advertisement
Français

Nécrologies: Ronnie King des Stampeders, Vicki Walters, vétéran de l'édition canadienne

Cette semaine, nous soulignons également le décès de Karl Wallinger, Eric Carmen, Steve Lawrence, Malcolm Holcombe et Jim Beard.

Ronnie King

Ronnie King

Photo Facebook

Ronnie King (né Cornelis Van Sprang), bassiste et membre original du groupe canadien à succès The Stampeders, est décédé le 4 mars à l'âge de 76 ans.

Le groupe a partagé la nouvelle du décès de King sur sa page Facebook. «C'est avec tristesse et amour que nous devons annoncer le décès de notre ami de longue date et membre du groupe Cornelis Van Sprang, connu par la plupart sous le nom de Ronnie King. Ronnie est décédé hier à l'hôpital Peter Lougheed de Calgary et cela nous a tous surpris. Il y a à peine trois semaines, il avait hâte de faire une dernière tournée avec les Stampeders et il était dans un état d'esprit positif et optimiste.


advertisement

«Au cours des cinquante-six dernières années, les Stampeders ont diverti les Canadiens d'un océan à l'autre grâce à l'humour irrépressible de Ronnie et à sa volonté de tout faire pour rire, donnant le ton. Nous, qui avons partagé l'étape de la vie avec lui, étions sans aucun doute, les bénéficiaires d'une dose extralarge de son personnage plus grand que nature, et il nous manquera.»

«La tournée qui était censée être son dernier salut sera désormais notre hommage et notre célébration de notre bel ami et partenaire. Le spectacle doit continuer… Ronnie ne voudrait pas qu'il en soit autrement.»

Le site Web Shantero.com note que «Les Stampeders se sont formés à Calgary en 1965, lorsque des membres de The Rebounds, dont Rich Dodson et Kim Berly, ont recruté Ronnie King et son frère Emile, qui utilisait le nom de scène Van Louis, pour le nouveau groupe, dont un dirigé par Mel Shaw. Au cours de leur première année en tant que groupe à Calgary, le sextet a sorti un single sur le label SOTAN, "House of Shake" b/w "Don't Look At Her".»

advertisement

«Les Stampeders et Shaw ont déménagé à Toronto en 1966. Le groupe a ensuite enregistré un certain nombre de succès, y compris leur plus grande chanson, "Sweet City Woman", en 1971. Cette chanson a contribué à faire du groupe l'un des groupes les plus populaires au Canada, devenant un incontournable de la radio au Canada et aux États-Unis. Il atteint la 8e place aux États-Unis, aide le groupe à remporter les prix Juno de 1972 et deviendra un incontournable de la radio nord-américaine.»

Écrit par Dodson, le morceau est resté dans le palmarès Billboard pendant 16 semaines et le disque s'est vendu à un million d'ici septembre 1971, et la RIAA a accordé le statut de disque d'or.

Dans une entrevue accordée à Postmedia en 2019, King a parlé de ces jours grisants de gloire. «C'était excitant pour nous», a-t-il déclaré. «Plus nous nous balancions, plus nous devenions gros, semblait-il. Certaines des plus grandes vedettes connaissaient notre plus grand succès, "Sweet City Woman"».

En 1975, le groupe effectue de nombreuses tournées aux États-Unis et apparaît dans des émissions de télévision. En 1976, ils ont eu un autre succès canadien avec «Hit The Road Jack», mettant en vedette Wolfman Jack. Au Canada, ils ont produit sept autres succès.

advertisement

Dodson a quitté le groupe en 1977 et Berly et King ont recruté de nouveaux membres pour l'album Platinum de 1977. Berly part ensuite, laissant King recruter trois nouveaux membres pour le LP Ballsy (1979), et le groupe se sépare peu de temps après.

Le trio principal s'est réuni en 1992 après que Berly et Dodson aient été invités à participer à un épisode «où sont-ils maintenant» du Dini Petty Show . Les producteurs ont surpris les deux hommes en invitant King à les rejoindre. À ce moment-là, ils ne s’étaient pas parlé depuis 15 ans. Peu de temps après, ils ont recommencé à tourner et ont maintenu un emploi du temps chargé pendant la majeure partie des 32 dernières années.

advertisement

En 2011, les Stampeders ont reçu le Lifetime Achievement Award lors de la cérémonie des SOCAN Awards 2011 à Toronto, et en 2015, le groupe a reçu les SOCAN Classic Awards pour leurs chansons «Monday Morning» et «Wild Eyes».

