advertisement
Français

Nécrologies : Mary Martin, agente légendaire et dirigeante A&R, l'ingénieur du son John Naslen

Cette semaine, nous soulignons également le décès du célèbre diffuseur de la Colombie-Britannique Rick Cluff, de l'exploitant de salle de concert de Kitchener, en Ontario, Kevin Doyle, et du musicien country Rusty Golden. Il y a aussi des hommages à Jane Siberry, Bernie Finkelstein, Lily Frost et plus encore.

Mary Martin

Mary Martin

Avec l'aimable autorisation du Temple de la renommée et du musée de la musique country
Rick (John Richard) Cluff, l'une des personnalités de la radio les plus appréciées de la Colombie-Britannique, est décédé le 2 juillet, à l'âge de 74 ans, des suites d'un cancer.

Dans sa nécrologie, CBC a qualifié Cluff de « diffuseur accompli qui a apporté sa voix amicale et sa grande personnalité à CBC Vancouver en 1997 et a contribué à faire de The Early Edition l'émission matinale numéro un sur le marché radiophonique concurrentiel de la région métropolitaine de Vancouver. Sa capacité à se connecter avec les gens, sa véritable curiosité et son instinct journalistique aigu l'ont aidé à se faire aimer d'une légion croissante d'auditeurs, qui a culminé à plus d'un quart de million par jour au cours de ses 20 années de mandat en tant qu'animateur.

Cluff a quitté Toronto pour s'installer à Vancouver, où il avait passé deux décennies à la radio sportive de CBC.


advertisement

Il a considéré que la couverture de l'annonce du Comité international olympique attribuant à Vancouver et à Whistler les Jeux d'hiver de 2010 et la diffusion des attentats du 11 septembre contre le World Trade Center étaient deux moments inoubliables de sa carrière radiophonique.

Cluff et l'équipe de The Early Edition ont remporté de nombreux prix, notamment pour leur couverture de l'attaque Tasing de Robert Dziekanski à l'aéroport international de Vancouver, des conflits éducatifs en Colombie-Britannique et des manifestations contre l’embourgeoisement.

En 1999, Cluff a été intronisé dans la section Football Reporters of Canada du Temple de la renommée du football canadien. CBC souligne que « En tant qu'ancien joueur, le football — et particulièrement la LCF — occupait une place spéciale dans son cœur. En plus de diffuser les matchs de la Coupe Grey, du Super Bowl et de la Coupe Stanley, "Cluffer", comme l'appelait sa famille sportive, a également parcouru le monde pour couvrir les équipes et les athlètes canadiens à huit Jeux olympiques, cinq Jeux du Commonwealth et trop nombreux pour être mentionnés aux coupes du monde et aux championnats du monde.

advertisement

"Il a vraiment eu du plaisir à élever et à coacher les autres pour qu'ils trouvent leur chemin vers le succès en tant que journalistes", a déclaré Shiral Tobin, ancienne productrice de The Early Edition et maintenant directrice du journalisme et de la programmation à CBC Vancouver. "Il a encadré de nombreuses personnes qui ont suivi le programme, souvent discrètement et en privé, mais toujours d'une manière significative et authentique."

Il a reçu un Lifetime Achievement Award de la Canadian Radio Television Digital News Association.

Après une carrière de 41 ans à CBC, Cluff a pris sa retraite en 2017 après avoir subi un quadruple pontage cardiaque.

Kevin Doyle , ancien exploitant de la salle de concert Boathouse à Kitchener, est décédé le 29 juin, à 57 ans, des suites d'un cancer.

Doyle a travaillé sans relâche pour promouvoir la musique blues live dans la région, et le Waterloo Region Record rapporte qu '«il sera honoré d'un prix posthume pour son travail bénévole auprès du Kitchener Blues Festival». Le journal a qualifié Doyle de « mélomane dont la passion a fait du Boathouse de Kitchener l'une des principales salles de concert de la région au cours des dernières années ».

advertisement

Doyle a possédé et exploité le Boathouse de 2004 à 2013, lorsque la ville de Kitchener a pris le contrôle du lieu après que Doyle ait pris du retard en matière de loyer et de services publics. Il a rouvert en 2015 mais a fermé brusquement en octobre 2019 et est resté vide depuis. Les projets longtemps retardés de réouverture prochaine du lieu sont désormais en bonne voie, carCBC a rapporté le mois dernier.

