advertisement
Français

Une conversation avec Leroy Emmanuel de LMT Connection

Depuis sa formation en 1989, le trio a créé un mélange distinct de R&B, de funk et de jazz, appelé à juste titre «Universal Soul».

LMT Connection

Connexion LMT

Photo de courtoisie

Leroy Emmanuel et LMT Connection ont donné un concert déchaîné un vendredi de décembre à Toronto. C'était l'occasion d'entendre le groupe au Redwood Theatre dans l'East End dans une forme funk de pointe, avec un son magnifique et devant un public reconnaissant. Ce qui frappe dans le trio, c'est la taille du son, serré et nerveux. La pièce maîtresse était la guitare punching de Leroy Emmanuel, 77 ans, originaire de Détroit, un croisement entre le jazz et le hard funk. Ce n'est pas la résonance de la guitare jazz torontoise qui fait allusion au regretté Ed Bickert, un génie à part entière, mais une résonance qui croise celle de George Benson, John Scofield et Pat Metheny.

advertisement


Emmanuel perfectionne son style dans les studios de Détroit dans les années 1960. Ses parents s'y sont installés en 1953 alors que le palmarès Rhythm & Blues de Billboard parcourait les quartiers avec les 10 meilleurs: Ruth Brown, «(Mama) He Treats Your Daughter Mean», Fay Adams, «Shake a Hand», «Hound Dog» avant qu'Elvis ne s'empare de Big Mama Thornton, The Orioles, «Crying in the Chapel», The Clovers, «Good Lovin'».

Tout au long de notre conversation, Leroy parle avec autorité. Je comprends ça. Je l'ai entendu jouer en live et je suis d'accord avec son assurance. Il n'y a pas d'arrêt et de démarrage. Pas de boucle ni d'édition. La virtuosité est au cœur. C'est à peu près la même chose avec les deux joueurs vedettes à ses côtés.

En 1984, les racines de LMT Connection ont été plantées lorsque Mark Rogers, assistant à un concert dans un club à Niagara Falls, a approché Leroy Emmanuel, le guitariste du groupe vedette. Leur alchimie musicale s'est confirmée et un an plus tard, Emmanuel est retourné à Niagara Falls pour retrouver Rogers. Le duo s'est lancé dans un voyage de quatre ans à travers l'Amérique du Nord avec un groupe Motown composé de 10 musiciens. À la fin de la tournée en 1989, ils ont accueilli le bassiste originaire d'Ottawa John Irvine dans le mix, solidifiant ainsi le trio qui est devenu LMT Connection.

advertisement

Depuis sa création, LMT Connection est une force sur la scène musicale, créant un mélange distinct de R&B, de funk et de jazz, appelé à juste titre «Universal Soul». Avec un parcours musical s'étalant sur plus de quatre décennies, le trio a enregistré quatre albums studio, dont le troisième, Universal Soul , est sorti à l'automne 2003. Au fil des ans, ils ont hypnotisé le public avec plus de 6 400 concerts et se sont lancés dans six tournées européennes au cours des deux dernières années seulement. Ils ont notamment eu l'honneur de faire la première partie du légendaire BB King, marquant une nouvelle étape dans leur illustre carrière.

Il y a quelques années, j'ai interrogé Tim Notter, copropriétaire d'Orbit Room, à propos de LMT Connection, sachant que le point chaud avait une solide histoire de 25 ans avant sa fermeture.

«J'ai demandé à Prakash John. Je lui ai dit que je cherchais des groupes qui jouent de la soul. Il m'a dit que je devrais aller voir LMT Connection qui ne joue jamais à Toronto parce que leur monde entier est Buffalo, Niagara, la région de Niagara Falls et Hamilton. Je n'ai pas Je ne savais pas qu'ils vivaient à Niagara Falls et qu'ils allaient venir de là en voiture.»

advertisement

«Bien sûr, la première fois que nous les avons vus, nous sommes restés bouche bée. Nous avons été émerveillés par eux trois, pensant que c'était la chose la plus incroyable à laquelle nous ayons jamais assisté. Leroy Emmanuel est un véritable chanteur de soul authentique de Détroit et Mark est un batteur incroyable. Ils ont dit que le mercredi soir [étaient] les seuls soirs où ils pouvaient jouer parce qu'ils avaient des concerts à la maison partout. Six mois après le début, vous ne pouviez pas entrer sur place. Certaines personnes insistent encore: "Tim, je n'y suis allé que le mercredi pendant dix ans."»

advertisement

«Les gens pouvaient aller dans un bar et voir n'importe quel groupe jouer 'Hotel California' pas très bien [ou] venir à l'Orbit Room et voir LMT Connection et faire partie de cette fête insensée.»

