advertisement
Français

Faits saillants de la discussion entre Billboard Canada et deadmau5 à la CMW 2024

Célébrant son intronisation au Temple de la renommée de l'industrie musicale de la Semaine de la musique canadienne, le légendaire producteur de musique électronique a parlé au rédacteur en chef Richard Trapunski de ses premiers enregistrements, de l'importance de posséder son catalogue et de ce qui le passionne après 25 ans de carrière.

Billboard Canada editor Richard Trapunski (left) interviewing Joel Zimmerman a.k.a. deadmau5 at Canadian Music Week 2024

Richard Trapunski, rédacteur en chef de Billboard Canada (à gauche), interviewe Joel Zimmerman, alias deadmau5, à la Semaine de la musique canadienne 2024

Grant W. Martin Photographie, avec l'aimable autorisation de CMW

Le mardi 4 juin, lors de Live Music Industry à Toronto, organisés dans le cadre de la Canadian Music Week 2024, la vedette de la musique électronique dance deadmau5 a été intronisée au Temple de la renommée de l'industrie musicale de la Canadian Music Week (CMW) .

Plus tôt dans la journée, il a fait l'objet d'une discussion lors de la conférence CMW Music Summit, organisée par Billboard. Il mettait en vedette Richard Trapunski, rédacteur en chef de Billboard Canada, et deadmau5 dans une conversation qui plongeait profondément dans la carrière de 25 ans qui a mené le natif de Niagara Falls depuis des débuts modestes jusqu'à des performances mémorables sur certaines des plus grandes scènes musicales du monde.


advertisement

Les références de l'artiste né Joel Zimmerman pour son intronisation au CMW Hall of Fame sont solides. Comme Trapunski l'a souligné dans un article précédent de Billboard Canada, le triple lauréat d'un prix Juno « est né à une époque où la musique électronique dance devenait l'un des genres les plus populaires en Amérique du Nord. En 2023, son catalogue avait enregistré plus de 1,5 milliard de flux. »

L'événement a été introduit par Dana Droppo, responsable de la marque chez Billboard, qui a souligné que « deadmau5 est un artiste vraiment singulier. Ses contributions à la musique électronique et à la musique dance sont indéniables. Il compte ainsi plusieurs entrées au Canadian Hot 100, est sept fois lauréat d'un Grammy et est le premier artiste canadien à s'être produit à guichets fermés au Rogers Centre de Toronto. »

« Il a constamment utilisé de nouveaux outils et technologies pour diffuser, monétiser et structurer la propriété de sa musique, ouvrant la voie aux artistes indépendants pour emboîter le pas. Il est à la tête d'un label et un collaborateur confirmé. »

advertisement

Le public de la salle comble a été à la fois diverti et informé grâce aux commentaires typiquement francs et colorés de Zimmerman. Voici quelques extraits sélectionnés de la conférence de deadmau5.

deadmau5 at CMW 2024deadmau5 au CMW 2024Grant W. Martin Photography, avec l'aimable autorisation de CMW

Sur le prix du Temple de la renommée de l'industrie musicale

« C'est fou. Cela ne semble pas bien, mais je suis très reconnaissant. C'est mon premier prix [au Temple de la renommée ou pour l'ensemble de sa carrière], ce qui est à la fois cool et effrayant. C'est comme 'eh bien, bonne course mec.' »

Sur le 25e anniversaire, rétro5spectives et sentiments de nostalgie

« Ces sentiments ne surviennent généralement que pendant les heures de spectacle, car c'est à ce moment-là que mes amis sortent. C'est comme ça que tout a commencé. Nous traînions tous ensemble, j'allais à leurs spectacles et ils venaient au mien, donc nous étions tous de nouveau ensemble après une période de 15 ans à faire notre propre truc. On passait beaucoup de temps après le spectacle, échangeant des choses comme « tu te souviens quand ? J'avais quelques collaborateurs à ces spectacles, dont de grands artistes canadiens comme Lights et Keisza [ainsi que Tommy Lee, Hayla et Sofi]. »

Sur le maintien de ses racines canadiennes

« À ce jour, je suis vraiment implanté ici au Canada et j'aime vraiment rester ici. Ce n’est pas comme si c’était mon plan et que je devais m’engager. On se sent comme à la maison. Certains de mes autres pairs ont simplement changé de maison, mais je ne peux pas. C'est le café. »

advertisement

deadmau5 au CMW 2024Grant W. Martin Photography, avec l'aimable autorisation de CMW