Doyle a agi à titre de directeur artistique adjoint du très réputé Kitchener Blues Festival de 2001 à 2013. Il est revenu au festival il y a quelques années, travaillant sur l'une des scènes en tant que responsable de l'accueil.

advertisement

Coral Andrews, journaliste musical, auteur et animatrice de radio de Kitchener, a rendu cet hommage à Billboard Canada : « La communauté musicale de Kitchener Waterloo a le cœur brisé. Kevin Doyle était un géant — un gars qui soutenait, voire défendait, la musique live. Pendant neuf ans il exploitait le Kitchener's Boathouse – à un moment donné, un véritable hangar à bateaux dans le centre-ville niché sur les rives d'un lac dans le pittoresque parc Victoria. En tant qu'adorable capitaine du Boathouse, Kevin a dirigé de manière créative un public ravi vers un gombo éclectique de musique live six soirs par semaine et a fait vibrer ces vieux murs en bois rose saumon avec des affiches de concert pendant neuf glorieuses années.

"Quel que soit le genre de musique, Kevin était connu pour offrir aux musiciens, qu'ils soient célébrés en tournée ou débutants en musique indépendante, une scène sur laquelle jouer, qui est devenue une base solide, une communauté artistique – et, pour de nombreux habitués, une famille. Kevin a toujours dit que le Boathouse était un endroit où l'accent était mis sur le groupe et leur musique. Il n'y avait pas de télévision pendant son séjour."

"En 2013, Kevin a quitté The Boathouse en raison de désaccords avec la ville concernant les factures et les rénovations, décidant de poursuivre son autre métier d'électricien. Mais la musique a toujours été dans sa vie. Il a animé la populaire émission de blues sur la radio du campus Voodoo Healing et a joué un rôle déterminant dans la formation de la Grand River Blues Society et de Blues, Brews & Barbecues, qui sont devenus le célèbre Kitchener Blues Festival.

Le raz-de-marée de publications sur les réseaux sociaux en dit long. Comme l’a souligné un musicien, « il ne s’agissait pas du bâtiment, mais de l’homme ».

advertisement

Andrews a rendu hommage à Doyle dans son émission de radio, Coral Rockks , sur FM98.5 CKWR, ce week-end, en jouant de la musique d'artistes qu'il aimait et, dans de nombreux cas, qu'il avait réservés, comme The Weber Brothers, Run With The Kittens et Big Impoli Jake. Regardez cette émission ici .

Mary Martin , légendaire manager d'artistes et directrice A&R d'origine canadienne qui a stimulé la carrière de nombreux artistes majeurs, est décédée le 4 juillet à l'âge de 85 ans.

Dans sa nécrologie,Billboard note que "Martin était connue comme une féroce championne d'artistes et un connecteur musical. Elle est devenue une représentante A&R influente auprès de labels tels que RCA, Warner Bros. et Mercury Records, à partir des années 1970."

Au décès de Martin, le Country Music Hall of Fame and Museum a publié la déclaration suivante du PDG Kyle Young : « À maintes reprises, Mary Martin a repéré de grands talents et a élevé leur carrière. Très tôt, elle a mis en relation Bob Dylan avec ses amis les Hawks, qui est devenue The Band. Elle a dirigé Leonard Cohen lors de ses premières sorties musicales, puis a guidé les carrières en solo naissantes de Van Morrison, Rodney Crowell et Vince Gill.

advertisement

"Chez Warner Bros., elle a recruté Emmylou Harris, future membre du Country Music Hall of Fame, chez RCA, elle a aidé à recruter et à développer Clint Black et Lorrie Morgan, et elle a encouragé un jeune Keith Urban à quitter l'Australie pour Nashville. Le sens infaillible de Mary pour les chansons et les interprètes étaient légendaires, et elle était une alliée féroce pour les artistes qu’elle représentait.

Mary Martin est née à Toronto en 1939. Dans une très longue nécrologie , le musicologue et musicien torontois Mike Daley rapporte que « de 1953 à 1957, Martin a fréquenté le Havergal College de Toronto, une école privée exclusive pour filles. Après avoir obtenu son diplôme, elle fréquente l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, mais elle abandonne ses études en 1958.

