's Hall, The Holiday Tavern).

Au cours de la période 1987-95, MacRae a assumé davantage de contrôle sur les réservations, avant de faire appel à Yvonne Matsell (Albert's Hall, Ultrasound) pour l'aider. Les groupes canadiens bénéficiant de leur présence régulière au Horseshoe comprenaient The Tragically Hip, The Watchmen, Amanda Marshall, Skydiggers, The Barenaked Ladies, The Waltons, Lowest of the Low, Great Big Sea, 13 Engines et bien d'autres.

Au cours de cette période, MacRae a contribué à l'exploitation d'un autre point d'eau/restaurant de la rue Queen Ouest, X-Rays, qui est devenu un lieu de prédilection pour les musiciens et les types de l'industrie. Situé au-dessus de X-Rays se trouvait une autre salle de concert, l'Ultrasound Showbar, un espace intime qui est rapidement devenu un ajout important à la scène musicale live de Toronto. Au cours de ses cinq années d'existence au début des années 1990, il a accueilli de nombreux artistes émergents qui ont ensuite obtenu leur diplôme sur la plus grande scène Horseshoe.

Yvonne Matsell, responsable des réservations de talents chez Ultrasound, se souvient de Billboard Canada: «Un soir, j'ai vu Kenny Sprackman au Horseshoe et il m'a demandé d'appeler Richard Kruk, qui travaillait sur un nouveau lieu au-dessus du restaurant appelé X-Rays at Queen & McCaul, nommé d'après X-Ray évidemment. Richard, Kenny et X-Ray, connus sous le nom de XL Boys, étaient alors copropriétaires de The Horseshoe et X-Rays/Ultrasound. Je crois que Dan Aykroyd était plutôt un partenaire silencieux, mais évidemment il se présentait souvent à Ultrasound pour faire des fêtes ou pour que ses copains d'Hollywood viennent lui rendre visite ou sortir. La grande fête lorsque John Candy est devenu copropriétaire des Argos a eu lieu au 'Shoe et ensuite tout s'est déplacé vers l'Ultrasound, un lieu qui est devenu très vite très populaire.»

Durant cette période, Matsell a réservé The Horseshoe et Ultrasound pendant quelques années. Jeff Cohen et Craig Laskey ont remplacé Matsell en tant qu'acheteurs de talents chez The Horseshoe à la mi-1995.

Toujours en train de recruter des talents là-bas, Laskey se souvient de sa présentation de MacRae à Billboard Canada . «J'ai rencontré Michael X-Ray McRae pour la première fois à l'été 1995, lorsque Kenny et X-Ray ont embauché Jeff Cohen et moi-même pour être les acheteurs de talents à la Horseshoe Tavern. Au début, je me souviens avoir été un peu effrayé et intimidé par les propos de X-Ray. sa taille imposante et son statut légendaire d'acheteur de talents. X-Ray avait été responsable de la réservation des premiers spectacles de Blue Rodeo, The Tragically Hip, The Pursuit of Happiness, Barenaked Ladies, Chris Isaak et tant d'autres artistes incroyables. J'ai appris en lors de cette première rencontre, à quel point il était gentil, doux et généreux de son temps envers moi et les autres.

À cette époque, MacRae était «le visage du Horseshoe», sa présence nombreuse et accueillante étant constante au bar.

Après la fin de sa course avec The Horseshoe, MacRae est retourné dans la région de Napanee. Son amie de longue date, Sue Carrington Baker, raconte à Billboard Canada qu'«il y possédait une ferme bien avant de quitter Toronto. C'était son lieu de week-end pendant de nombreuses années, puis c'est devenu sa maison.»

Dans son hommage à MacRae sur Facebook, Jeff Cohen (plus tard copropriétaire de The Horseshoe) a noté qu'«après que X-Ray se soit retiré des salles, il a travaillé pour son ami proche, l'acteur Dan Aykroyd. Je me souviens d'une période de 6 à 8 semaines où X-Ray a tenu sa cour au Shoe pendant le tournage du film Blues Brothers 2000. Vous aviez des gens comme Steve Cropper (Booker T et The MGs) assis dans notre bureau tous les soirs, Michael était dans sa gloire musicale en écoutant tous les Des histoires de Stax.»

À l'annonce de son décès, les amis de MacRae, ses collègues de l'industrie musicale et les musiciens dont il soutenait la carrière se sont rapidement tournés vers les réseaux sociaux pour présenter leurs condoléances et lui rendre hommage.