Alors que la nouvelle de son décès se répandait, les pairs de King et ses collègues de l'industrie ont réagi rapidement et chaleureusement sur les réseaux sociaux.

Dans une publication sur Facebook, Ian Thomas a rappelé: «J'ai rencontré les Stampeders pour la première fois en 1970 lors d'un événement pour le nouveau réélu Bill Davis, premier ministre de l'Ontario. Mon groupe, Tranquility Base, jouait dans une salle de conférence et les Stampeders devaient jouer le même événement dans une autre pièce. Leur chanson, "Carry Me", était un succès radiophonique et une chanson tellement solide. Je pensais qu'ils étaient la vraie affaire. En 1972 ou 1973, lorsque j'étais producteur pour la radio de la SRC, j'ai produit un concert live à la Place de l'Ontario avec les Stampeders. À ce moment-là, "Sweet City Woman" avait fait le tour du monde. Ce concert était rempli de fans des Stampeders et à la fin de la soirée, c'était comme la Beatlemania… et pour un Canadien Groupe! J'ai dû les faire sortir clandestinement de l'endroit, tous cachés sur le siège arrière de ma voiture, et les déposer à l'hôtel Royal York.»

«En 1976, j'ai fait une tournée à travers le Canada avec eux. Oh mon Dieu, on a ri. Ils avaient tous un grand sens de l'humour. À partir de ce moment-là, chaque fois que je les ai vus dans les aéroports ou lors d'événements, il y avait toujours des moments de camaraderie, de souvenirs et de blagues.»

advertisement

«Ronnie était un gars un peu fou à certains égards, mais il avait un sens de l'humour 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Sous des couches complexes se cachait une âme douce. J'ai admiré sa détermination à respecter la vie qu'on lui avait donnée en continuant, en gardant le rire à l'intérieur, l'air et jouer de la musique. Quoi qu'il arrive, il l'acceptait avec calme et humour. Jouer de la musique avec ses frères d'armes, Rich Dodson et Kim Berly, était sa passion. Les Stampeders étaient son deuxième chez-soi. Ce trio avait tout. Ils se sont levés contre toute attente et ont atteint le sommet de la montagne. Ils ont été le premier groupe à faire une tournée à travers le Canada, éclairant la voie pour le reste d'entre nous. Ils étaient omniprésents à la radio canadienne parce qu'ils étaient bons.»

«Lors de cette dernière tournée, Ronnie sera dans les airs, si proche de son décès. Jouer, c'est la façon dont les musiciens respectent ceux que nous avons perdus. Cornelis Van Sprang alias Ronnie King, aurait voulu que les Stamps roulent une dernière fois, avec ou sans lui. Mais il sera là, dans le cœur et l'esprit de ceux qui assisteront à ces prochains concerts. Adieu mon ami. Bonne chance à Rich et Kim pour cette dernière tournée. Bottez des fesses à Ronnie.»

advertisement

L'agent vétéran Michael Greggs (Been There Done That Ent.) a rendu cet hommage à Billboard Canada: «J'étais au début de la vingtaine et je venais de rejoindre Music Shoppe en tant qu'agent et j'étais chargé de m'occuper du calendrier de la tournée des Stampeders. au Kee to Bala où le groupe jouait pour me présenter et regarder le spectacle. Je me suis rendu à la loge et, légèrement frappé par une étoile, je suis entré pour dire bonjour au groupe. Tout ce dont je me souviens, c'est de Ronnie debout là et de son premier des mots pour moi, à part bonjour: "Est-ce que cette guitare basse me fait paraître plus mince?" Nous avons tous rigolé. Ronnie semblait bien plus grand que nature, il était talentueux et avait un grand sens de l'humour.»

Sur Facebook, le musicien (Grievous Angels) et député néo-démocrate Charlie Angus a publié cet hommage: « Ronnie King est allé voir les anges. Par où commencer avec l'héritage des Stampeders? Ils ont secoué la radio AM canadienne lorsque les règlements sur les contenus canadiens sont entrés en vigueur. Je les ai vus à 14 ans et encore quand j'avais 40 ans. Ronnie a toujours tout donné.»