« De retour à Toronto, Mary hantait les clubs et les cafés autour de la rue Yonge et du quartier de Yorkville. Elle se liait d'amitié avec les musiciens qu'elle appréciait et les défendait du mieux qu'elle pouvait. Parmi ses premières associations musicales à Toronto figuraient The Stormy Clovers, John and Lee and the Checkmates, the Dirty Shames (qui comprenait Amos Garrett et Carol Robinson) et the Hawks, l'ancien groupe de sauvegarde de Ronnie Hawkins. Elle voyait les Hawks présenter des spectacles en matinée au Coq D'Or, un club désormais légendaire de la rue Yonge.

Après un bref passage au Ryerson Polytechnical Institute (aujourd'hui Toronto Metropolitan University), Martin se rend en 1962 à Greenwich Village à New York, dans l'espoir de rejoindre l'industrie de la musique. Elle a été serveuse au café The Bitter End et a brièvement travaillé avec l'épouse de Stan Getz, Monica, et l'agent Sherman Tankel.

Sa grande interruption de carrière a eu lieu en 1963, en tant que réceptionniste dans le bureau du légendaire manager d'artistes Albert Grossman, dont la liste de vedettes comprendrait Peter, Paul et Mary, Bob Dylan, Ian et Sylvia, Gordon Lightfoot, Mimi et Richard Farina, Janis. Joplin, Odetta, Paul Butterfield et plus encore. Elle fut rapidement promue assistante exécutive de Grossman, occupant ce poste jusqu'en 1966.

Comme le rapporte Daley : « L'un des actes les plus célèbres et les plus importants de Martin dans le monde de la musique a été son introduction de Bob Dylan aux Hawks, le groupe (essentiellement) canadien qui accompagnera Dylan de temps en temps de 1965 à 1974. En travaillant avec Dylan dans Albert dans le bureau de Grossman, Mary a remarqué que Dylan avait besoin d'un groupe de sauvegarde stable.

Sur la recommandation de Martin, Dylan se rendit à Toronto pour voir les Hawks et, en septembre 1965, Dylan répétait avec les Hawks à la Friars Tavern de cette ville. Le groupe au complet a fait ses débuts avec Dylan au Carnegie Hall et a reçu une standing ovation, et une collaboration approfondie et historique entre Dylan et le groupe (bientôt rebaptisé The Band) s'est ensuivie.

En 1966, Martin décide de se lancer seule dans la gestion d’artistes, tout en conservant les précieuses leçons apprises de Grossman. Dans une interview accordée en 2002 à Robert Hilburn du Los Angeles Times , elle a rappelé que "quand je me suis lancée dans le métier, les gens disaient que j'étais trop jeune... les gens disaient aussi : 'Vous n'êtes ni musicien ni auteur-compositeur. Pourquoi' pensez-vous que vous savez quelque chose sur la musique ? Eh bien, je savais que mon instinct était bon et que je me souciais passionnément de la musique. »

L'un de ses premiers clients en gestion était Leonard Cohen, un poète et romancier établi qui n'avait pas encore lancé sa carrière musicale. Martin a aidé Cohen à obtenir des reprises de ses premières chansons, notamment par son amie Judy Collins, a aidé Cohen à créer sa propre société d'édition musicale, Stranger Music, et l'a aidé à conclure un contrat d'enregistrement avec le légendaire John Hammond chez Columbia Records. Cohen est parti pour un autre manager en 1969.

Martin a également dirigé Van Morrison, de 1969 à 1971. Mike Daley rapporte qu '«elle a aidé Van à se dégager de ses obligations de publication envers Bang Records et sa propriétaire, Ilene Berns». Elle était à la tête de l'album à succès de Morrison, Moondance , en 1970 et, dit Daley, « parmi ses contributions à sa carrière, elle a fortement encouragé Van à partir en tournée, contribuant ainsi à créer une source de revenus constante. »

Celebrity Access rapporte qu'« En 1972, Martin a rejoint Warner Bros. Records à New York. Ici, elle a joué un rôle crucial dans la signature d'Emmylou Harris, Leon Redbone et The Marshall Tucker Band. À la fin des années 70, Martin a déménagé à Los Angeles. , retournant à la gestion des artistes et travaillant en étroite collaboration avec Rodney Crowell et Vince Gill. Son influence s'est étendue au-delà de la gestion ; elle a également aidé Crowell à produire des disques pour des artistes comme Rosanne Cash et Guy Clark et a contribué à la création de fan clubs et d'opérations de marchandisage à succès.

