advertisement
Français

Dans les médias: Google paiera 100 M$ par an pour les informations canadiennes, mais les problèmes demeurent (chronique d'opinion)

Le montant que le géant de la technologie a accepté de payer pour contourner la Loi sur les informations en ligne semble élevé, mais une fois divisé, il ne représentera pas grand-chose pour les habitants du paysage médiatique appauvri du Canada.

Dans les médias: Google paiera 100 M$ par an pour les informations canadiennes, mais les problèmes demeurent (chronique d'opinion)
Photo par Shiwa ID sur Unsplash

Le géant de la technologie a conclu un accord sur cinq ans pour verser 100 millions de dollars par an, indexés sur l'inflation, aux éditeurs de presse, afin de contourner la loi sur les informations en ligne, qui oblige les entreprises en ligne comptant 20 millions d'utilisateurs mensuels uniques et des revenus annuels de 1 milliard de dollars ou plus à rémunérer les médias pour le partage de liens vers leurs pages.

Seuls Google et Meta, qui possèdent Facebook et Instagram, répondent à ces critères au Canada et Meta s'est retiré en interdisant à ses utilisateurs de publier des liens vers des actualités canadiennes (mais continue d'autoriser la publication de captures d'écran d'actualités sans liens).


advertisement

L'examen de la Loi sur les informations en ligne doit être entrepris par le CRTC, ce qui sera coûteux et comprend l'embauche d'auditeurs internes pour vérifier au énième degré si « l'intention » de la Loi est respectée.

La reconnaissance de la contribution de Google mérite d'être saluée, surtout compte tenu du manque de participation de Meta et peut-être même de son mépris pour le processus d'indemnisation des agences de presse. Les chiffres souvent cités en ligne suggèrent que les recettes publicitaires de Facebook au Canada s'élèvent à plus d'un milliard de dollars.

Selon The Conversation , pour les deux premiers trimestres de 2020, Facebook a déclaré des revenus de 924 millions de dollars américains au Canada et a en outre indiqué qu'en 2018 et 2019, Facebook avait gagné près de 6 milliards de dollars au Canada. Selon un rapport de Reuters publié en juillet de l'année dernière, le gouvernement canadien estimait que 80 % de tous les revenus publicitaires au Canada, soit près de 10 milliards de dollars (7,5 milliards de dollars) en 2022, étaient destinés à Google et Meta.

Les médias, et en particulier les médias d’information, ont vu leur part des revenus publicitaires diminuer à mesure que les regards se tournent vers l’abandon des médias traditionnels, appartenant à des Canadiens, au profit des plateformes en ligne.

advertisement

Quant à savoir qui recevra quoi de ce nouveau trésor de ce qui doit être considéré comme de la petite monnaie, CBC/Radio-Canada ne recevra pas plus de 7 millions de dollars, et 30 millions de dollars au maximum seront réservés aux autres diffuseurs, selon un reportage de CBC News. . Les 63 millions de dollars restants seront partagés entre d’autres médias éligibles, tels que les journaux et les plateformes numériques.

Mais l’argent frais ne va pas seulement aux agences de presse qui rapportent l’actualité, mais doit plutôt être réparti entre un certain nombre de secteurs verticaux qui couvrent des groupes spécifiques qui s’adressent à des sous-ensembles de la population générale.

Les dépenses en espèces seront décidées par 12 médias indépendants qui représentent la langue française, l'actualité communautaire et autochtone, ainsi que par des publications qui représentent spécifiquement les Noirs et les Canadiens d'autres groupes sous-représentés.

Selon un article de Google, « le collectif s'engage à distribuer le financement de « manière juste, transparente et inclusive », selon Sadia Zaman , du Collectif du journalisme canadien (CJC), qui est l'administrateur indépendant du conseil d'administration chargé d'approuver les subventions.

advertisement

« Nous sommes impatients de travailler avec toute la diversité de l'écosystème de l'information canadien, y compris les organisations traditionnelles de presse écrite et de radiodiffusion, ainsi que les éditeurs de nouvelles locaux indépendants, y compris ceux qui servent les communautés autochtones, noires et racialisées ainsi que les communautés francophones.

En ce qui concerne la transparence, il n'a pas été précisé si le comité de sélection travaille sur une base volontaire ou s'il est payé pour siéger au conseil d'administration – et, si oui, combien et par qui.

advertisement

Peter Menzies, ancien journaliste et cadre du CRTC, offre une vision globale de la façon dont les politiques interventionnistes peuvent bouleverser l'ordre naturel dans les médias canadiens dans un article d'opinion bien documenté qui a d'abord été publié par The Hub , puis réimprimé par l' Institut Macdonald-Laurier .