Joey Cee, vétéran de l'industrie musicale torontoise, a publié cet hommage sur Facebook: «J'ai le cœur brisé d'apprendre que l'un de mes meilleurs amis dans le secteur de la musique depuis plus de 50 ans est décédé. Ronnie King des Stampeders marchait et parlait toujours avec le sourire. Il avait des problèmes de santé la dernière fois que je l'ai vu en tournée, il était optimiste et plaisantait comme d'habitude. Aujourd'hui, je réfléchis à deux de mes nombreuses interactions avec Ronnie et les Stampeders). Au cours de leurs premières années, j'ai été honoré de travailler avec eux. en publiant leur premier magazine de tournée 'All About The Les Stampeders. En 1973, Ronnie a écrit et joué sur mon deuxième disque Oh What The Summer Can Do sur A&M. C'était génial de l'avoir en studio et le plaisir que nous avions se reflétait dans la chanson. RIP mon ami. Votre musique perdure.»

Vicki (Victoria) Walters, une vétérane de l'édition musicale canadienne populaire, est décédée le 5 mars, à l'âge de 78 ans, après avoir lutté contre le lymphome de Hodgkin.

Les premières expériences de Walters dans le secteur de la musique comprenaient un passage en tant qu'assistant-exécutif de Jack Feeney chez RCA et Sunbury/Dunbar Publishing, travaillant avec des artistes/compositeurs tels que Ian Thomas. Son amie proche et collègue vétéran de l'édition, Jennifer Beavis, a déclaré à Billboard Canada que «Vicki a commencé là-bas à la fin des années 60, juste après avoir déménagé à Toronto».

S'ensuit une période de gestion d'une discothèque appelée Heaven, située près du Musée des beaux-arts de l'Ontario, avant de nouer des liens avec le légendaire éditeur de musique torontois Frank Davies, avec qui elle a travaillé de 1982 à 2000.

Davies a déclaré à Billboard Canada que «Vicki a commencé à travailler avec moi chez ATV Music Canada en 1982 en tant que chef ou directrice de l'administration jusqu'à sa vente à Michael Jackson en 1985, puis en tant que vice-présidente de l'administration chez TMP-The Music Publisher de 1986 à 2000. À cette époque, elle a brièvement travaillé pour Song Corporation dans le même rôle après l'acquisition de TMP.

L'histoire derrière l'embauche de Walters par ATV est amusante, comme le rappelle Davies à Billboard Canada . «Après avoir été nommé à la tête d'ATV en 1982, j'avais besoin de quelqu'un pour gérer toute notre administration, mais je ne connaissais personne à l'époque disponible pour ce poste. Ma femme Lynda m'a dit: "Qui est cette fêtarde amusante qui court vers toi à l'école? Tous les événements musicaux auxquels nous assistons, vous embrassant et vous serrant dans nos bras? Elle a l'air d'être une personne vraiment extravertie et amicale. Est-elle dans l'édition musicale ou sait-elle comment gérer les droits d'auteur des chansons?"»

«Je lui ai dit que c'était Vicki qui dirigeait une discothèque au centre-ville, près de l'AGO et de l'Ontario College of Art. 'C'est une bonne idée', ai-je dit. 'Je vais voir si elle connaît quelque chose en administration de l'édition musicale.' J'ai dit que c'était une bonne idée. Je vais voir si elle connaît quelque chose en administration de l'édition musicale. Vicki n'avait pas beaucoup d'expérience dans l'édition à l'époque, son objectif principal était de gérer les studios RCA.... mais elle était très enthousiaste et désireuse d'en savoir plus et nous savions que les auteurs-compositeurs aimeraient sa personnalité pétillante, alors je l'ai embauchée!»

Un article du Globe and Mail de 2000 sur l'effondrement de Song Corporation notait que «En juin 2000, trois mois seulement après le début d'un contrat de trois ans pour devenir consultant de Song, Frank Davies avait renoncé. Il estimait que les hauts dirigeants de Song, y compris Allan Gregg, n'avaient aucune vision quant à la commercialisation de son catalogue actuel ou au développement de nouveaux talents. Il a été particulièrement bouleversé lorsque son administratrice de chansons de longue date, Vicki Walters, a été licenciée contre, dit-il, sa volonté, après 14 ans chez TMP. Davies dit que Walters était particulièrement respectée parmi les artistes et les partenaires d'édition étrangers de la société pour sa diligence dans le suivi des redevances et l'organisation des paiements rapides.»