Sur sa page Facebook, Blue Rodeo a publié cet hommage: «Pour le légendaire X-Ray MacRae. Au revoir vieil ami. Nous sourirons toujours à l'image de vous assis dans votre bureau au sous-sol de The Horseshoe derrière des piles et des piles de cassettes de groupes pleins d'espoir, tout comme le nôtre, essayaient de vous convaincre de les mettre sur la scène de The Horseshoe. Cela a pris quelques visites, mais vous nous avez finalement choisi et nous avons eu une bonne course ensemble. Vous avez toujours apporté beaucoup de joie quand nous vous avons vu avec votre sourire espiègle et plein d'histoires de rock'n roll. Tu vas nous manquer. Repose en paix Michael.»

Également sur Facebook, l'agent de Blue Rodeo, Susan De Cartier (Starfish Entertainment), a ajouté cet hommage: «X était généreux et gentil avec moi quand je débutais, comme il l'était avec tant de gens. Je me souviens d'avoir traîné au "bureau: à La Horseshoe Tavern passe de nombreux moments de bonheur, de rire, de bavardages, de conseils très appréciés et de discussions musicales.»

«Il était le cœur battant de la scène Queen West et a aidé à lancer Blue Rodeo et tant d'autres groupes. Après avoir quitté The 'Shoe, nous sommes restés en contact et il s'est retrouvé avec un logement dans le comté près de mon chalet. Nous verrions.»

Rob Baker a posté ceci sur la page Facebook de The Tragically Hip: «Je ne me souviens pas exactement comment cela s'est passé, mais d'une manière ou d'une autre, je nous ai trouvé un concert à The Horseshoe Tavern. Je pense que je viens de leur téléphoner. Pour nous, c'était The Fillmore North. - une salle légendaire et emblématique, où avaient joué beaucoup des groupes que nous aimions. X-Ray MacRae était en train de réserver les groupes et quand il a découvert que nous venions de Kingston, nous y étions.»

«Il nous a donné une chance et nous en avons profité. C'était le premier de nombreux concerts à The Shoe, qui étaient tous bons et très fréquentés ou à guichets fermés. X-Ray est resté un grand ami tout au long de notre carrière et au-delà. Nous sommes reconnaissants pour le dévouement de X-Ray envers la musique Roots de toutes sortes, ainsi que pour les opportunités et l'amitié qu'il nous a accordées.»

Kenny Sprackman, partenaire commercial de longue date de MacRae, a rendu hommage à Billboard Canada: «Nous avons partagé une maison et un club ensemble pendant de nombreuses années. Il était X-Ray et on m'appelait The King. Tous ceux qu'il a touchés sont dévastés et j'espère qu'il " est maintenant en paix. Il a souffert de maladies depuis son enfance. Son décès a laissé un grand vide au cœur de l'industrie musicale. X-Ray avait ce qu'on appelle de grandes oreilles.»

Craig Laskey a déclaré à Billboard Canada que « X-Ray avait une oreille musicale incroyable et une vision unique de ce qu'un club de musique live était censé être. J'ai de très bons souvenirs au fil des ans, comme X-Ray nous faisant visiter Austin, lors de notre tout premier voyage à South By Southwest. Et il tenait la cour au club avec John Goodman et Dan Aykroyd lorsque les Rolling Stones ont joué en 1997 et à quel point il était fier que les Stones jouent au Horseshoe.

«Je me souviens de la fois où il a déposé le musicien/producteur Steve Berlin (Los Lobos) et Gord Downie au club, après les avoir conduits à Toronto depuis Kingston après avoir terminé l'enregistrement de l'album Phantom Power de The Tragically Hip au Bathhouse après que Los Lobos aient joué dans le club à l'automne 1996. X-Ray me manquera beaucoup et je me sens chanceux d'avoir été son ami.»

Sur la page Facebook de Horseshoe Tavern, Jeff Cohen a publié cet hommage:« RIP – Michael 'Xray' Macrae – Ancien propriétaire légendaire et acheteur de talents de la Horseshoe Tavern and Ultrasound. Il avait un bureau au Horseshoe, au sous-sol, connu depuis toujours sous le nom de "donjon". Il se trouvait à côté de la maison de disques de Blue's Rodeo, Risque Disque. Pour obtenir une réservation dans les salles, vous deviez demander un rendez-vous privé avec lui - Apportez une cassette de votre musique - Comme Michael était un homme plus grand que nature, au début, il semblait intimidant beaucoup, mais une fois que vous avez appris à le connaître, personne dans le pays n'aimait plus que lui la musique live et les artistes et musiciens de musique live.»

«Il était un acheteur de talents à une époque où il n'y avait pas de billetterie à l'avance, pas de contrats, pas d'offres et pas de cavaliers d'artistes. C'était sa parole et sa poignée de main et pourtant, en même temps, son approche de la vieille école "faites-moi confiance" est devenue légendaire à Toronto. Il était aimé et adoré par les musiciens canadiens. X-Ray était également un conservateur de tout ce qui était indépendant, artistique DIY, alternatif et Roots dans ses salles. Il ne se souciait pas beaucoup de "l'industrie" en général puisqu'il était artiste et musicien concentré.»