De mon point de vue, les 100 millions de dollars répartis entre quelques propriétés médiatiques historiques et un boisseau de secteurs verticaux avec des publics ciblés ne contribueront pas beaucoup à améliorer la couverture médiatique de la politique fédérale, provinciale et civique où les malversations politiques sont en augmentation. Le don de 100 millions de dollars aux médias d’information n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan et alimente ceux qui prétendent que le grand gouvernement contrôle les médias canadiens. La déduction actuelle de 15 % autorisée, jusqu'à un total de 500 $, pour les abonnements aux nouvelles au Canada est presque risible et certainement pitoyable. Les abonnements seraient certainement plus attractifs si le taux était porté à 50 % ou plus, mais il n'est pas question d'augmenter le taux autorisé.

Pendant des années, les gouvernements au pouvoir ont perturbé la libre entreprise (les bonnes, les mauvaises et les indifférents). Il a supprimé l’entrepreneuriat et créé une industrie de demandeurs de subventions. Et beaucoup de ces candidats jouent à un jeu de coquilles avec leurs sources de revenus, recrutent et allouent des fonds dictés par décret gouvernemental. Combien de licences de radio ont été accordées aux candidats parce qu'ils promettaient une audience trop restreinte pour être comptée ?

Sans préjugés, l’industrie musicale canadienne brandit la carte du « pauvre moi » depuis plus de 50 ans. Où se cachent parmi nous les Richard Branson, Chris Blackwell et Martin Mills ? Des visionnaires locaux qui ont signé des contrats avec artistes qui sont devenus des vedettes mondiales.

advertisement

Nos gouvernements se sont montrés dépensiers. Les paiements d’intérêts fédéraux devraient atteindre 46,5 milliards de dollars, soit 10,2 % du total des revenus fédéraux, en 2023-2024. Les nouvelles dépenses prévues dans le budget fédéral de 2024 totalisent 52,9 milliards de dollars.

Nous pouvons distribuer des miettes à de petits secteurs verticaux, mais la famille Thomson, propriétaire du Globe and Mail , a investi des dizaines de millions de dollars au cours des dernières années dans l'informatique et dans l'embauche d'excellents journalistes dans ses salles de rédaction. L’idée est d’améliorer l’offre et de séduire les abonnés. Aujourd'hui, le Globe and Mail compte 300 000 abonnés, dont 210 000 au format numérique uniquement et 95 000 au format papier.

En 1999, 70 % des revenus de l'entreprise provenaient de la publicité, de l'affichage et des petites annonces. Ils trouvent la rentabilité dans le nouvel ordre mondial avec un contenu exclusif riche en informations utilisables. Le Globe recevra probablement beaucoup moins du nouveau système de paiement de Google que lorsqu'il concédait des licences de contenu directement auprès du géant en ligne. Mais le journal trouve sa place dans le nouvel ordre mondial, à l'instar du New York Times , de The Economist et de quelques autres qui investissent en eux-mêmes et qui valent la peine de payer pour y accéder.

advertisement

Nous en saurons plus sur le collectif qui distribue l'argent et qui obtient quoi à une date ultérieure. Je suppose que lorsque le robinet sera fermé, l’appel à plus d’argent gratuit sera toujours entendu.

advertisement
deadmau5
Matt Barnes

deadmau5

Français

Nouveautés et albums canadiens à venir : deadmau5 revient avec un nouvel EP, Menno Versteeg de Hollerado se lance en solo

Boy Golden et Begonia ont également de nouvelles sorties cette semaine, tandis que Geddy Lee et Alex Lifeson de Rush rééditent leurs albums en solo.

Une semaine au milieu de l'été apporte son lot de nouveautés notables de la part d'artistes canadiens, dont Oleyada etRuss Brannon. Tout juste après avoir fait la couverture exclusive du nouveau Rolling Stone Québec, deadmau5 est également de retour avec un nouvel album, some ep, qui combine sa première musique en deux ans avec son alter ego Testpilot.

For Eden, quant à lui, est le deuxième album du compositeur indie folk/roots Boy Golden (Liam Duncan). Son premier album, Church of Better Days, a atteint la première place des radios alternatives canadiennes et il est rapidement devenu un favori sur le circuit des tournées. Déjà lauréate d'un prix Juno, la Winnipegoise Begonia fait tourner les têtes avec sa voix puissante et naturelle, et son nouvel album Open Swim fera passer le message.

continuer à éleverShow less
advertisement