Sur la rétrospective présentée pour la première fois comme le 20e anniversaire

« Quelqu’un a laissé tomber la balle en ce qui concerne la facturation. Un de mes amis m'a contacté à ce sujet : « Quand est-ce que cela en a repéré certains ? N'était-ce pas votre première sortie ?' J’ai donc passé deux heures à compter à rebours à partir de 2024, ce qui était difficile, mais nous avons compris et c’était 25. Ce débat a vraiment brillé sur mon Reddit. Comptez-vous depuis le premier téléchargement, ou la première sortie commerciale, ou la première chose qui intéresse les gens ? Il y a tellement de points différents que nous sommes donc passés à la première publication protégée par le droit d'auteur.»

advertisement

« C'était le Smirnoff Experience [CD], avec JT de Jet Promo. Il a licencié un morceau de ma musique sur une compilation Smirnoff, lorsque cette marque commençait à se lancer dans la culture des boîtes de nuit. Smirnoff et Diageo ont décidé de faire toute une campagne autour de ce sujet. Ils voulaient vendre un mini-CD avec leur produit. Il s'agissait uniquement d'artistes canadiens, et le tout s'est retrouvé dans 40 magasins. J'ai dû trouver quelqu'un d'assez vieux pour acheter du Smirnoff afin de pouvoir obtenir une copie de mon propre CD ! »

À ses débuts

« Je faisais vraiment des bêtises, sans aucune intention de [publier quoi que ce soit]. J'étais simplement plus séduit par la technologie de création de ce genre de choses, plutôt que d'essayer de me briser en tant qu'artiste. C'était plutôt : 'J'essaie juste pour que ce putain de séquenceur midi fonctionne avec cet Atari. À l'époque, au milieu des années 90, nous avions des Commodores et des Ataris, mais pas d'ordinateurs, pas d'Internet, juste du midi en gros, donc il fallait se débrouiller pour les contourner. »

À propos de son premier travail en tant que Deadmau5

« Où tracer la limite dans le sable ? C'est comme demander 'qu'avez-vous mangé au petit-déjeuner le 5 juillet, il y a 25 ans ?' »

Sur son travail en tant que Testpilot

« C'est une approche plutôt différente de la recherche d'une identité. Avant toute cette histoire de Deadmau5, je pense qu'il s'agissait de recherche d'identité alors qu'un jeune de 18 ans de Niagara Falls se rendait à Toronto pour s'introduire par effraction dans un sous-sol du marché de Kensington pour une rave. Cette époque est révolue. C'était plus une recherche d'identité que la construction d'une marque. »

advertisement

« En tant que DJ, vous pouvez en quelque sorte vous en sortir avec un meurtre. Changez simplement de style, et c'est une tout autre chose. J'ai juste ces jours où je ne suis pas vraiment intéressé par quelque chose et j'y vais, eh bien, je suppose que ça va soyez entièrement techno ce soir. C'est une question d'humeur, une question d'ambiance. »

Sur la culture EDM

« Je ne connais pas vraiment grand-chose au DJing. Jane Goodall qui regarde les singes est comme moi les DJ et l'EDM. C'est agréable d'être une exception. Observer et imiter, dans une certaine mesure. Je ne me laisse pas trop emporter par cela. C'est une culture très jeune, entre 18 et 23 ans, soit la moitié de mon âge ces jours-ci, ce qui me semble bizarre. Je me souviens avoir pensé quand j'avais 20 ou 30 ans, je ne peux pas m'adonner à ça à mon âge maintenant, à moins que tu ne sois Derrick May ou Carl Cox, je ne le vois pas. Ce n'est pas que vous sombrez dans l'obscurité, mais c'est le signal pour la prochaine récolte et celle d'après. »

advertisement

Sur ses passions actuelles pour la technologie et le design

« Maintenant, je m'intéresse davantage à la technologie, aux logiciels, à la programmation, à la logistique, à la scénographie et à la production. C'est plus là que se trouve mon cœur maintenant que de compter à rebours à partir de trois et de m'assurer que tout le monde passe un bon moment. Si votre production est parfaite , et sur le plan sonore c'est sympa, le reste suivra. »

« J'ai tendance à combler le fossé entre ce qu'un producteur fait sur scène et faire une déclaration cohérente au festival ou au spectateur. Ce qui me prend toute la journée en studio pendant 15 minutes sur scène, je veux le rendre suffisamment cohérent pour que quelqu'un établisse cette connexion et voie ce que j'essaie de faire. Ensuite, j'y ajoute de la modularité pour pouvoir le changer fréquemment. C'est un spectacle que j'aime mélanger pour le garder en mouvement et m'empêcher de m'endormir. »

