advertisement
Français

Bulletin Billboard Canada FYI : ​Chantal Kreviazuk vend un catalogue de chansons à Anthem Entertainment

Cette semaine également: Dan Hill prépare sa carrière à un rythme plus élevé, l'enregistrement de Martha and the Muffins s'attaque à la violence armée endémique.

Chantal Kreviazuk

Chantal Kreviazuk

Carl Lessard

Après des décennies en tant qu'auteure-compositrice de Sony/ATV Music Publishing Canada, Chantal Kreviazuk, chanteuse aux multiples facettes et multiplatine, née à Winnipeg, a fait tourner les têtes plus tôt cette semaine lorsqu'il a été annoncé que son catalogue de chansons – qui comprend «Boot», «In This Life» », «Time», «Weight Of The World» et «Get To You», aux côtés de succès certifiés et de collaborations enregistrées par Christina Aguilera, Kelly Clarkson, Drake, Avril Lavigne, Pitbull, Shakira, Britney Spears, Gwen Stefani, Carrie Underwood – avait été acquis par Anthem Entertainment.

Elle a remporté trois prix Juno et a reçu l'Ordre du Canada en 2014, avec son mari, Raine Maida, pour leurs efforts de sensibilisation et de soutien aux droits de la personne et des animaux, à la santé mentale, à l'éducation et à l'environnement.


advertisement

– Le collectif de droits d'auteur de la Barbade COSCAP a signé un accord de partenariat avec la CMRRA (Agence canadienne des droits de reproduction musicale) pour superviser les droits de reproduction mécanique de ses membres sur le marché canadien. La division SX Works Global Publisher Services, affiliée à la CMRRA, aidera à gérer l'administration de bout en bout au nom des membres du COSCAP avec The Mechanical Licensing Collective (The MLC) aux États-Unis.

L'accord couvre 1 133 artistes Bajan et leurs droits d'auteur et environ 48 éditeurs de musique de la nation insulaire.

– Martha Johnson et Mark Gane perpétuent l'héritage de Martha et des Muffins. La preuve la plus récente en est la sortie de la chanson «For What It's Worth» de Stephen Stills, un hit du Top 10 du milieu des années 1960 de son séjour à Buffalo Springfield et connu par certains sous le nom de «Stop, What's That Sound?»

Ladley explique pourquoi M+M a décidé de reprendre cette chanson maintenant: «La violence armée est un fléau sociétal permanent, un virus pervers perpétué par des hypocrites qui récitent sans signification des « pensées et des prières». Dans cette optique, notre interprétation est plus lente et plus sombre et envisage la possibilité que des événements autrefois rares et inacceptables soient désormais accueillis avec un haussement d’épaules d’indifférence.

advertisement

Depuis sa sortie, la chanson a fait l'objet de nombreuses reprises au fil des années. Parmi les artistes qui le couvrent figurent Rush, The Jeff Healey Band, Kid Rock, Eric Clapton, Miriam Makeba et Vanilla Fudge.

– Le catalogue de chansons à succès de Dan Hill connaît une renaissance grâce à la cession de ses droits d'auteur à Anthem Entertainment, avec des placements apparaissant désormais dans des publicités, dans des émissions de télévision, et tout cela menant à une éventuelle émission spéciale américaine. Il est peut-être mieux connu pour «Parfois When We Touch» (la «chanson préférée de tous les temps» de Dolly Parton), qui a été vue 37 millions de fois sur YouTube et plus de 100 millions de téléchargements et a été reconnue comme l'une des 100 meilleures chansons du siècle et l'une des 100 chansons les plus jouées de tous les temps (BMI).

Ne se reposant pas sur ses revenus de redevances, Hill discute de la possibilité d'une double tournée avec son ami auteur-compositeur tout aussi accompli, Andy Kim.

advertisement

advertisement
Drake's music video for 'Family Matters' filmed at New Ho King
Photo Facebook

Le clip de Drake « Family Matters » tourné à New Ho King

Français

Les gros titres de l'industrie : les arts canadiens en difficulté, Drake supprime ses « diss tracks »

Également cette semaine : Neko Case écrit ses mémoires, Céline Dion parle de sa maladie, le contrat d'un label majeur avec Twitch et plus encore.

État des Arts

La hausse des coûts. Un public hésitant. Un financement fragile. C'est une année décisive pour le secteur des arts. – Josh O'Kane, The Globe and Mail

continuer à éleverShow less
advertisement