Déménageant à Nashville en 1985, Martin a été nommée vice-présidente A&R pour RCA Records, où elle a travaillé avec Gill, Clint Black, Paul Overstreet, Aaron Tippin et Lorrie Morgan.

En quittant RCA en 1991, elle a assumé le rôle de directrice exécutive chez ECO (Earth Communications Office), où elle a organisé des événements de collecte de fonds et a contribué à la mise en œuvre d'un programme de recyclage sur Music Row. Le prochain arrêt de Martin était à Nashville en 1985, où elle est devenue vice-présidente de RCA Records. Les artistes avec lesquels elle a travaillé comprenaient Clint Black, Paul Overstreet, Aaron Tippin et Lorrie Morgan.

En 1991, Martin est devenue directrice exécutive de Earth Communications Office (ECO), une organisation à but non lucratif où elle a supervisé la collecte de fonds et d'autres initiatives. Elle revient dans l'industrie musicale en tant que consultante pour Asylum Records (994 à 1996), et en 1999, elle devient vice-présidente de Mercury Records, pour y terminer en 2002.

Elle a remporté un Grammy en 2002 pour son travail sur l'album hommage à Hank Williams , Timeless.

Les Source Foundation Awards ont décerné à Martin un Lifetime Achievement Award en 2007. Lors de la cérémonie, Emmylou Harris a raconté que « [Mary] est devenue ma championne et ma protectrice... même si elle a techniquement travaillé pour la maison de disques, sa passion, son allégeance, sa loyauté farouche était avant tout envers la musique et les gens qui la faisaient. »

En 2009, Martin a été honorée par le Louise Scruggs Memorial Forum à Nashville pour sa contribution au secteur de la musique.

Sur Facebook, TorontoL'auteure-compositrice-interprète et animatrice de radio Lily Frost a publié cet hommage : "Mon cousin germain et figure poignante de l’industrie musicale ; Mary Martin est décédée hier soir. Que toutes les femmes soient aussi honnêtes, audacieuses et authentiques qu’elle dans l’industrie des hommes. Elle a présenté Dylan aux Hawks, dirigé Leonard Cohen, découvert Ian, Sylvia et Gordon Lightfoot, sans parler de son travail chez Warner et RCA USA. »

Les services commémoratifs n'ont pas encore été annoncés.

John Naslen , musicien torontois et ingénieur du son lauréat d'un prix Juno, est décédé le 27 juin. Son âge et la cause du décès n'ont pas été signalés.

La nouvelle de son décès a été partagée sur Facebook par Brenda Hoffert, au nom du groupe Lighthouse. Son message disait, en partie, que "Lighthouse pleure le décès de John Naslen. John a rejoint le groupe pour la première fois en tant que roadie au début de 1971, mais lorsque Howard Shore a découvert qu'il était un très bon trompettiste, il a recommandé à John d'essayer pour le fauteuil de trompette récemment libéré. Il a obtenu le poste, sans concours, et a tourné avec le groupe jusqu'en 1973, jouant sur trois albums ( Lighthouse Live !, Sunny Days et Can You Feel It ).

Naslen est ensuite passé de la scène au studio d'enregistrement et il est devenu ingénieur en chef chez Manta Sound, l'un des studios d'enregistrement les plus importants de Toronto. Il y travaille avec un grand nombre d'artistes canadiens dans de nombreux genres différents. Cette longue liste comprend Dan Hill, Moe Koffman, Bruce Cockburn, Lighthouse, Murray MacLauchlan, FM, Jane Siberry, Ian Thomas, Loreena McKennitt, Colin Linden, Peter Pringle et Leroy Sibbles. Il a également travaillé sur des enregistrements de vedettes internationales Rod Stewart, Billy Cobham et Destiny's Child.

Il est crédité en tant que coproducteur de deux albums de Jane Siberry, The Walking et The Speckless Sky , et d'autres crédits de production incluent National Velvet.