Davies a offert cet hommage personnel à Walters à Billboard: «Vicki était une personne dévouée, loyale et extrêmement attentionnée dans tout ce qu'elle entreprenait. Elle était particulièrement vigilante pour s'assurer que tous nos auteurs-compositeurs et clients éditeurs étaient toujours notre première priorité, notre "famille élargie" et les a toujours traités comme tels. En parlant de famille, Vicki est restée une amie personnelle proche de Lynda, de moi et de nos trois filles au cours de toutes ces années où nous nous sommes connus. Nous envoyons nos plus sincères pensées à ses frères et à leurs des familles avec lesquelles nous avons également partagé de nombreux moments de joie et de tristesse au fil des années.»

Walters s'est ensuite jointe à la SOCAN à titre de représentante du service des adhésions en décembre 2001, où elle est restée jusqu'en mars 2013. Une nécrologiedeMots et Musique de la SOCAN notait que « la loyale, attentionnée et exubérante Walters a travaillé pendant environ 11 ans à la SOCAN – où elle était grandement appréciée, à la fois par ses collègues de travail et par les éditeurs de musique qu'elle a servis.

Jennifer Brown, PDG de la SOCAN, a déclaré à Words & Music que «Vicki a été une grande amie et collègue à la SOCAN pendant de nombreuses années. Elle avait un véritable amour pour la musique et elle a entretenu et entretenu des liens si forts et véritables avec nos éditeurs SOCAN. Vicki était également extrêmement attentionnée envers ses collègues et partageait toujours ses vastes connaissances en édition musicale. J'ai travaillé à ses côtés pendant des années au sein des membres et elle était toujours heureuse de m'aider. Elle était dévouée, fiable et soucieuse de servir et de soutenir nos membres. Elle manquera à toute la SOCAN.»

Après avoir quitté la SOCAN, Walters est devenue consultante en droits d'auteur et en administration pour BMG Rights Management (Canada) Inc., où elle a travaillé en étroite collaboration avec Jennifer Beavis, du département de synchronisation et d'administration des droits d'auteur de BMG. «Vicki n'était pas prête à prendre sa retraite après la SOCAN», a déclaré Beavis à Billboard Canada. «J'ai signé chez BMG juste après avoir quitté mon vieux, et un mois plus tard, ils m'ont contacté pour me dire 'nous avons décidé de faire venir Vicki Walters. La connaissez-vous ?' (rires)»

Beavis a déclaré à Words & Music que «Vicki et moi sommes amis depuis 30 ans et je l'aime tellement – comme beaucoup d'entre nous qui l'ont connue. Je l'ai connue pour la première fois lorsqu'elle était cliente de la CMRRA [Agence canadienne de reproduction des droits musicaux], où je travaillais à l'époque. Nous avons adoré la façon dont Vicki pouvait réciter les termes et les dates de chaque contrat qu'elle avait vu. Lorsqu’elle était à la SOCAN en tant que représentante de l’édition, je suis devenue cliente et, bien sûr, elle était incroyable, diligente et minutieuse dans tout ce qu’elle faisait… Il sera difficile de s’habituer à un monde sans Vicki Walters.»

Beavis a rappelé à Billboard Canada qu'«il y a environ 20 ans entre Vicki et moi, mais notre amitié était plus fraternelle que maternelle. Sortir déjeuner et élaborer une stratégie, et nous sommes devenus de plus en plus serrés.»

Parmi ceux qui ont rendu hommage à Walters sur les réseaux sociaux se trouvait une autre responsable canadienne de l'édition musicale, Barbara Sedun, qui a travaillé avec elle et Frank Davies chez TMP. Sa publication sur Facebook dit notamment: «L'une des personnes les plus charmantes que j'ai jamais connues nous a quittés. Vicki a été mon premier véritable mentor dans le secteur de la musique. J'ai tellement appris d'elle, non seulement sur l'édition, mais aussi sur la façon de traiter les gens. Elle fera partie de mon cœur pour toujours.»

À Billboard Canada, Sedun a ajouté que «Vicki avait la capacité de donner à chaque personne à qui elle parlait le sentiment d'être la personne la plus importante au monde».

