advertisement
Français

L'industrie canadienne de la musique débat de la mise à jour de la loi CanCon​

Des organisations comme Spotify, Music Canada et CIMA ont pris la parole lors d'audiences autour du projet de loi C-11, la Loi sur la diffusion en continu en ligne, qui mettra à jour la politique médiatique du Canada pour la première fois depuis des décennies.

L'industrie canadienne de la musique débat de la mise à jour de la loi CanCon​
Photo de Fath sur Unsplash

Depuis quelques semaines, le gratin des acteurs de la musique et des médias canadiens comparaît devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) — du gestionnaire de droits SOCAN à Spotify, SiriusXM, FACTOR, l'Association canadienne de musique live et même UFC. L'occasion est le projet de loi C-11, maintenant adopté en tant que loi sur la diffusion en continu en ligne, qui mettra à jour la Loi sur la radiodiffusion du Canada pour la première fois depuis des décennies.

Il s'agit d'un accord majeur pour l'industrie musicale canadienne, dont le système d'exigences CanCon et de fonds publics a bâti une industrie capable de rivaliser – ou du moins de ne pas s'effondrer – sur un marché dominé par les médias américains. L'enjeu de cette première série d'audiences, qui se terminera le 8 décembre, concerne les grandes plateformes de diffusion en ligne comme Spotify et YouTube et les contributions monétaires potentielles qu'elles pourraient devoir verser pour continuer à opérer au Canada. Les phases ultérieures couvriront les exigences en matière de contenu canadien et la manière dont la loi sera mise en œuvre.


advertisement

«Nous espérons que le CRTC s'appuiera sur l'idée selon laquelle il s'agit d'un processus réglementaire unique en son genre», a déclaré Patrick Rogers, PDG de Music Canada (l'organisation professionnelle qui représente les grandes maisons de disques), à Billboard Canada. « [Dans la première phase], de nombreuses grandes questions se posent: qui est réglementé ? Qui paye? Combien? Qui a accès à l’argent? C’est maintenant que nous allons le découvrir.

Répercussions possibles

Certaines parties prenantes s’inquiètent du fait qu’une réglementation financière trop stricte des grandes entreprises technologiques américaines pourrait les amener à réduire leurs investissements au Canada. Quelque chose de similaire s'est produit récemment avec le projet de loi C-18, dans lequel Meta a choisi de bloquer toutes les nouvelles canadiennes plutôt que de payer pour continuer à les diffuser sur des plateformes comme Facebook. (Le gouvernement a récemment évité de peu un sort similaire avec Google, qui a accepté un accord de 100 millions de dollars pour éviter une interdiction d'information sur la plateforme.)

advertisement

Lors des audiences de la semaine dernière, le 29 novembre, des représentants de Spotify, qui opère au Canada et possède un bureau à Toronto, ont déclaré que des dépenses forcées pourraient affecter leurs investissements canadiens existants.

«Si on lui demande d'apporter une contribution onéreuse, quels que soient nos investissements existants, Spotify devra prendre des décisions financières pour gérer notre entreprise de manière durable», a déclaré Olivia Regnier, directrice principale des politiques publiques chez Spotify.

«Des coûts supplémentaires pourraient nous obliger à réduire nos dépenses, notamment [en réduisant] nos ressources pour les programmes éditoriaux, de partenariat et de promotion au Canada; réduire les ressources qui retournent actuellement à l'écosystème musical ; ou nous forcer à augmenter les prix pour les consommateurs canadiens», a-t-elle poursuivi. «Tous ces effets auraient en fin de compte un impact négatif sur les artistes canadiens et autochtones, les consommateurs canadiens et l’ensemble de l’écosystème musical canadien – et cela nuirait aux objectifs mêmes de la politique de radiodiffusion.»

advertisement

Depuis cette audience, Spotify a supprimé 17 % de ses effectifs mondiaux , soit environ 1 500 emplois, en invoquant «l'écart entre nos objectifs financiers et nos coûts opérationnels actuels ».

Rogers, de Music Canada, prévient le CRTC de ne pas simplement transférer le système CanCon et son système de financement au fil des décennies à la radio vers de nouveaux services en ligne. (Regardez sa présentation ici.)

«Je pense que nous pouvons être fiers des réglementations terrestres du passé sans essayer de les appliquer à la diffusion en ligne», a-t-il déclaré à Billboard Canada . «La radio et la diffusion en ligne ne sont pas seulement un peu différentes, elles sont le contraire dans la plupart des cas. Il y a un nombre limité d'heures de radio, des émissions radiophoniques réglementées. Les heures de diffusion en ligne sont infinies… Nous voulons donc nous assurer que les réglementations correspondent aux modèles économiques, mais aussi à l'expérience utilisateur et à ce qu'il y a de mieux pour les artistes.»

advertisement

Rogers se dit favorable à la réglementation, mais «quel que soit le niveau de contribution fixé [pour les sociétés de diffusion en ligne], il doit apporter un précédent et de la valeur aux investissements sur le terrain». Des entreprises comme Spotify ne sont pas seulement des entreprises américaines qui s'attaquent au marché canadien, affirme-t-il, mais elles investissent également directement dans la promotion des artistes du pays à l'échelle internationale.

