advertisement
Français

Daniel Caesar donne son plus grand concert à domicile à l'Aréna Scotiabank de Toronto

Même s'il a signé avec une maison de disques importante, l'étoile montante de la chanson arrive toujours à rendre l'atmosphère d'une salle délicate et intime, peu importe sa taille.

Daniel Caesar

Daniel Caesar

Tom Pandi

Il y avait quelque chose dans l'air de l'Aréna Scotiabank de Toronto vendredi soir (13 octobre), alors que Daniel Caesar montait sur scène pour donner son plus grand spectacle à ce jour dans sa ville natale.

Après avoir déménagé aux États-Unis et signé un contrat avec la maison de disque Republic Records, l'étoile montante du R&B a atteint un nouveau sommet en se produisant à guichet fermé dans l'aréna. Si la scène peut sembler immense pour un artiste local, celui-ci s'arrêtait dans des salles de plus en plus grandes à chacun de ses passages. Pour ceux qui suivent sa carrière depuis le parc Trinity Bellwoods au milieu des années 2010, cela ne semblait toutefois pas être un changement majeur. Le super pouvoir de Daniel Caesar a, en effet, toujours été sa capacité a créer de la proximité, ses chansons émotionnellement ouvertes qui connectent chaque personne présente dans la pièce, quelle que soit sa taille.


advertisement

Aujourd'hui artiste n°1 au Billboard Hot 100 et au Canadian Hot 100 (en tant qu'artiste invité du tube Peaches de Justin Bieber) et une charte fiable à part entière (son troisième album, le premier avec une maison de disque majeure, Never Enough a atteint le numéro 8 sur le palmarès Billboard Canadian Albums), il rayonne de façon remarquable. Mais contrairement à son compatriote torontois et star du R&B The Weeknd qui a dû adapter son style live afin de correspondre à son virage pop, Caesar est, dans l'essence, toujours le même artiste. Avec ses tresses emblématiques et son t-shirt Jesus and Mary Chain, il donnait l'impression d'être comme avant et qu'il fallait l'encourager.

S'il y a eu quelques moments typiques des concerts d'aréna, aucun n’a terni son sérieux ou son charme discret. Trois écrans entouraient la scène, un vertical de chaque côté et un horizontal au-dessus. Avant de monter sur scène, nous les avons vus, lui et son groupe, sortant de la salle verte et se dirigeant vers la zone de performance, presque comme un athlète de l'UFC avant un grand combat. C'était une façon unique d'estomper la distance entre lui et la foule, notamment en permettant au public de voir les instants avant (et plus tard) qu'il soit sur son piédestal. Cela n'a pas atténué les cris bruyants du jeune public qui l'ont accueilli à la Beatlemania. Du début à la fin du spectacle, il n'y a jamais eu un moment où le public ne l'a pas suivi.

advertisement


À un moment donné, un drap blanc de style boudoir est tombé sur lui et l’a entouré alors qu'on apercevait sa silhouette – un habillage scénique versatile qui impressionne avec peu. Plus tard, grâce à un dispositif au plafond, certaines parties du public baignaient dans des poches carrées de lumière qui dansaient pendant qu'il chantait. C'était un joli tour, mais le plus éblouissant est le même qu'il a toujours été : dépouiller ses chansons et laisser transparaître sa magnifique et vulnérable voix de fausset. Tout au long de la nuit, les moments les plus puissants ont été ceux où il se tenait debout ou assis seul derrière un piano, un orgue ou une guitare acoustique. Le trio de musiciens était toujours prêt à l'accompagner avec un peu de soul psychédélique à la D'Angelo ou un gros solo de guitare à la Prince, sans avoir peur que sa voix soit le centre de l'attention.

advertisement

La voix délicate de Caesar n’était pas la seule à mériter une vitrine. Il a amené l'invité spécial Mustafa (alias Mustafa The Poet) pour leur collaboration parue sur Never Enough "Toronto 2014". La prestation mélancolique de Mustafa se mariait parfaitement avec celle de Caesar alors qu'ils portaient un regard réfléchi sur les premiers jours de leur aventure musicale. Même s’il ne vit plus dans la ville, Caesar en est toujours spirituellement proche. Sa première partie était le groupe de jazz BadBadNotGood qui jouait avec la chanteuse soul Charlotte Day Wilson, avec qui il a entretenu des liens tout au long de sa carrière. Le groupe a eu le temps de faire des chansons comme « Time Moves Slow » (un succès viral sur TikTok pendant la pandémie) et le « Work » à combustion lente de Wilson a clôturé le set en transformant la salle en une mer de caméras téléphoniques.

advertisement

Pour son concert, Caesar a gardé la plupart des succès de son Freudian de 2017, que les fans attendaient clairement, pour la fin. Les couples sont par ailleurs devenus très proches pour la ballade amoureuse "Best Part" et on a assisté à un vrai moment de kiss cam. Plus tard, sur "Get You", il a à peine eu le temps de chanter un mot qu'il tendait son micro aux fans en les incitant à chanter la première ligne de chaque couplet. C'est une démonstration de force indéniable : montrer aux fans de votre ville natale qu'ils connaissent chaque mot et leur permettre de vivre une expérience commune d'en profiter ensemble. Pourtant, pour l’un des succès les plus époustouflants de Daniel Caesar, cela aurait été bien de l’entendre le chanter.

Comme pour compenser cela, les fans ont pu l'entendre chanter quelques morceaux d'autres personnes. L’une de ces reprises fut une version solo acoustique du classique introspectif des années 90 de Radiohead, « Creep ». Ce qui semblait être un couplet ou deux avant de se lancer dans l'un de ses propres titres originaux était en fait la chanson entière, qui a permis à ceux qui étaient assez vieux pour la connaître dans la salle de chanter.

advertisement

Il n'a pas joué de rappel traditionnel, mais la caméra l'a suivi pour sa sortie de scène. Elle l'a montré rentrant dans sa loge, où l'attendaient Mustafa et Charlotte Day Wilson. Il a sorti sa guitare et tous les trois ont chanté un classique encore plus ancien : « Old Man » de Neil Young. Caesar a raté quelques accords, mais cela a ajouté une peu de désinvolture à la performance en coulisses. Les trois chanteurs ont des voix incroyables, pleines de personnalité et débordantes d'émotion, et ils se sont réunis en harmonie à trois sur ce classique folk rock.

C’était une façon non conventionnelle de terminer un spectacle, mais d'autant plus en accord avecle moment. De la scène aux coulisses, Daniel Caesar a rapproché tout le monde.

advertisement
Eminem
Photo de courtoisie

Eminem

Français

« Houdini » d'Eminem fait ses débuts au premier rang du Canadian Hot 100

Le premier single de son 12e album à venir, The Death of Slim Shady, a donné à Eminem sa plus haute place dans les classements en six ans.

Devinez qui est de retour : Eminem a décroché la première place du Billboard Canadian Hot 100 de cette semaine avec Houdini, le premier single de son 12e album à venir.

Le morceau échantillonné par Steve Miller Band est le placement le plus élevé d'Eminem dans le classement depuis Killshot de 2018, qui a occupé la première place pendant deux semaines, et est son sixième numéro 1 au Canada. Houdini est également n°1 du Billboard Global 200 et du Global Exc. U.S.

continuer à éleverShow less
advertisement