Dans cette séance de questions-réponses, Emmanuel parle de leur riche histoire de Détroit à l'Ontario.

Remontons le temps. Vous êtes probablement arrivé à Détroit, quoi, vers 1953 ?

Leroy: Quelque chose comme ça.

Dans des quartiers comme Black Bottom et Paradise Valley, les dernières années ont vu des changements importants. C’était la patrie des chanteurs de blues et des big bands.

C'est à ce moment-là que j'ai rencontré tout le monde: Marvin Gaye, j'ai rencontré les Pips, Tammi Terrell, Stevie Wonder, tout le monde. Stevie était un peu plus jeune.

J'ai commencé à travailler avec Bettye LaVette vers l'âge de 15 ans et j'ai fait quelques trucs avec elle. Elle a enregistré «My Man» et a atteint les classements. Puis, en mouvement et en course, les premières années passées à la Motown. Johnnie Mae Matthews, les gens des Four Tops, oh mec, juste tout le monde à Motown. Je les ai croisés en grandissant avant qu'ils ne commencent à sortir des disques à succès.

Eddie Kirkland était là, le guitariste, qui jouait avec John Lee Hooker? Avec qui avez-vous appris la guitare?

J'ai joué avec John Lee et je ne me souviens plus qui était le claviériste ou le batteur. Je pense que le bassiste de Motown, James Jamerson, a fait quelques concerts avec nous. En fait, moi, Jamerson, un gars nommé Spider Rice, nous avions un petit trio faisant différents concerts en ville. Je l'ai rencontré dans une boîte de nuit grâce à Bettye LaVette. Je jouais avec elle et le président de la fédération des musiciens, un certain Jim Lewis, était son agent. Nous sommes entrés et sortis de nombreux endroits parce qu'il était le président du syndicat. Nous n’avons nulle part eu de problème pour jouer.

advertisement

Sur quoi était basé votre style de guitare? Qu'est-ce que vous écoutiez?

Je n'ai jamais eu de professeur. Beaucoup de gars couraient partout, jouaient. J'étais chez le coiffeur pour me faire couper les cheveux quand j'avais environ 14 ans et le coiffeur m'a demandé: «Qu'est-ce que tu fais, fils? J'ai dit: «Eh bien, je joue de la musique.» Il a dit: «De quoi joues-tu?» J'ai dit: «Je joue de la guitare.» Il m'a ensuite demandé si j'avais déjà entendu parler de Wes Montgomery? J'ai dit non. Il avait un petit magasin de disques à l'arrière de chez lui. Il m'a vendu un album pour cinq dollars. Je l'ai ramené à la maison et je l'ai écouté. Cela m’a époustouflé. J'ai pensé, qu'est-ce que c'est que ça? J'ai grandi en écoutant cet album, puis j'ai commencé à découvrir d'autres albums de lui. [Quand j'avais] 19, 20 ans, Wes est venu en ville et a joué au Baker's Keyboard Lounge et je suis descendu et j'ai attendu qu'il arrive pendant la journée pour répéter. Je l'ai rencontré et nous nous sommes assis et avons discuté pendant un moment. Il vient d'Indianapolis, Indiana. Je lui ai dit que j'avais vécu autrefois dans l'Indiana. J'avais environ sept ans, quelque chose comme ça et j'y suis allé à l'école pendant quelques années, puis j'ai déménagé dans la région du Michigan. J'ai rencontré le guitariste Kenny Burrell. Ce sont les gars qui m'intéressaient, Wes, puis Kenny Burrell et George Benson. C’est le style de guitariste qui attire mon oreille.

advertisement

Quand j'avais 17 ans, j'ai fait ce disque avec Timmy Shaw, «I'm Gonna Send You Back to Georgia», et il a atteint les classements Billboard. Il est allé au Théâtre Apollo et j’étais le seul à savoir jouer de la guitare. Je n'avais que 17 ans, alors il m'a emmené avec lui. J'ai rencontré Dionne Warwick, Chuck Jackson, Ruby & The Romantics. J'ai commencé à travailler avec Dionne Warwick. J'ai fait quelques concerts avec elle. Un à Détroit avec le James Brown Orchestra. C'est comme ça que j'ai grandi. Travailler avec divers artistes en route vers le sommet.