Sur Facebook, l'ingénieur du son torontois Doug McClement a qualifié MacRae de «l'un des grands personnages du rock'n'roll des scènes musicales de Kingston et de Toronto. Un merveilleux conteur. Un champion de la grande musique Roots et il adorait attirer les gens vers de nouveaux artistes sympas. Je me souviens qu'il m'a joué la première musique rap que j'ai jamais entendue : "Doug, tu dois écouter ce type de Grandmaster Flash !" Il se rendait chaque année au SXSW à Austin juste pour trouver des groupes intéressants à réserver au Horseshoe.»

L'agent de réservation vétéran Ralph James, vice-président principal de l'agence Paquin Artists, a transmis cet hommage à Billboard Canada: «X-Ray était un personnage intimidant lorsque je l'ai rencontré pour la première fois, surtout après qu'on lui ait dit à l'avance qu'il n'aimait pas les agents… mais une fois que j'ai appris à le connaître, il était tout le contraire. Il était un véritable partisan des talents canadiens émergents, il était très fier de voir les artistes se développer et a joué un rôle déterminant dans la première percée de plusieurs de nos plus grands groupes.»

Derek Andrews, booker vétéran du club torontois, sur Facebook: «X-Ray était vraiment une légende et un ours en peluche. Nous avons travaillé ensemble sur la programmation de "Shoe" lorsque mon bureau était là et c'était une période tellement cool. Imaginez réserver des groupes avec Dan Aykroyd, Kenny Sprackman, Richard Kruk et X-Ray MacRae ont uni leurs esprits et leurs ressources et la scène était meilleure (avec un coup de chapeau à Yvonne Matsell et bien d'autres !).»

Sue Carrington Baker a raconté à Billboard Canada que «X-Ray et moi nous sommes rencontrés lorsque j'ai pris sa place comme portier dans un autre club de musique légendaire, Dollar Bill's à Kingston. Plus tard, lorsque j'ai déménagé à Toronto, j'ai travaillé chez X-Ray's/Ultrasound, puis au Bamboo, jusqu'à ce que X-Ray me convainque que Horseshoe était ma place. M'avoir trouvé ce poste là-bas était l'une des dernières choses qu'il a faites avant de quitter the Shoe, et j'y ai travaillé pendant 20 ans.»

«De retour à Kingston, j'ai passé plus de temps avec X-Ray au cours des 20 dernières années que jamais auparavant, et une chose que j'ai réalisé, c'est qu'il a un vaste réseau d'amis, dont beaucoup depuis toujours. Il nous manquera vraiment.»

Moe Berg (The Pursuit Of Happiness) sur FB: «Triste d'apprendre le décès de la légende torontoise X-Ray MacRae. La communauté musicale torontoise lui doit énormément. Je me souviens qu'il m'a amené dans son bureau juste pour parler et écouter de la musique. Il entretenait un réel lien avec les artistes qu'il accueillait au Horseshoe. J'espère qu'il y a de la bonne musique là où vous êtes et "pas de slow"!»

«Sur une note personnelle, j'ai eu le plaisir non seulement d'assister à des dizaines de spectacles au Horseshoe pendant le mandat de X-Ray MacRae là-bas (et après), mais aussi de discuter de musique dans son bureau du donjon. Passer du temps avec lui dans son "endroit heureux", SXSW à Austin, pendant quelques années au début des années 90 était aussi très amusant.»

«Il m'a également rendu un immense service lorsque j'essayais d'obtenir une interview avec Steve Earle, alors dans sa phase de mauvais garçon. Pour aider à attirer Steve au siège de Music Express pour discuter, j'ai demandé à X-Ray de rassembler certains de ses amis motards pour venir discuter de vélo avec Steve. X-Ray est arrivé et Earle a eu plus de plaisir à passer du temps avec eux qu'à être interviewé ! RIP camarade. Vous ne serez pas oublié.»

Sue Carrington Baker a déclaré à Billboard Canada : «Il y aura une célébration rock de la vie, avec beaucoup d'histoires et de vieux amis.»

International

Frank Farian, le producteur/compositeur allemand décrit comme le cerveau des groupes à succès Boney M et Milli Vanilli, est décédé à l'âge de 82 ans. Sa famille a publié le 23 janvier une déclaration confirmant son décès.

