advertisement
Français

Une conversation avec ​Bif Naked sur sa carrière musicale en constante évolution

À l'occasion du 25e anniversaire de son album I, Bificus et d'un prochain documentaire, la vétérane canadienne du pop-rock revient sur une vie inébranlable dans la musique.

​Bif Naked

Bif Naked

Photographie de Coco et Kensington

Des décennies plus tard, le parcours de Bif Naked continue d'évoluer. Non seulement une réussite musicale au Canada, elle est aussi une ardente défenseuse des droits des animaux, une survivante du cancer, le sujet d'un documentaire et, maintenant, une experte de l'industrie musicale.

Son parcours a commencé dans le secret, née d'une mère adolescente en Inde, issue d'une union canado-britannique. Les deux familles l'ont rejetée, ce qui l'a conduite à être enfermée dans un hôpital psychiatrique sous la surveillance de ses grands-parents diplomates. Finalement, des missionnaires américains l'ont adoptée, elle et sa sœur, surmontant les obstacles juridiques pour les renvoyer en Amérique du Nord.


advertisement

Sa carrière musicale a pris son envol avec des albums comme Bif Naked en 1995, suivi de I, Bificus en 1998 et Purge en 2001. Parallèlement à sa musique, elle a montré son talent de poète et a sorti un album de créations orales intitulé Okenspay Ordway: Things I Forgot To Tell Mommy. Malgré sa lutte contre le cancer du sein, elle a continué à créer, sortant Superbeautifulmonster en 2005 et The Promise en 2009.

L'honnêteté de Bif va au-delà de sa musique. Fervente défenseuse des droits des animaux, elle a maintenu un mode de vie végétalien strict en matière d'aliments crus. Ses problèmes de santé, notamment un anévrisme cardiaque et un diagnostic de cancer du sein en 2008, n'ont pas découragé son militantisme. Au lieu de cela, elle est devenue une lueur d’espoir, encadrant des patients atteints de cancer et faisant du bénévolat sans relâche.

Aujourd'hui, elle s'associe à la productrice d'événements britannique Georgie Jett, à son agent de longue date Peter Karroll et à Her Royal Majesty's Records, basé à Vancouver, pour créer une société de gestion de musique et d'événements dirigée par des femmes.

Cette décision intervient notamment avant une période chargée de projets à venir, notamment le prochain documentaire Bif Naked: One of a Kind et un nouvel album, CHAMPION.

advertisement

L'édition25e anniversaire, I, BIFICUS XXV,sortira bientôt. Qu’est-ce que ça fait de revisiter cet album révolutionnaire maintenant?

Je n'arrive toujours pas à croire que 25 ans se soient écoulés. J'ai toujours l'impression que tout sera fini demain et que je vais devoir retourner à l'université. Mais maintenant, mes parents ne paieront pas la note indéfiniment.

L'album était tellement monumental pour moi que je ne voulais pas changer l'ordre des chansons. Ils l'ont remastérisé. Ils disposent de ces outils de rematriçage et de son sophistiqué qui nous ont permis de réaliser un mixage Dolby Atmos. Nous avons choisi Lucky Studios pour cela. C'était amusant de l'imaginer à nouveau et de faire du vinyle, ce que je n'en ai jamais fait de toute ma carrière.

J'ai aussi un nouvel album qui sort. Il était censé sortir en 2020. Cela ne s’est pas produit, et je suis heureux que cela ne soit pas le cas. Le monde n'avait pas besoin d'un disque de Bif Naked à l'été 2020. Il sort cet été, et il s'appelle Champion. Pour que je fasse de nouvelles choses, je comprends que tout a été fait. Des choses qui sont nouvelles pour moi, nouvelles pour mes fans, c'est tout nouveau pour moi.

advertisement

Il y a aussi un documentaire à venir? Quand est-ce que ça sort?

Nous viserons Sundance de 2025 pour une première car ils n’arrivent pas à le réduire. Il y a tellement de séquences. Ils tournent, je pense, depuis 2021, nous suivant sur trois ou quatre continents. Des trucs profondément intimes.

C'est la première entrevue que ma mère biologique fait. C'est la première plongée en profondeur dans mes origines indiennes, une plongée en profondeur dans mes débuts en matière de drogue. Ce n'était pas mon idée. Je suis un peu gêné et bizarre. Comme tous les bons groupes canadiens, je sors et joue chaque été partout au pays. J'ai beaucoup voyagé en réalisant ce documentaire pendant quatre ans. Nous sommes allés en Amérique centrale et en Europe pour le filmer. La bonne nouvelle est que la réalisatrice, Jennifer Abbott, est une farouche féministe. Les gens connaissent Jennifer de The Corporation. La lentille à travers laquelle elle voit le monde diffère de la mienne. C'est doux et cinématographique. Nous espérons également faire une première au TIFF.

advertisement

Y a-t-il un premier spectacle que vous considérez encore comme particulièrement mémorable?