«Pour que les Canadiens continuent de réussir à l'échelle mondiale, nous avons besoin [de personnes provenant de labels et de distributeurs internationaux] ici», dit-il.

Miser sur l’impulsion de la musique canadienne

Andrew Cash, président et chef de la direction de l'Association canadienne de la musique indépendante (CIMA), souligne l'effet potentiel du projet de loi sur les musiciens en activité ainsi que sur les compagnies et labels de musique locaux. Cela inclut une scène musicale diversifiée et multiculturelle, ce qui signifie comprendre et soutenir les communautés sous-représentées, y compris les artistes autochtones.

«L’objectif ici devrait être: comment pouvons-nous bâtir une classe moyenne d’artistes stable, viable, résiliente, équitable et des entreprises canadiennes prospères qui peuvent rivaliser à l’échelle mondiale?» dit-il à Billboard Canada .

L'infrastructure actuelle a été créée au fil des décennies, affirme-t-il, et elle commence tout juste à créer un élan pour les talents canadiens. Plutôt que de considérer la «plateformisation de la musique» sur les services de diffusion en continu comme Apple Music, YouTube et Spotify comme une menace, dit-il, le CRTC devrait la considérer comme «une opportunité énorme pour les artistes canadiens que nous n'avons jamais eue auparavant».

advertisement

Au même moment où cette discussion se déroule, dit-il, les principales subventions canadiennes à la musique comme FACTOR et Radio Starmaker voient leurs contributions de la radio terrestre diminuer. Dans sa présentation, la présidente de FACTOR, Meg Symsyk, a déclaré que les contributions au développement du contenu canadien (DCC) des radiodiffuseurs privés ont diminué de 10 millions de dollars au cours des quatre dernières années, ce qui limite le montant du financement qu'ils peuvent distribuer aux artistes canadiens.

Du côté public, des initiatives comme le Fonds de la musique du Canada – qu'il a déjà exhorté le gouvernement fédéral à augmenter – sont également sous-financées par le gouvernement, affirme Cash, d'autant plus que les fonds d'urgence en cas de pandémie arriveront à échéance à la fin de 2024. «Et alors ? nous constatons actuellement une instabilité des deux côtés du système de financement.

Plutôt que de créer de nouveaux fonds, ce qui pourrait retarder le flux de ressources et coûter de l'argent, Cash aimerait les voir renforcer des fonds existants et éprouvés comme FACTOR et Musicaction au Québec.

advertisement

Certains commentateurs, comme Michael Geist, professeur à l'Université d'Ottawa, ont prévenu que de nombreuses parties prenantes comparaissant aux audiences représenteraient leurs propres intérêts plutôt que ceux du public et considéreraient cette opportunité comme une «ponction financière».

S'il est vrai que certains des intervenants ont été intéressés, Cash affirme que le secteur de la musique est uni sur un point clé.

«C-11 a réellement commencé comme un projet de loi audiovisuel», explique Cash. «Il s’agissait vraiment de cinéma, de télévision et de services comme Netflix. C’est là-dessus qu’une grande partie de la conversation est centrée, et le secteur de la musique est parfois laissé de côté après coup. Je pense que ce que nous essayons tous de faire ici – que ce soit Music Canada, CIMA, SOCAN ou n'importe laquelle de ces organisations – c'est de dire que la musique représente une histoire de réussite. Cela doit être reconnu et nous devons ensuite bâtir sur ce succès.»

Le CRTC a une liste complète des conférenciers et des liens vers leurs propositions et présentations ici.

advertisement
Beyoncé
Nation vivante

Beyoncé

Français

Beyoncé et Good Kid Signent Les Nouveaux Succès Radio De Cette Semaine Au Canada

Cette semaine, Arkells, Mother Mother, The Beaches et Adventure Clubs ont également de la partie.

Les morceaux suivants sont diffusés à la radio par le distributeur numérique DMDS/Yangaroo au Canada et répartis en trois catégories. Les meilleurs téléchargements et les meilleurs téléchargements canadiens représentent les morceaux les plus copiés au cours de la semaine se terminant le 9 février. La catégorie Indépendants les plus actifs mélange téléchargements et flux, avec le label affilié et la société de promotion radio entre parenthèses.

Principaux téléchargements:

continuer à éleverShow less
advertisement