Cela a ouvert la porte aux studios Motown.

Je jouais avec Bettye LaVette, c'était le Phelps Lounge dans l'est de Détroit et le groupe house était les Funk Brothers. Earl Van Dyke, Jamerson, Uriel Jones, Robert White, Eddie Willis, ces gars-là. C’était un peu un choc pour eux de m’entendre jouer. Comment pouvais-je jouer à un si jeune âge? Je joue du blues hardcore. Une chose en a entraîné une autre, et j’ai fini par être appelé pour faire des séances Motown. Je suppose que les gars ont dit un bon mot sur moi, ou que quelqu'un l'a fait.

Vous souvenez-vous de quelles séances il s’agissait?

Pas exactement. Je faisais du travail de session pour divers petits studios comme Golden World Records. J'étais partout. On m'appelait pour faire toutes sortes de choses. Et puis j’ai réuni les Fabulous Counts. Et nous avons sorti notre premier disque, «Jan Jan», et avons fait disparaître Détroit de la carte. Nous sommes devenus le groupe numéro un dans le Michigan, donnant des concerts quelque part chaque semaine. Ils ont commencé cette bataille de groupes et il y avait beaucoup de groupes impressionnants tout autour, des jeunes. Il y avait Mad Dog and the Pups, Leonard King and the Soul Messages, toutes sortes de groupes. Nous avons fait quelques batailles et les Counts détruisaient toujours tout le monde avec des salles remplies de monde. Quelques milliers de personnes et environ cinq, six groupes viennent jouer trois ou quatre chansons chacun. Les Counts arrivent, et nous gagnerions toujours.

J'étais tout le temps dans le journal Detroit News. Ils nous ont parrainés. Nous avons fait tous les gros concerts autour de Détroit.

Fortune Records était un autre label local très actif.

J'ai fait tellement de séances que je ne m'en souviens pas de la moitié. Je connais ce label. Détroit abritait un studio nommé Magic City. Chaque fois qu'Ike et Tina Turner venaient à Détroit, ils m'appelaient. Nous faisions des démos avec Tina Turner. Ils prenaient ce qu'ils voulaient, ce qu'ils avaient à Chicago ou en Californie, et retournaient en studio et enregistraient les morceaux qu'ils aimaient. Ils venaient toujours à Détroit. Ike avait toujours quelque chose à faire. Eh bien, je regardais la liste des musiciens maintenant.

Détroit était la maison du révérend CL Franklin, le père d'Aretha, une grande présence évangélique. Il y a le truc du jazz avec Elvin Jones, Tommy Flanagan, Burrell, Ron Carter, Betty Carter, Joe Henderson. Le blues, Big Maceo Merriweather, était la plus grande vedette que j'imaginais sortir de Détroit. Tout le monde, de Bessie Smith à Ma Rainey, y a joué.

J'ai vu Miles Davis avec John Coltrane. Je me tenais devant un club de jazz et je les écoutais jouer. Je ne savais pas qui ils étaient. Je n'étais qu'un enfant. Mais tout ce que je savais de la musique était fantastique. C'est comme ça que j'ai grandi.

Bootsy Collins.

Bootsy est toujours un bon ami à moi. Son frère Catfish et moi étions très proches. J'ai parlé à Catfish environ deux heures au téléphone avant son décès. L’année suivante, je suis allé au salon NAMM à Anaheim, en Californie. Je suis tombé sur Bootsy. J'ai croisé tout le monde. J'y vais en janvier. J'y vais chaque année. J'ai rencontré Bootsy et nous avons parlé. Catfish lui avait dit que j'avais appelé. J'ai rencontré Bootsy quand il jouait avec George Clinton.