L'auteur-compositeur-interprète John Cody a publié cet hommage sur Facebook: «J'ai travaillé avec Vicki pendant de nombreuses années lorsque Frank Davies m'a signé chez TMP en 1991. Elle était toujours souriante et c'était un plaisir absolu de travailler avec elle. Merci pour votre joie chère Vicki.»

Des funérailles ont eu lieu à St. Catharines, en Ontario, le 7 mars. Des dons peuvent être faits au nom de Vicki Walters à l'unité de soins palliatifs de l'hôpital Sunnybrook. Une page commémorative en ligne a été créée.

International

Jim Beard, claviériste de Steely Dan et artiste solo et compositeur, est décédé le 2 mars à l'âge de 63 ans.

Billboardrapporte que «la nouvelle a été confirmée par un porte-parole du groupe dans un communiqué du 6 mars révélant que le pianiste, compositeur, claviériste, producteur et arrangeur est décédé le 2 mars des suites d'une maladie soudaine; le décès n'avait pas été annoncé.»

«Beard a rejoint le groupe live Steely Dan en 2008 pour la tournée Think Fast et en plus de jouer avec le groupe de rock influencé par le jazz de longue date - y compris lors de son dernier concert avec le groupe le 20 janvier à Phoenix, Arizona - il était également membre en tournée des Eagles lors de leur tournée Long Goodbye.»

Billboard note que «Barbeil a composé des morceaux de John McLaughlin, Michael Brecker et bien d'autres, et a fait le tour du monde avec des grands du jazz tels que Pat Metheny, McLaughlin et Wayne Shorter. Il a également joué sur des enregistrements de Dizzy Gillespie, Al Jarreau, David Sandborn, Dianne Reeves, Meshell Ndegeocello et le virtuose de la guitare rock Steve Vai, ainsi qu'avec le Metropole Orchestra, le Detroit Symphony Orchestra et le Jazz at Lincoln Center Orchestra, ainsi qu'en composant de la musique pour la télévision et le cinéma.»

Les productions et compositions de Beard ont été nommées pour plusieurs Grammy Awards, et il a figuré sur l'album live Some Skunk Funk, qui a remporté deux Grammys en 2007.

Eric Carmen, auteur-compositeur-interprète pop-rock qui a marqué des succès avec The Raspberries et en tant qu'artiste solo, est décédé à l'âge de 74 ans.

La nouvelle a été confirmée par son épouse Amy dans un message publié sur son site Internet, Facebook et son compte X: «C'est avec une immense tristesse que nous partageons la déchirante nouvelle du décès d'Eric Carmen. Cela lui a apporté une grande joie de savoir que pendant des décennies, sa musique a touché tant de personnes et sera son héritage durable. «L'amour est tout ce qui compte… Fidèle et éternel», conclut le message.

Une notice nécrologiquedu Billboard note que «Au cours de sa carrière de plusieurs décennies, Carmen a marqué trois succès parmi les cinq premiers du Billboard Hot 100: le numéro 2 «All By Myself» en 1976, suivi de la bande originale de Dirty Dancing «Hungry Eyes», qui a culminé au n °4 en 1988, et «Make Me Lose Control», un tube n ° 3, également en 1988. Son album le mieux classé était son premier album solo éponyme, qui a culminé au n ° 21 en 1976.»

En plus d'avoir marqué un succès sur la bande originale de Dirty Dancing , Carmen a également co-écrit «Almost Paradise… Love Theme from Footloose» (interprété par Mike Reno et Ann Wilson) pour la bande originale de Footloose , ce qui lui a valu sa seule nomination aux Grammy Awards.

Carmen avait déjà fait sensation avec quatre albums qu'il avait enregistrés avec The Raspberries de 1972 à 1974. Ils ont marqué un succès n ° 5 de leur premier album intitulé "Go All the Way" en 1972 et un top 20 avec le titre ironique "Overnight Sensation". (Hit Record) », qui a culminé au 18e rang en 1974.

En 1997, Céline Dion a sorti une reprise n°4 de «All By Myself». «Go All the Way» a été présenté dans Guardians of Galaxy: Awesome Mix Vol. 1 bande originale en 2014 ; et son co-écrit «Almost Paradise» a servi de chanson thème au spin-off de The Bachelor, Bachelor in Paradise en 2014.