Naslen a conçu plusieurs albums de Bruce Cockburn et son travail sur Stealing Fire lui a valu un prix Juno pour l'ingénieur d'enregistrement de l'année en 1984. Il a ensuite reçu trois autres nominations Juno dans cette catégorie.

Bernie Finkelstein, manager de longue date de Bruce Cockburn et directeur de True North Records, a rendu cet hommage à Billboard Canada : "John Naslen était une personne formidable et un grand ingénieur du son. Il a joué un rôle important sur plusieurs albums de True North. Je me souviens avec tendresse de son travail sur Stealing Fire et World Of Wonders de Bruce Cockburn ainsi que son excellent travail sur « If The Wind Could Blow My Troubles Away » de Murray McLauchlan. Il va nous manquer. RIP John et merci pour votre aide."

Lorsqu'elle a été contactée par Billboard Canada , Jane Siberry a rendu cet hommage à un proche collaborateur créatif : « Après de nombreuses années de sombres souvenirs de Naz, le voir avant son décès l'a ramené pour moi au technicolor complet. De retour à l'amour, à l'étonnement et à l'appréciation. Le temps que nous avons passé en tant que cercle restreint d'êtres musicaux (y compris Naz) concentrés sur la création de musique magique, la création de tunnels musicaux, de panneaux, de peintures murales, de champs sillonnés - tout cela est là, penché sur la console avec ce regard qui est si étrange, la quintessence des studios : regarder « rien » mais écouter attentivement.

"Quand je l'ai vu juste avant son départ, il 'emballait' sa vie de la même manière, organisé, concentré, gentil, pas vraiment de bavardages.
Se dire merci, se dire au revoir et se "revoir" des années plus tard est un tel privilège."

En tant que bassiste et coproducteur de Jane Siberry, John Switzer a également travaillé en étroite collaboration avec John Naslen. Il rappelle à Billboard Canada que « Jane et moi (principalement Jane !) ne manquions pas d'idées créatives en studio. Naz avait cette qualité que possèdent les meilleurs ingénieurs du son : la capacité de comprendre et de transmuer d'une manière ou d'une autre ces idées en réalité audio à l'aide des outils à portée de main. Pour la chanson « Vladimir Vladimir » (sur l'album The Speckless Sky ), Jane voulait que l'auditeur ressente la sensation de flotter dans les airs, avec le vent et les battements d'ailes, les voix et les souvenirs qui s'approchent et passent, une tâche apparemment impossible étant donné la technologie de l'époque.

"Le lendemain matin, Naz est arrivé au studio fatigué mais ravi : la solution lui était venue dans la nuit, et il s'est mis à automatiser les faders, le panoramique et la réverbération pour créer la sensation qu'elle souhaitait. C'est comme ça qu'il était... jamais une seule fois vous donnant l'impression que c'était une mauvaise idée, ou impossible, ou trop de problèmes ; trouver simplement un moyen d'y parvenir.

"J'ai été honoré d'avoir l'opportunité de lui rendre visite peu de temps avant sa mort. Il m'a dit qu'il était prêt : "J'ai vécu dans cette maison avec l'amour de ma vie pendant 50 ans et j'ai eu un travail qui ne m'a jamais semblé être un emploi."

En tant que fondateur et exploitant de Manta Sound, Andrew Hermant a eu un impact majeur sur la carrière de Naslen. La longue liste d'albums qu'il a conçus chez Manta Sound comprenait de nombreux albums sortis via le label indépendant de Hermant, Duke Street Records.

Hermant a rendu cet hommage à Billboard Canada : « Le travail de John (Naz) Naslen parle de lui-même – et continuera de le faire à travers son empreinte sonore sur de nombreux projets, dont Jane Siberry, FM, Hugh Marsh [tous les artistes de Duke Street] et bien d'autres. Il était un « membre de la famille » apprécié et aimé de Manta Sound. Mais si vous avez déjà rencontré ou travaillé avec Naz, vous avez réalisé qu'en plus d'être un ingénieur exceptionnel, ses « compétences relationnelles », son empathie musicale (c'était un très talentueux). musicien également) l'a rendu spécial. C'était un collègue et un ami pour la vie. Un honneur de le connaître : « un seul mix par jour ».

Ian Thomas décrit Naslen à Billboard Canada comme « un rêveur et un grand ingénieur du rock n' roll. Il aimait les gros morceaux au son percutant et a travaillé sur mon album Add Water chez Manta Sound au début des années 80. Les trois morceaux qu'il a conçus sonnaient énormes.