Je fais des spectacles depuis que j'ai dix-huit ans. Pour moi, j'ai l'impression que chaque spectacle est ce spectacle. La première opportunité que j’ai eue de jouer était dans un groupe de musique du monde appelé Jungle Milk. Nous avons fait une reprise d'Ofra Haza intitulée Im Nin'Alu. Il y avait un gars dans mon groupe en pagne qui se tenait sur sa batterie, et mon père, le professeur, était dans le public, et il a pu regarder les couilles de Marcos depuis le premier rang. C'était à Winnipeg, au West End Cultural Centre, où j'épouserais mon batteur un an plus tard. Mon Mohammed. Je dois dire que cela reste ma référence en matière de spectacles, même si nous avons fait la première partie du Prodigy à Nuremberg devant 60 000 personnes et tant de concerts après. Je n'ai jamais eu de cours de chant et tout le monde a chanté avec moi cette chanson d'Ofra Haza. Le pouvoir de l’expérience partagée avec le chant était magique.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme lorsqu’il s’agit de nouvelles musiques qui sortent aujourd’hui?

Je suis tellement fan de musique et j'aime tellement la musique. Je ne possède pas de télévision. Je n'ai jamais regardé, mais je n'en ai jamais assez quand il s'agit de musique. Il n’y a pas un genre de musique que je n’aime pas. Je découvre tout le temps de nouveaux artistes. J'ai découvert des artistes français à Paris et je suis devenue folle quand je parlais des histoires nigérianes.

advertisement

Je me souviens de l'époque où The Darkness est sorti au Royaume-Uni, et même si nous avions déjà entendu parler de Led Zeppelin et de Queen, The Darkness était cool parce qu'ils faisaient quelque chose de nouveau pour leur génération. Je me tourne souvent vers le Royaume-Uni pour le rock. Il y avait une fille aux Brit Awards cette année, nommée Raye, qui était incroyable. Son talent est illimité.

Avez-vous une première chanson qui, selon vous, a été une avancée majeure pour vous?

La première chanson que j’ai écrite avec mon agent de l’époque était Spaceman, et nous avons eu de la chance. Il était dévasté parce que je continuais à écrire ces chansons de death metal sur mes méchants petits amis. Je n'ai pas joué d'un instrument. Je suis parolier, et c'est là que résident mes points forts, et je me suis appuyé sur les personnes avec qui j'écrivais. J'écrivais de la musique trash et punk rock et j'étais frustré, et l'agent pensait: je n'obtiendrai jamais un autre contrat d'enregistrement pour ce gamin. Il m'a fait asseoir, a commencé à gratter quatre accords et a écrit une ballade, une petite chanson chantante et triste intitulée Spaceman. Il me rendait malheureuse d'écrire des chansons avec lui, il était un peu comme un père. J'étais cool et je voulais sortir et jouer, et il m'a forcé à m'asseoir dans une pièce et à ne pas la quitter. La deuxième chanson que nous avons écrite était Moment of Weakness, une autre ballade. Je maintiens que tout ce que j’ai écrit était des chansons country. Ce sont les producteurs qui les ont influencés et en ont fait d'autres styles.

advertisement

Pouvez-vous me raconter l’histoire de vos tatouages qui sont votre marque de fabrique?

D'après ma mère, je n'irai pas au paradis. Cependant, je pense que c'est incorrect. Il y a tellement de personnes tatouées aujourd’hui qui sont des gens adorables. À l'époque où j'étais plus jeune, les gens ne se faisaient pas tatouer le visage là-bas, et maintenant c'est un rite de passage, en particulier pour les jeunes femmes gentilles, attirantes et polies. Tatouages sur les articulations, tatouages sur le visage, jambes. Comment vont-ils se marier au printemps avec tous ces tatouages sur les jambes?

Mon père a été professeur de médecine dentaire et théologien toute sa vie. J'ai toujours été un rat de bibliothèque et un chercheur spirituel. Au fil des années, j’ai eu de nombreux tatouages suite à cette exploration. Ceux-là sont maintenant vieux. J'ai inclus le nom de mon chien lorsque j'ai eu de nouveaux tatouages. Je reçois les noms de mes maris, puis je dois les rayer. Nous avons filmé cela pour le documentaire.

J'adore être dans la cinquantaine. Je ne pense pas que quiconque aurait pu me prévenir en tant qu'enfant de la génération X que c'était si amusant. Nos parents parlaient un peu du vieillissement, car ils n'en parlaient pas en bonne compagnie. J'en parle toujours. J'ai une petite amie qui vient d'avoir 65 ans. Je dis de le porter comme un badge – comme toutes les filles de L7. C'est une nouvelle attitude que nous n'avons pas adoptée chez les baby-boomers.

advertisement
Kiesza
Clay Peter

Kiesza

Français

Nouveautés et albums canadiens à venir: Kiesza, Old Man Luedecke, David Myles et plus

Parmi les autres sorties cette semaine, mentionnons Lynne Hanson, VISHTÈN CONNEXIONS et Ruth Saphir.

Cette semaine, nous retenons la nouveauté très attendue de l'artiste pop Kiesza.

Elle se joint à une semaine d'annonces de sorties qui comprend également celles des artistes canadiens Major Love, Alana Yorke, Gabriel Genest, The Luvmenauts, Kenton Loewen, Priori, Wyatt C. Louis et Deanna Knight.

continuer à éleverShow less
advertisement