En 2004, Carmen, avec trois membres originaux de Raspberries, a reformé le groupe pour une série de concerts à guichets fermés dans des villes à travers les États-Unis. Lors de cette tournée, les Raspberries ont enregistré un album live de leurs succès à The House of Blues sur Sunset Strip, à Hollywood. Le spectacle et l'album ont été acclamés par la critique.

Variety a rapporté que «En 2000, Carmen a rejoint le All-Starr Band de Ringo Starr en tournée, interprétant ses plus grands succès en solo et Raspberry ainsi que siégeant avec l'interprète dont le groupe avait fourni un modèle pour une grande partie de sa vie musicale.»

«Ces dernières années, alors qu'il se retenait de sortir de nouvelles musiques ou de se produire en concert, ses fans communiquaient avec lui sur les réseaux sociaux – parfois de manière combative, compte tenu de ses opinions politiques conservatrices convaincues – jusqu'à ce qu'il se retire de Twitter il y a quelques années.»

Malcolm Holcombe, un auteur-compositeur-interprète folk/roots américain acclamé, est décédé le 9 mars d'une insuffisance respiratoire après une longue maladie. Il avait 68 ans.

Né et élevé à Weaverville, en Caroline du Nord, Holcombe a déménagé à Nashville en 1990 et a signé chez Geffen Records en 1996, bien que son premier album, A Hundred Lies , n'ait été officiellement publié qu'en 1999 par Hip-O Records.

Il a ensuite sorti des albums de manière indépendante à un rythme très prolifique. Le dernier de ses 14 albums solo, Bits & Pieces, est sorti en 2022.

Bien qu’il n’ait jamais connu un succès commercial majeur, Holcombe a gagné des fans au nord de la frontière. Le compositeur de Hamilton Edgar Breau (Simply Saucer) a publié cet hommage sur Facebook: « Un homme vraiment grand, un auteur-compositeur-interprète sans précédent, un guitariste exceptionnel, humble et authentique, Malcolm Holcombe est décédé et je pleure pour lui. Ce fut un privilège de faire la première partie de Malcolm à This Ain't Hollywood à Hamilton.»

Gary Topp, promoteur vétéran de Toronto, sur Facebook: «J'ai la chance d'avoir rencontré cet homme. Très peu de gens peuvent toucher à son écriture, son style unique, sa subtilité et son honnêteté. Que Dieu vous bénisse, Malcolm Holcombe.»

En savoir plus sur le site Web de Holcombe.

Steve Lawrence, styliste pop et acteur lauréat d'un Grammy, est décédé le 7 mars à l'âge de 88 ans.

Il est décédé à Los Angeles des complications de la maladie d'Alzheimer, a annoncé la publiciste Susan DuBow.

Billboarda noté que «le charismatique crooner lauréat d'un Grammy et d'un Emmy a ravi le public pendant des décennies dans les boîtes de nuit, sur les scènes de concert et lors d'apparitions au cinéma et à la télévision. Il s'est associé à feu Eydie Gormé, son épouse depuis 55 ans, dans un acte très populaire. Au sommet de leur popularité dans les années 60 et 70, Lawrence et Gormé formaient l'un des couples les plus en vogue du show-business. Si une émission de variétés était diffusée à la télévision, ce n'était qu'une question de temps avant que Steve et Eydie ne soient réservés pour celle-ci.»

Lawrence a signé avec King Records à l'adolescence et il a choisi la pop à l'ancienne plutôt que le rock'n roll. Le chanteur a choisi de rester old school et de résister aux attraits du rock'n'roll. À partir d’un album éponyme en 1953, son chant doux a orné des dizaines d’albums en solo. En 1963, il atteint le sommet du Billboard Hot 100 avec la ballade pop de Gerry Goffin-Carole King «Go Away Little Girl». Le single est devenu le premier de l'histoire à atteindre la première place par deux artistes différents après que Donny Osmond ait enregistré sa version en 1971.

Lawrence a également fait partie du top 10 avec «Party Doll» de 1957 (n° 5), «Pretty Blue Eyes» de 1959 (n° 9), «Footsteps» des années 1960 (n° 7) et «Portrait of My Love» de 1961 (n° 7). 9).

Dans les années 1950, Lawrence était un habitué de l'émission Tonight de NBC, chantant et échangeant des plaisanteries avec l'animateur Steve Allen. Là, il rencontre une jeune chanteuse nommée Eydie Gorme et le couple se marie en 1957.

