advertisement
Français

L'artiste pendjabi-canadien Shubh fait ses débuts au 13e rang du Billboard Canadian Hot 100 avec «King Shit»

Les artistes pendjabi-canadiens ont fait de belles performances dans le classement cette semaine avec «King Shit» du musicien de Brampton au 13e rang et une collaboration de Sukha et Chani Nattan faisant ses débuts au 55e rang.

Shubh

Shubh

par Facebook

Le musicien pendjabi-canadien Shubh a fait une entrée impressionnante au Billboard Canadian Hot 100.

Cette semaine, son nouveau single «King Shit» fait ses débuts au 13e rang. La chanson de Shubh est actuellement la deuxième canadienne la mieux classée, derrière «greedy» de Tate McRae. Cette chanson est tombée au n°2 cette semaine alors que «Lovin On Me» de Jack Harlow a pris la première place. «King Shit», sortie le 5 janvier, compte déjà dix millions d'écoutes sur Spotify. Shubh pourrait-il alors faire une ascension royale dans les prochaines semaines?


«King Shit» est issu d'un nouvel EP de quatre titres de l'artiste de Brampton, Leo, qui a fait ses débuts au 19e rang du classement des albums canadiens. Shubh a enregistré le single «Still Rollin» en 2023, mais «King Shit» marque un retour important pour l'artiste après l'annulation de sa tournée en Inde l'automne dernier en raison d'un retour de flamme politique suite à une publication sur les réseaux sociaux.

advertisement

Avec «King Shit», Shubh semble plus confiant et en contrôle que jamais, rappant sur la puissance et le succès sur un rythme affirmé basé sur des cordes.

L'arrivée dans le palmarès de «King Shit» n'est pas seule puisqu'il y a aussi un autre début d'artistes pendjabi-canadiens avec Sukha, Chani Nattan et Gurlej Akhtar. Leur «8 Asle», inspiré du R&B, est arrivé au 55e rang cette semaine, réunissant Sukha de Toronto et Nattan de Vancouver sur le Canadian Hot 100. Sortie en novembre, la chanson a maintenant accumulé 16 millions de vues sur YouTube, ce qui l'a propulsée dans le tableau.

C'est une grande semaine pour la Punjabi Wave. Les bonnes performances de «King Shit» et «8 Asle» témoignent de la popularité croissante de la musique pendjabi au Canada, où des artistes comme Ikky, Karan Aujla et bien d'autres se font un nom.

advertisement

Jonita Gandhi vient d'être nommée artiste à surveiller d'Amazon Music Canada, tandis que les artistes pendjabi-canadiens AP Dhillon et NAV ont été annoncés sur la programmation de Coachella 2024, suivant les traces de la performance de Diljit Dosanjh en 2023. Dosanjh est sur le point de laisser sa propre marque au Canada cette année, avec un spectacle historique au stade BC Place de Vancouver en avril.

Un autre genre en plein essor au Canada est le country. L'artiste ontarien Josh Ross a une nouvelle entrée au Canadian Hot 100 avec le titre «Ain't Doin' Jack» teinté de whisky au numéro 98. Ross a passé l'automne dernier à soutenir Nickelback lors de sa tournée Get Rollin' et jouera lors de La première édition de Coast City Country de Live Nation Canada qui aura lieu à Vancouver ce printemps.

Drake – l'artiste préféré de Yasiin Bey à écouter en faisant ses courses – a également une nouvelle entrée, avec «Practice» de 2011 faisant ses débuts dans les classements treize ans plus tard, au n° 56. Le collectif torontois New West réintègre le classement au n°88 avec «Those Eyes» suite à la sortie d'une nouvelle version de la ballade mettant en vedette l'auteur-compositeur-interprète Zeph.

advertisement

Consultez le classement complet du Canadian Hot 100 ici et suivez tous les classements ici.

advertisement
Drake's music video for 'Family Matters' filmed at New Ho King
Photo Facebook

Le clip de Drake « Family Matters » tourné à New Ho King

Français

Les gros titres de l'industrie : les arts canadiens en difficulté, Drake supprime ses « diss tracks »

Également cette semaine : Neko Case écrit ses mémoires, Céline Dion parle de sa maladie, le contrat d'un label majeur avec Twitch et plus encore.

État des Arts

La hausse des coûts. Un public hésitant. Un financement fragile. C'est une année décisive pour le secteur des arts. – Josh O'Kane, The Globe and Mail

continuer à éleverShow less
advertisement