Ils ont dû avoir une énorme influence sur votre son, Parliament-Funkadelic.

J'ai influencé leur son. Parce que les Counts ont détruit ces types. Nous avons tourné avec eux, avec les Counts et Parliament Funkadelic à travers les États-Unis, dans ce que nous appelons «l’invasion funk». Nous avons parcouru la majeure partie de la Californie à travers les États-Unis et jusqu'à Détroit. Il n'y avait que deux groupes. Nous étions tous les deux sur Westbound Records. Nous étions de bons amis.

Les Counts formaient un groupe extrêmement poli. J'étais le chef du groupe, et quand je réunissais les Counts, je les faisais répéter environ six, sept heures par jour, tous les jours. Pas de pratique de sports comme le basket-ball ou le hockey. Nous n’avons autorisé aucune de ces choses. J'ai dit, si tu veux jouer ce genre de trucs, je te virerai du groupe. J'étais autre chose.

Mais c'est pareil pour James Brown.

Ouais, j'étais pire que James Brown. James Brown était mon homme. James Brown avait les choses en ordre.

Vous avez joué sur les disques de Marvin Gaye.

J'ai fait quelques enregistrements au Golden World avec Marvin. Nous avons fait l'album You're The Man. Hamilton Bohannon en faisait partie, James Jamerson et certains des Funk Brothers. J'ai fait de la guitare rythmique, de la guitare solo. Ils ont mis l'album entre parenthèses, car il avait trop de contenu politique. Nous avons fait cet album en 1972, je crois. Ils ne l'ont sorti qu'en 2019.

Marvin était un génie. Lui et moi étions amis. Il m'a dit que j'étais un génie. C'est ce qu'il me disait, il disait: «Leroy, tu es un génie, mec.» J'ai dit: «Je ne suis pas un génie, Marvin.» Nous nous asseyions là et fumions un joint dans le studio quand tous les musiciens étaient en place, assis là dans un silence complet. Marvin et moi riions et parlions. Je suis assis au piano avec lui et je roule des joints.

Quand êtes-vous arrivé au Canada?

Ayant grandi à Détroit, j'allais toujours, quand j'étais enfant, à Windsor. Je savais tout sur le Canada. En quittant Détroit, mon intention était de résider résolument au Canada. J'ai obtenu la résidence permanente ici en 1986. J'avais un visa pour jouer au Sheraton Foxhead avec un groupe de dix musiciens, un groupe de spectacle, à l'hôtel Foxhead, ici à Niagara Falls. Je crois que le directeur de district de tous les hôtels Hilton venait du Texas. C'était un gars hardcore et il avait des gens qui s'occupaient des affaires. Il dirigeait les lieux ici comme un fou et savait comment gérer son entreprise. Il n'aimait personne dans mon groupe, le groupe Power Play. Le seul gars qu’il voulait dans le groupe, c’était moi. Il s'appelait Ray Ferringer.

J'ai séjourné au Sheraton lorsque je jouais au Penthouse six soirs par semaine pendant toute la saison estivale. Je rencontrais Ferringer dans l'entrée et lui disais: «Eh bien, bonjour ou bon après-midi, M. Ferringer, comment allez-vous aujourd'hui?» Je lui parlais. La plupart des gens qui travaillaient le craignaient. C'était un grand gars, un grand Texan. Mais je viens de Géorgie et j'ai travaillé au Texas. J'ai travaillé partout. Vous savez qu'il ne m'a pas mis en phase d'une manière ou d'une autre. Après plusieurs fois, il m'a arrêté un jour. Il a dit: «Où t'ai-je vu?» J'ai dit: «Je joue dans le groupe à l'étage avec le Power Play.» Il a demandé: «reste ici.» J'ai dit: «oui, je reste.» Et il a dit: «C'est un bon groupe mais je n'aime pas ces gars-là.» Il était droit devant. Ils viennent tous de Toronto. Ils avaient l’attitude de Toronto. J'ai eu quelques démêlés avec des musiciens de Toronto et j'ai dû les arranger.

Comment en êtes-vous arrivé à jouer à Orbit Room à Toronto?

