advertisement
Français

Dans les médias: Radio-Canada ne peut pas gagner en perdant

Dans la chronique de cette semaine: attaqué sur tous les fronts, un défenseur du «pubcaster» propose quelques suggestions pour l'améliorer à l'avenir.

Dans les médias: Radio-Canada ne peut pas gagner en perdant
Photo d' Austin Distel sur Unsplash

La Société Radio-Canada est encore une fois sur la sellette.

Le plus récent bouleversement de CBC montre la présidente et directrice générale de la société, Catherine Tait, se tortillant dans son siège plus tôt cette semaine devant un comité parlementaire qui voulait, entre autres choses, savoir si la chaîne de télévision envisageait de répéter les primes de près de 15 millions de dollars de l'année dernière. versé à son équipe de direction. Pour une opération déficitaire, la question est doublement pertinente compte tenu de l'annonce antérieure selon laquelle une réduction prévue de 10 % des effectifs est imminente, soit environ 600 postes, plus la suppression de 200 postes vacants.


advertisement

Vilipendée par ses pairs du libre marché, souvent critiquée publiquement pour diverses raisons et obligée constamment de s'incliner devant un défilé en constante évolution de ministres, de membres de comités, de parlementaires et parfois même du premier ministre lui-même, la SRC dans ses nombreux Les différentes formes de diffusion (radio, télévision, sites Web et un ensemble de services de streaming) sont dispersées.

Outre la voix parfois surmenée des lobbyistes bien intentionnés des Amis de la SRC, le diffuseur public a des défenseurs en haut lieu. Le plus récent à avoir été rendu public est l'ancien vice-président directeur de CBC, Richard Stursberg, qui a écrit un article d'opinion lucide pour The Hub. Ici, il soutient que Radio-Canada est jetée comme une bouteille à la mer par une contradiction entre des maîtres qui la poussent dans tous les sens sans direction claire.

Concrétisant fermement cette idée, il écrit: «La politique de la Loi sur la radiodiffusion à l'égard de la SRC n'est d'aucune aide. Il exige que Radio-Canada « informe, éclaire et divertisse» tout le monde, y compris « es auditoires nationaux et régionaux, tout en répondant aux besoins particuliers des régions», les auditoires francophones et anglophones, y compris «les besoins particuliers des communautés de langue officielle», tout en reflétant la «caractère multiculturel et multiracial du pays, cultures autochtones et personnes handicapées. En d’autres termes, cela exige que l’entreprise soit tout pour tout le monde. Ce n’est pas une orientation mais une recette pour l’échec. Aucune organisation au monde ne pourrait répondre à ces exigences colossales.»

advertisement

Stursberg dit qu'il est grand temps que le gouvernement définisse ce qu'il attend de Radio-Canada «d'une manière qui soit à la fois claire et réalisable». Il suggère que cela puisse se faire comme cela se fait au Royaume-Uni par le biais de la Charte royale, qui est en fait un contrat entre la BBC et le gouvernement. Il précise ce que fera la BBC au cours des dix prochaines années, ainsi qu'un engagement à fournir le financement nécessaire. C’est un mandat qui a du mordant.

Il affirme avec insistance que ce qui n'est pas nécessaire, c'est que le gouvernement se renvoie la balle et mette en place un comité pour étudier la question, dont les conclusions peuvent être rejetées ou simplement laissées tomber dans la poussière sans qu'aucune recommandation ne soit prise en compte.

Un autre partisan curieux est Conrad Black qui, à la fin de l'année dernière, a écrit un long éditorial pour le National Post , intitulé «Le Canada a besoin d'un radiodiffuseur public fort et impartial». Il réclame un financement accru, renforçant l'ONF et en faisant un fournisseur de contenu sérieux pour la SRC, et reconnaissant que les principaux piliers du succès de la Société – la radio anglaise, la radio française et la télévision française – ont tous une part de marché accrue par rapport à il y a 10 ans. Le réseau de télévision de langue anglaise de CBC, qui ne détient qu'environ quatre pour cent de part de marché, soit sensiblement moins qu'il y a dix ans, est à la traîne et entraîne une perte de coûts.

advertisement

Pour ma part, je pense que les services d'information jouent un rôle nécessaire et pourraient être élargis en créant éventuellement des affiliations avec des services de magazines d'information tels que The Agenda de TVO, Knowledge Network en Colombie-Britannique, PBS et NPR – et en créant un bassin de pigistes à l'échelle nationale et à l'étranger. Avoir un réseau d'information continuellement mis à jour, que ce soit sur CBC Gem ou sur une autre plateforme, n'a pas besoin d'être extrêmement coûteux comme le serait une chaîne d'information télévisée dédiée; et peut-être que, dans cinq ans, CBC mettra fin à son réseau de télévision de langue anglaise ou, comme Black le suggère, conclura un accord à faible coût avec des fournisseurs de contenu externes et ne se lancera pas dans la mêlée pour soumissionner pour des émissions à gros budget.

Je suis sûr que beaucoup ont leur propre point de vue. Le fait est que l’opinion générale est qu’il faut faire quelque chose à propos de Radio-Canada – et que le gouvernement établisse un mandat clair et un financement stable serait un bon point de départ.

advertisement
Beyoncé
Nation vivante

Beyoncé

Français

Beyoncé et Good Kid Signent Les Nouveaux Succès Radio De Cette Semaine Au Canada

Cette semaine, Arkells, Mother Mother, The Beaches et Adventure Clubs ont également de la partie.

Les morceaux suivants sont diffusés à la radio par le distributeur numérique DMDS/Yangaroo au Canada et répartis en trois catégories. Les meilleurs téléchargements et les meilleurs téléchargements canadiens représentent les morceaux les plus copiés au cours de la semaine se terminant le 9 février. La catégorie Indépendants les plus actifs mélange téléchargements et flux, avec le label affilié et la société de promotion radio entre parenthèses.

Principaux téléchargements:

continuer à éleverShow less
advertisement