Son premier grand succès commercial est venu avec le groupe disco/pop des années 1970 Boney M. Dans sa nécrologie, Billboard US a noté que «à l'insu des fans du groupe, Farian a chanté tous les chants masculins du groupe qui allait se vendre à plus de 100 millions d'exemplaires grâce à des jams de piste de danse décalés mais indéniables comme "Rasputin", "Daddy Cool", la reprise de Bobby Hebb "Sunny" et le chaloupé et reggae-lite "Rivers of Babylon". Le groupe sort deux autres albums coup sur coup et connaît un succès mondial.»

Travaillant dans ses studios FAR basés à Francfort, technologiquement supérieurs, Farian a contribué à populariser le son Eurodisco. Il a ensuite répété le succès mondial de Boney M avec une autre création du studio, Milli Vanilli, un groupe qui a marqué trois succès n°1 au classement Billboard Hot 100, faisant de Milli Vanilli l'un des groupes pop les plus dominants de l'année 1989. La controverse a alors éclaté avec la découverte que les chanteurs principaux Rob Pilatus et Fabrice Morvan effectuaient une synchronisation labiale lors de leurs performances.

Pour en savoir plus sur la vie et la carrière de Farian, lisez la nécrologie de Billboardici.

Melanie (Safka), la chanteuse/compositrice pop derrière les tubes des années 1970 «Brand New Key» et «Lay Down (Candles in the Rain)» et interprète à Woodstock, est décédée à l'âge de 76 ans. Aucune cause de décès n'a été signalée.

Melanie, née à New York, a eu deux succès dans le top 10 du palmarès des chansons Billboard Hot 100 tout au long de sa carrière, «Brand New Key» et «Lay Down (Candles in the Rain)». Dans les décennies qui suivent, elle effectue de nombreuses tournées internationales.

Elle aurait été en studio plus tôt ce mois-ci pour travailler sur un album de reprises de ce qui aurait été son 32e album.

En savoir plus dans cette fonctionnalité Billboard.

Dick Waterman, écrivain, promoteur, agent et photographe américain qui a longtemps influent dans le développement et l'enregistrement du blues, est décédé le 26 janvier à l'âge de 88 ans.

Il a étudié le journalisme à l'Université de Boston dans les années 1950 avant de devenir journaliste pour Broadside Magazine. Il a également promu des concerts de blues par Mississippi John Hurt, Bukka White et Mississippi Fred McDowell, et on lui attribue le mérite d'avoir stimulé la carrière de Son House.

Waterman fonde ensuite Avalon Productions, considérée comme la première agence de gestion axée sur les artistes de blues. Dans la région de Boston, il a également fait la promotion de concerts folk et rock, notamment des spectacles d'une jeune Bonnie Raitt, encadrée par Waterman.

Waterman s'est ensuite tourné vers la gestion des successions des vétérans du blues qu'il avait promus. Après avoir déménagé à Oxford, dans le Mississippi, dans les années 1980, il a commencé à publier les photographies d'artistes qu'il prenait depuis le début des années 1960, ce qui a donné lieu aux livres Between Midnight and Day: The Last Unpublished Blues Archive (Raitt a contribué à une préface) et, avec BB King, les trésors de BB King : photos, souvenirs et musique de la collection de BB King.

En 2000, il a été intronisé au Blues Hall of Fame, comme l'un des premiers artistes non-interprètes à être ainsi honoré. En 2014 à Memphis, il a remporté un prix Keeping the Blues Alive pour la photographie et en 2017, il a reçu une Brass Note sur Beale Street à Memphis.

La vedette canadienne du blues Colin Linden a publié cet hommage à Waterman sur Facebook: «Je suis extrêmement attristé d'apprendre que mon ami et héros, Dick Waterman, est décédé. Dick était un brillant photographe et musicologue, un merveilleux conteur et, plus encore, responsable. que presque quiconque dans le monde connaissant la musique des grands artistes de country blues qui ont survécu jusque dans les années 1960 et au-delà.»

«Il a redécouvert et géré la carrière de Son House et a été l'allié de tant de personnes. Je l'ai rencontré quand j'avais 15 ans, le jour de son 45e anniversaire, et ce qui serait la dernière apparition publique de Son House. C'était un véritable champion humain. J'ai été honoré de le connaître et je lui serai toujours redevable pour ses contributions.»

advertisement
Jayda G
David Reiss

Jayda G.

Français

Fresh Sounds Canada : des nouveautés de Jayda G et de Claudia Bouvette

Le tour d'horizon des nouvelles chansons canadiennes de cette semaine comprend également l'autrice-compositrice autochtone Celeigh Cardinal et les artistes québécois KROY et Mon Doux Saigneur.

Dans Fresh Sounds Canada, Billboard Canada vous propose un tour d'horizon des chansons incontournables de la semaine d'artistes en plein essor et sur le point d'exploser.

Jayda G, If We Only Knew

continuer à éleverShow less
advertisement