À propos de sa dernière soirée au club populaire de Toronto, The Guvernment

« Je n'y ai joué que trois fois, mais c'était cool de fermer cet endroit. J'ai encore un morceau de sol, dans mon salon, datant de l'époque où ils le démolissaient. »

Sur mau5trap, son label

« J'ai commencé avec Dean Wilson, qui a été mon manager pendant tout ce temps. Je voulais m'approprier ma musique autant que possible et une façon d'y parvenir est de passer par mon propre label. J'ai eu très tôt l'idée de créer un C'était en 2004-5, quand tout le monde cherchait toujours à aller sur un label. Le rêve de tout le monde était de monter sur Ultra Records ou quelque chose comme ça. »

« Je me souviens d'avoir eu beaucoup de travaux qui n'étaient pas sortis ou publiés et j'ai dû réfléchir aux effets à long terme de la signature de quelque chose. Qu'il s'agisse d'un simple contrat d'édition, à l'époque, c'était comme 'et nous allons prenez aussi ces maîtres. Je suis très catégorique et je pense que le meilleur conseil que je puisse donner à toute personne normale est le suivant : gardez toujours vos masters. Et si vous pouvez également conserver vos publications, c'est génial. »

« Parfois, il faut signer avec un label pour démarrer une petite entreprise, mais c'est comme les pires prêts bancaires jamais vus. Mais les banques ne prêtent pas aux risques liés à la musique. Si elles le faisaient, tout le monde irait à la banque à cause de cela ce serait bien moins cher. »

Sur l'IA et l'importance de posséder votre catalogue

« Je pense que dans 5 ans, peut-être 10 ou 20 ans, l'IA va jouer un rôle important, en particulier dans les catalogues d'artistes, et si vous possédez ces catalogues, tant mieux pour vous. Bien sûr, la législation va rattraper tout cela. , surtout en ce qui concerne les droits des créateurs. Mon avocat crie comme une banshee au Congrès pour que bon nombre de ces droits soient présentés sous forme de projets de loi. »

« Je pense qu'un catalogue d'artistes pourrait avoir plus de valeur dans ce secteur technologique dans les 5 à 20 prochaines années, par opposition à ces ventes par catalogue où ils l'achètent désormais par multiples de 7 à 9 pour un catalogue de niveau intermédiaire. Mais je ne compte pas sur les futurs travaux dérivés de tout type de synchronisation IA. Ce sera une chose intéressante. Cela pourrait complètement faire chier le lit. C'est juste bien de posséder sa propre merde. »

Sur son projet de musique classique de 2018, Where's the Drop ?

« C'était amusant et significatif. J'aime la musique. Entendre votre musique avec de la musique est très cool. J'ai travaillé avec Gregory Reveret et le chef d'orchestre pour créer des versions symphoniques de certains de mes morceaux de danse. Lorsque Tidal m' a approché, j'ai eu cette idée, je me suis dit : "Oh, est-ce que ce seront juste quelques joueurs à cordes jouant une version monophonique du hook et ensuite cette grosse grosse caisse ?" Non, nous devons écrire cela comme une symphonie. »

« J'ai travaillé là-dessus avec Gregory pendant 18 mois. Ensuite, voir cela se produire et être dans la salle pendant l'enregistrement et être sur scène pendant qu'il était joué, je me suis dit "c'est fait". Je vais remporter la victoire. ' C'était vraiment une chose unique dans une vie. C'est jouable par une symphonie complète, et ce n'est pas seulement une copie conforme ostinato de ce qu'est l'original. »

advertisement
Eminem
Photo de courtoisie

Eminem

Français

« Houdini » d'Eminem fait ses débuts au premier rang du Canadian Hot 100

Le premier single de son 12e album à venir, The Death of Slim Shady, a donné à Eminem sa plus haute place dans les classements en six ans.

Devinez qui est de retour : Eminem a décroché la première place du Billboard Canadian Hot 100 de cette semaine avec Houdini, le premier single de son 12e album à venir.

Le morceau échantillonné par Steve Miller Band est le placement le plus élevé d'Eminem dans le classement depuis Killshot de 2018, qui a occupé la première place pendant deux semaines, et est son sixième numéro 1 au Canada. Houdini est également n°1 du Billboard Global 200 et du Global Exc. U.S.

continuer à éleverShow less
advertisement