Un soir, Alex Lifeson de Rush est arrivé. Il avait l'habitude de vérifier quel groupe jouait à l'Orbit. Il arrivait pendant peut-être un set 10 ou 15 minutes, puis repartait. Et un soir, alors que nous avons commencé à jouer «Wednesday», il est venu, s'est assis et a parlé au copropriétaire Tim Notter et à quelques autres personnes. Ensuite, la connexion LMT s'est poursuivie. Au début, j'ai juste commencé à jouer un peu de jazz, juste pour commencer la soirée. Je fais ça juste pour m'échauffer. Ensuite, j'ai commencé quelques trucs. Je ne sais pas à quoi je jouais. L'endroit a commencé à bouger. J'ai remarqué qu'il était là pendant tout le premier set. Puis pour le deuxième set. Il est resté là jusqu'à la fin de la nuit. Tim a dit qu'Alex n'était jamais resté aussi longtemps au bar. Il entrait, vérifiait les choses et repartait. Il est resté là toute la nuit jusqu'à ce que je descende. J'ai demandé qui c'était. Tim a dit que c'était Alex Lifeson. J'ai dit: «Alex Lifeson du groupe Rush?»

Je me suis présenté. Lifeson s'est levé et m'a serré la main, m'a regardé et a dit: «Mec, je n'ai jamais vu quelqu'un jouer de la guitare comme ça. C'est le meilleur.» Il a poursuivi: «Je n'en ai aucune idée, comment jouez-vous de la guitare comme ça? Vous n'utilisez pas de pioche. Vous êtes partout – vous savez, et vous chantez – et vous ne manquez pas une note. Je connais de grands guitaristes et de grands chanteurs, mais les gars qui peuvent le faire sans problème, ils sont une poignée, vous savez.» Je chantais quelque chose et je jouais une harmonie avec moi-même à la guitare, tout en chantant parfois sur certaines choses. Il a dit: «Comment diable faites-vous ça?» J'ai appris tout seul à le faire et je suis autodidacte. Cela vient naturellement.

Vous et le batteur Mark Rogers, quelle équipe. Je suppose que vous vous êtes rencontrés pour la première fois en 1984 et que vous avez formé LMT Connection en 1989. La première fois que je l'ai entendu, je me suis demandé: d'où vient ce type ? C'est un joueur difficile.

Il est né à Oakville, mais est allé à l'école à Chippewa, à Niagara Falls. En gros, c'est son terrain de prédilection. Il a grandi ici.

Je jouais au Penthouse et Mark était un enfant qui sortait tout juste du lycée. Il courait partout, surveillant tout le monde qui jouait. Quelqu'un a dit, mec, tu dois y aller et écouter ce groupe – et ce type de Detroit, à la guitare. Ils ont dit que tu devais vérifier ce type. Ce type est le gars le plus funky que j'ai jamais entendu de ma vie. Il connaissait des gens qui travaillaient dans le spectacle et est venu un soir pendant que je jouais avec le groupe. Il s'est approché de moi et m'a dit : «Wow, je joue de la batterie, mec, j'adorerais jouer avec toi.» Ce n'était qu'un enfant. Il avait environ 18 ans. J'ai dit, je dois retourner à Détroit, j'ai quelques concerts à faire. Je dois faire des trucs avec Marvin Gaye. Il a dit «quoi?» J'ai dit que je devais faire un concert à Atlanta au Fox Theatre. Et j'enregistrais avec Bohannon et Sheila E. était sur Funkadelics et Ray Parker Jr., Wah Wah Watson. Album funk, disco, dance. C'était autre chose. Il est toujours là. J'ai dit, je serai de retour dans un an. J'ai des trucs à faire aux États-Unis.

Je suis revenu l'année suivante à Niagara Falls. J'avais le numéro de Mark. J'ai promis: «Je t'appellerai à mon retour». Il ne pensait pas que je le ferais. Alors, je l'ai appelé. Il était en état de choc. Il a dit, mec, «Je n'arrive pas à y croire, mec, tu te souviens de moi?» J'ai dit: «ouais, je t'ai dit que je t'appellerais.»