"Quand Manta a été démoli, j'ai fait de nombreuses publicités chez Sounds Interchange avec John. Je venais pour faire du travail de voix de personnages ou chanter en groupe et John m'a toujours réservé un excellent accueil. Nous nous languissons du bon vieux temps où les albums étaient en cours d'enregistrement et il y avait tellement de studios actifs. Nous avons déploré la façon dont la plupart d'entre eux avaient fermé leurs portes un par un alors que les ordinateurs et l'enregistrement à domicile prenaient le dessus. Alors, John, j'espère que vous êtes assis sur la sellette de la plus grande console que vous ayez, que j'ai jamais vu, et les haut-parleurs sont une version Rock N Roll de Valhalla. Tu étais un ingénieur rock, un homme bon et une âme romantique.

International

William 'Rusty' Golden , musicien country et auteur-compositeur, est décédé le 1er juillet à l'âge de 65 ans.

Rusty Golden était le fils de William Lee Golden, membre des Oak Ridge Boys. Il débute sa carrière professionnelle en jouant de la batterie au sein des Rambos, puis passe aux claviers, en jouant avec Larry Gatlin, dès l'âge de 17 ans.

Il a finalement joué sur plusieurs enregistrements en studio, dont « Love Is Just A Game » de Gatlin, « Pilgrim » de Marty Stuart et d'innombrables autres. À 20 ans, il participe à la création du Boys Band. Leur premier album pour Elektra/Asylum a donné naissance au single « Please Don't Stop Me Baby », qui a atterri dans le Hot 100 du Billboard. Le groupe s'est dissous en 1984.

Golden s'est ensuite fait remarquer en tant qu'auteur-compositeur et, en 1984, il a reçu un disque d'or de la RIAA pour ses contributions à l'écriture de chansons sur l'album Bobbie Sue des Oak Ridge Boys ainsi que sur le légendaire Barry White. Cette reconnaissance a encouragé Rusty à commencer à écrire des chansons avec Marc Speer.

Golden et son frère Chris ont ensuite enregistré sous le nom de The Goldens, sortant deux singles en duo. Ils ont déménagé chez Capitol/SBK Records et ont sorti l'album Rush for Gold en 1990. Cet album acclamé par la critique a produit trois singles et vidéos : « Take Me Back to The Country », « Keep The Faith » et « Long Gone ».

Dans la période qui a suivi, Rusty Golden a exploré le Southern Gospel, recevant deux prix de la chanson de l'année pour « What Salvation's Done for Me » des Booth Brothers et « I Want to Thank You » de Karen Peck & New River.

À partir de 2020, Rusty et Chris Golden ont travaillé avec leur père William Lee Golden dans le groupe familial, William Lee Golden and The Goldens, aux côtés d'une jeune génération de la famille. Ils se sont produits à plusieurs reprises au célèbre Grand Ole Opry. En 2023, Rusty Golden a été nommé claviériste de l'année par les Josie Music Awards.

advertisement
deadmau5
Matt Barnes

deadmau5

Français

Nouveautés et albums canadiens à venir : deadmau5 revient avec un nouvel EP, Menno Versteeg de Hollerado se lance en solo

Boy Golden et Begonia ont également de nouvelles sorties cette semaine, tandis que Geddy Lee et Alex Lifeson de Rush rééditent leurs albums en solo.

Une semaine au milieu de l'été apporte son lot de nouveautés notables de la part d'artistes canadiens, dont Oleyada etRuss Brannon. Tout juste après avoir fait la couverture exclusive du nouveau Rolling Stone Québec, deadmau5 est également de retour avec un nouvel album, some ep, qui combine sa première musique en deux ans avec son alter ego Testpilot.

For Eden, quant à lui, est le deuxième album du compositeur indie folk/roots Boy Golden (Liam Duncan). Son premier album, Church of Better Days, a atteint la première place des radios alternatives canadiennes et il est rapidement devenu un favori sur le circuit des tournées. Déjà lauréate d'un prix Juno, la Winnipegoise Begonia fait tourner les têtes avec sa voix puissante et naturelle, et son nouvel album Open Swim fera passer le message.

continuer à éleverShow less
advertisement