advertisement
Français

Avec « Je suis : Céline Dion », l'artiste offre «une lettre d'amour» à ses fans

La Québécoise se montre plus vulnérable que jamais dans « Je suis : Céline Dion » de Prime Video présenté en avant-première mondiale le 17 juin avant sa sortie le 25 juin.

​Céline Dion dans le documentaire « Je suis : Céline Dion »

Céline Dion dans le documentaire « Je suis : Céline Dion »

Prime Video

Le théâtre Maisonneuve de Montréal faisait salle comble pour célébrer le trésor national du Québec, Céline Dion.

Lundi soir, le 17 juin, Prime Video organisait en effet une poignée d'avant-premières du très attendu documentaire d'Irene Taylor Je suis : Céline Dion. À Montréal, où Billboard Canada comptait parmi les invités, nombreux étaient celles et ceux venus assister à la représentation de ce film qui permet à Céline Dion de s'ouvrir pendant près deux heures sur sa maladie et, de fait, de nous ouvrir les portes de son intimité puisqu'elle en est l'unique protagoniste.


Le spectacle commence avec un cadeau fait par la vedette à ses fans: une apparition à New York, d'où elle s'adresse chaleureusement au public au côté de son fils aîné René-Charles Angélil. À Montréal, pendant que son discours est retransmis en direct, le silence est presque religieux.

advertisement

« Moi aussi ! I love you too ! » répond la Québécoise à une audience qui scande en français « On t'aime Céline ! ». L'ovation est instantanée.

Pendant quelques précieuses minutes, Céline Dion remercie longuement l'équipe de Je suis : Céline Dion, celle de sa maison de disques Sony, sa neurologue, la Dre Amanda Piquet, ses proches, et surtout ses admirateurs, non sans une touche d'humour.

Et puis, alors que le documentaire s'apprête à commencer, Céline Dion s'adresse dans un message vidéo enregistré au public montréalais. Si elle n'est pas montée sur scène durant les quatre dernières années, Je suis : Céline Dion est l'occasion pour elle de s'adresser à lui. «C'est ma lettre d'amour à mes fans. [...] Ce film est pour vous, merci», dira-t-elle.

Voici trois choses inédites à retenir de Je suis : Céline Dion.

Vivre avec le syndrome de la personne raide (SPR)

On le sait et la Québécoise l'a répété à plusieurs reprises dans ses récentes entrevues: Je suis : Céline Dion expose sans fards les dures réalités de la maladie. Sans vouloir divulgâcher quoi que ce soit, le documentaire commence et s’achève avec des images de Céline Dion en pleine crise du SPR. Sans tomber dans le voyeurisme, celles-ci nous permettent de nous rendre compte de l’ampleur de la maladie et nous donnent à voir une femme désemparée et en détresse.

advertisement

Soulignons à ce propos que l’on puisse regretter l’absence de traumavertissement… Les passages sont parfois si difficiles à soutenir - on voit Céline Dion souffrir, pleurer et gémir, sans pouvoir parler, pendant que son corps en entier se crispe - qu'une personne a même perdu connaissance pendant l'avant-première montréalaise.

Céline Dion reste Céline Dion

On la sait intransigeante, combattive et déterminée, et ces traits de personnalité qui la caractérisent depuis toujours ne sont certainement pas étrangers à son rétablissement. Dans Je suis : Céline Dion, la Québécoise fait aussi preuve d'un humour vif en toute circonstance, lui donnant sans doute la force nécessaire pour continuer d’avancer, malgré les nombreux défis imposés par le SPR.

Comment ne pas mentionner également les multiples déclarations d’amour à ses fans qui ponctuent le documentaire ? Céline Dion, reconnaissante, le dit elle-même: elle n’en serait pas là sans son public qui la suit et la soutient depuis toujours.

advertisement

Le chant et la scène, toute sa vie

Céline Dion est très attachée à ses souvenirs de tournées. Dans le documentaire, elle nous fait ainsi visiter son immense entrepôt où elle stocke ses tenues de scène et de soirée et ne manque pas de nous dévoiler quelques secrets et anecdotes, toujours hilarantes.

Bien sûr, l’artiste ne manque pas de bons mots pour chacun de ses collaborateurs, de ses costumiers à ses musiciens en passant par son majordome. « Je suis devenue qui je suis grâce à tous ces gens », assure-t-elle.

Enfin, l’un des grands plaisirs du documentaire est celui de la voir chanter. Céline Dion est en studio, elle fait des progrès, se trompe, recommence.

advertisement

Le SPR l’obligera-t-il toutefois à changer de répertoire? Toujours est-il que Céline Dion envie ces rockeurs qui sortent, qui fument, qui boivent et que la foule adule… « Mais non, moi je bois de l’eau et je dors douze heures par jour», plaisante-t-elle une fois de plus.

Je suis : Céline Dion sera disponible sur Prime Video dès le 25 juin.


advertisement
Sarah McLachlan
Colline de Kharen

Sarah McLachlan

Français

Le festival Lilith Fair de Sarah McLachlan est sous le feu des projecteurs dans un nouveau documentaire

Sheryl Crow, Erykah Badu, Olivia Rodrigo et bien d'autres sont présentées dans le prochain long métrage réalisé par la jeune Canadienne Ally Pankiw qui explore l'héritage du festival de musique entièrement féminin de la fin des années 1990.

Un festival influent et sous-estimé des années 1990 reçoit son dû sous la forme d'un prochain long métrage documentaire.

Lilith Fair racontera l'histoire du festival de musique itinérant de Sarah McLachlan, qui présentait des programmations entièrement féminines dans un effort révolutionnaire pour lutter contre le sexisme dans l'industrie de la musique live.

continuer à éleverShow less
advertisement