Jusqu'à la mort de Gorme, en 2013, ils sont restés populaires, qu'ils travaillent ensemble en concert ou qu'ils fassent des apparitions séparées à la télévision.

Lui et sa femme ont joué ensemble dans The Steve Lawrence-Eydie Gorme Show en 1958 et Lawrence a eu sa propre série, The Steve Lawrence Show, en 1965. En tant qu'acteur, il est apparu dans des films et des séries télévisées tels que The Lonely Guy, The Nanny; Night Gallery; Sanford and Son; Murder, She Wrote; Frasier; Hot in Cleveland; et Two and a Half Men.

Karl (Edmond De Vere) Wallinger, leader du groupe de rock britannique World Party et ancien membre des Waterboys, est décédé le 11 mars à l'âge de 66 ans. La cause du décès n'a pas été signalée.

Wallinger, d'origine galloise, a été directeur musical d'une production londonienne de The Rocky Horror Picture Show avant de rejoindre les Waterboys dirigés par Michael Scott pour le deuxième album du groupe de rock alternatif, A Pagan Place de 1984, fournissant des claviers, des percussions et des chœurs. Il a travaillé sur leur troisième album, This Is the Sea , qui comprenait la composition Scott/Wallinger «Don't Bang the Drum», puis a quitté le groupe.

En 1986, il forme World Party, un groupe décrit par Billboard comme «un effort principalement solo avec Wallinger faisant appel à une distribution tournante de musiciens selon les besoins de son univers pop atmosphérique».

«Le premier album de World Party, Private Revolution, a donné naissance à ce qui a fini par être le plus grand succès du groupe, l'hymne indie-pop cynique "Ship of Fools", qui a atteint la 27e place du Billboard Hot 100. L'album comprenait un Sinead alors inconnu. O'Connor aux chœurs et Wallinger ont ensuite aidé O'Connor sur son premier album, The Lion and the Cobra de 1988.»

Le deuxième album de World Party, Goodbye Jumbo , comprenait «Way Down Now», qui a atteint la première place du palmarès des chansons alternatives de Billboard , tandis que «Put the Message in the Box» a été nommé pour la meilleure performance musicale alternative à la 33e cérémonie annuelle des Grammy Awards. Le quatrième album de World Party, Egyptology de 1997, comprenait «She's the One», que Williams a repris plus tard et a atteint la première place du UK Singles Chart.

Wallinger a souffert d'un anévrisme en 2001 et a dû réapprendre à parler et à jouer des instruments, mais il est ensuite revenu sur scène. La dernière tournée de World Party remonte à 2015, et leur dernier enregistrement était Arkeology en 2012, une collection de 70 titres de chansons nouvelles et live, ainsi que des reprises.

Parmi ceux qui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux se trouvait le directeur du label canadien Steve Kane, qui a posté ceci sur Facebook: «Tellement triste que Karl Wallinger de World Party et Waterboys soit décédé. J'ai eu le plaisir de travailler sur quelques albums de World Party et j'ai eu un peu d'interactions avec Karl. Je l'ai trouvé incroyablement plein d'esprit et un gars avec une connaissance encyclopédique de la musique pop.»

«Je me souviens très bien de la façon dont toute l'équipe de Virgin Music Canada, qui commercialisait le label Chrysalis à l'époque, s'est jetée corps et âme dans le travail de 'Bang' et à quel point lui et son équipe ont apprécié nos efforts. Au revoir Karl et merci pour tant de merveilleux joyaux musicaux.»

advertisement
Sarah McLachlan
Colline de Kharen

Sarah McLachlan

Français

Le festival Lilith Fair de Sarah McLachlan est sous le feu des projecteurs dans un nouveau documentaire

Sheryl Crow, Erykah Badu, Olivia Rodrigo et bien d'autres sont présentées dans le prochain long métrage réalisé par la jeune Canadienne Ally Pankiw qui explore l'héritage du festival de musique entièrement féminin de la fin des années 1990.

Un festival influent et sous-estimé des années 1990 reçoit son dû sous la forme d'un prochain long métrage documentaire.

Lilith Fair racontera l'histoire du festival de musique itinérant de Sarah McLachlan, qui présentait des programmations entièrement féminines dans un effort révolutionnaire pour lutter contre le sexisme dans l'industrie de la musique live.

continuer à éleverShow less
advertisement