Nous nous sommes réunis. Je voulais entendre à quoi il ressemblait à la batterie. Je ne savais pas à quoi ressemblait ce gamin. Nous avons commencé à jouer. C'est à ce moment-là que je l'ai entendu jouer pour la première fois. Il frappait comme les autres avec qui j'ai joué à Détroit. Quelques méchants mecs. J'ai joué avec sans aucun doute certains des meilleurs au monde, à la batterie. J'ai enseigné à Ricky Lawson. Il a fini par jouer sur l'album avec Michael Jackson, «Bad», et a commencé à tourner avec Michael Jackson. Quand Ricky Lawson était jeune, son oncle et moi produisions beaucoup ensemble.

Ensuite, vous avez rencontré le bassiste John Irvine.

Je veux dire, alors c'est terminé. John est venu de Pembroke. Il est né quelque part à Ottawa et a travaillé comme barman. Il disait aux gens: «Je recherche un projet musical. Je joue de la basse. Un de mes amis m'a dit: «Mec, je connais le gars à qui il enseigne au magasin de musique, va lui parler.» John est venu et a dit: «Je joue de la basse.» Okay, mec, voyons ce que tu as. Il a déclaré: «Je n’ai jamais joué de blues, je n’ai jamais joué de funk, je n’ai jamais joué de R&B, j’ai joué dans des groupes de rock progressif. J'ai joué avec un groupe appelé Mindstorm et White Frost.» Certains noms dont je n'ai jamais entendu parler, mais John pouvait jouer des trucs de rock progressif. Il ne connaissait rien au slap bass et rien de tout ça.

J'ai grandi en jouant avec James Jamerson et les gars. J'ai grandi en jouant avec certains des meilleurs bassistes de l'histoire. Je suis assis et je l'écoute. Il a joué tous ces trucs de rock progressif, et j'aime ce qu'il faisait – et j'ai dit, vous avez entendu parler de Stanley Clarke, Victor Wooten, et j'ai cité quelques noms, il a dit non. J'avais quelques cassettes et je lui ai fait une cassette de James Jamerson, Clarke et quelques autres noms. Je l'ai mis sur une cassette de 90 minutes. C'est ça. Étudier. J'ai dit, ce sont des bassistes qui jouent ici. J'ai dit, écoutez ces gars. J'ai dit que ces gars-là étaient les meilleurs au monde. Et il a dit «oh?» Il s'est assis et a écouté ces trucs jour et nuit et a commencé à capter certaines choses. J'ai dit à Mark, je pense que nous avons un bassiste, un gars nommé John Irvine. John se sentait inquiet car il n'avait jamais joué du funk dans sa poche auparavant. Puis il a commencé à jouer des morceaux fous et certaines choses que je lui ai dit de jouer à nouveau. Il a commencé à jouer et à développer son propre style. Mark et John ont commencé à se réunir et j'ai écrit toutes ces chansons. Sur le premier album, il a fait un travail fantastique. John a étudié ce genre de choses; il a tout rassemblé.

C'est 35 ans, 6 400 concerts plus tard. Vous devez être le groupe qui travaille le plus dur au Canada.

Nous ne nous arrêtons pas. Nous travaillons deux, trois, quatre ou cinq concerts par semaine, toute l'année. C'est juste à la sortie des chutes du Niagara. C'est sauvage.

Je parie que beaucoup de groupes torontois n'existent même plus parce qu'ils nous détestaient au début. Les groupes torontois détestaient le LMT. Nous avons appris à jouer de la musique et à être professionnels. Je l'ai dit, aucun groupe au Canada ne peut s'opposer à nous. Je vous demande si vous pouvez les trouver, les amener et je leur montrerai ce qu'est être un véritable artiste.

advertisement
Kaytranada
Émir Jivi

Kaytranada

Français

«Timeless» de Kaytranada est là: nouveautés et albums canadiens à venir

Également disponibles cette semaine: des nouveautés de Rick White and The Sadies, Super Duty Tough Work, Blue Hawaii et Bobby Bazini.

Le nouvel album très attendu de Kaytranada sort aujourd'hui (7 juin), menant une grande semaine de nouvelles sorties d'artistes canadiens, dont Super Duty Tough Work, Rick White & The Sadies, Bobby Bazini et plus encore.

Certains artistes notables ont récemment annoncé de nouveaux albums, notamment Jim Cuddy, Twin Flames et Klô Pelgag.

continuer à éleverShow less
advertisement