advertisement
Français

Une conversation avec la vedette country canadienne Dean Brody, qui a battu tous les records

Faiseur de succès constant, il trouve encore du temps pour un travail humanitaire primé.

Dean Brody

Doyen Brody

Photo de courtoisie

Dans le domaine toujours plus vaste de la musique country canadienne, Dean Brody aborde la nouvelle année en pleine forme, marquant une étape importante avec son neuvième succès n°1 à la radio country canadienne, «Right Round Here». Cette dernière réalisation vient couronner une année monumentale pour le célèbre artiste, alors que les Canadian Country Music Awards lui ont décerné le Gary Slaight Music Humanitarian Award et qu'il s'est lancé dans une tournée nationale en tête d'affiche. Il a présenté ses prouesses musicales dans les petites villes du Canada, livrant un concert intime. , une expérience complète pour un public captivé.

advertisement


«Right Round Here», la chanson titre du neuvième album de Brody, sorti l'automne dernier, s'inspire de son éducation dans une petite ville canadienne. Reflétant son parcours intime d'amour et de vie au cours des dernières décennies, la chanson résume le double sens d'avoir grandi ici en tant que Canadien – un thème que Brody a poursuivi avec ferveur tout au long de sa carrière.

Les fans attendent avec impatience de voir la suite de Dean Brody alors qu'il se réjouit de sa dernière réalisation. Encouragé à rester à l’écoute de ses chaînes, Brody fait allusion à de nouvelles musiques en 2024, ajoutant ainsi un autre chapitre à sa carrière déjà riche.

Dans le domaine de la musique country canadienne, Brody a connu une série de réalisations qui ont solidifié son statut d'artiste multiplatine. Ces dernières années, Brody a organisé trois tournées nationales d'arènes, dont deux ont battu des records nationaux de vente de billets. Il est notamment le seul artiste country canadien à détenir une résidence remarquable de sept ans sur la prestigieuse scène Budweiser de Toronto.

En 2021, l'artiste a décroché ses sixième et septième numéros un à la radio country canadienne avec des duos consécutifs, dont les «Boys» historiques mettant en vedette l'étoile montante de la musique country Mickey Guyton, et «More Drinkin' Than Fishin'» avec sa camarade de label Jade Eagleson. Brody a décroché son 18e prix CCMA pour le single canadien le plus vendu avec le morceau n°1 «Can't Help Myself», mettant en vedette The Reklaws.

advertisement

En 2022, il obtient son premier single triple platine avec «Bring Down The House». Cette étape importante fait de lui le deuxième artiste de l'histoire canadienne à atteindre un tel statut sur un single. Notamment, son single «Where'd You Learn How to Do That» a assuré son huitième numéro 1.

Tout au long de l'année, Brody a partagé ces moments avec ses fans à travers des performances en tête d'affiche à travers le pays, notamment dans des lieux remarquables tels que le Budweiser Stage à Toronto, le Festival Country Lotbinière, le Dauphin Countryfest, une résidence de 10 nuits au Stampede de Calgary et un spectacle dans sa ville natale à Fort Steele avec l'AJLNH.

Au-delà de ses prouesses musicales, Dean Brody est un conteur passionné et un parolier talentueux. Avec un palmarès impressionnant de 34 singles classés parmi les 10 premiers, dont 8 succès n°1, 18 prix CCMA, 2 JUNO et plus de 435 millions d'écoutes à l'échelle mondiale, Brody a laissé une marque indélébile sur le paysage country canadien. Notamment, seule Shania Twain le surpasse dans les écoutes canadiennes parmi les artistes country en termes de résultats «à vie».

advertisement

Tout en conservant son statut d'artiste vénéré, Brody consacre également une partie importante de sa vie à des efforts philanthropiques par le biais de son organisme de bienfaisance, la Fondation Dean Brody. Récemment, il a conclu un partenariat stratégique avec International Justice Mission (IJM), une organisation mondiale qui partage les valeurs et les objectifs fondamentaux de sa fondation. Cette collaboration pluriannuelle vise à prévenir la violence et l'exploitation, permettant à Brody de devenir ambassadeur d'IJM Canada et de prolonger son combat d'une décennie pour la justice à l'échelle mondiale.

advertisement

Dans le paysage toujours renforcé de la musique country canadienne, l'héritage de Dean Brody continue de se déployer, mêlant l'excellence musicale à un engagement à avoir un impact positif sur la scène mondiale.

Où êtes-vous actuellement?

Je suis à West Kelowna.

Dans le documentaire de Willie Nelson, Willie Nelson & Family, ilfait allusion à la musique country en tant que générations de familles racontant leurs histoires – celles des gens des zones rurales. Est-ce que ça vous parle ?

C'est une partie importante de notre genre, la relativité. C'est ainsi que nous racontons notre histoire et que les habitants des zones rurales peuvent comprendre. Je pense que c'est pour cela que je me suis tourné vers le country quand j'étais plus jeune. Mon premier amour de la musique est vraiment la musique rock. Je n'étais pas un grand fan de country quand j'étais jeune. Mais ensuite, en tant que country boy, et en écoutant cette musique, je me suis dit, je comprends. Je reçois cette musique. Et quand je m'asseyais pour écrire une chanson, je n'écrivais pas comme l'écrirait un écrivain rock. J'ai écrit des histoires sur des gens et des personnages. J'adore faire ça.

Et vous avez travaillé très tôt dans une scierie?

Oui, mon premier emploi est un rite de passage pour nous tous, les gars de cette petite ville, car nous avons trouvé un emploi dans l'une des trois scieries autour de nous ou avons travaillé dans la brousse. J'avais des amis comme des abatteurs et des gens qui faisaient de l'exploitation de câbles et des trucs comme ça. Il s'agissait soit de l'agriculture, soit de la scierie, soit de l'industrie forestière. Et l'exploitation minière.

advertisement

Je pense toujours à Ian Tyson. Mes conversations avec lui et ses histoires sur les cowboys de l'Alberta seuls sur le champ de tir avec ses chevaux dormant sous les étoiles la nuit. Ian avait quelque chose de proche et de personnel à écrire. Vous devez vous appuyer sur vos expériences lorsque vous mettez des mots sur papier.

Je pouvais puiser dans tous les souvenirs que j'avais à la maison. Ainsi qu'à Nashville. Je pourrais en tirer parti et y arriver. Et c'était facile de m'y remettre et d'utiliser mon imagination pour dessiner une image à travers les paroles.

Je suis très fier d'où je viens et des gens avec qui j'ai grandi. Je tiens à dire qu’ils ont également joué un grand rôle dans mon éducation. Je pense que tout le monde dans une petite ville ou une petite communauté ressent cela. Leur environnement les a aidés à devenir ce qu’ils sont. Heureusement pour moi, ce sont de bonnes personnes.

Quand on revient aux débuts de la musique country au Canada, c'était essentiellement Don Messer et George Wade, puis Wilf Carter et Hank Snow. Vos parents ou grands-parents ont-ils joué ces artistes à la maison et ont-ils dit: «écoutez, ce sera peut-être vous un jour?»

advertisement

Ils me feraient asseoir, mais pas nécessairement. Je me souviens que ma grand-mère avait toujours la radio allumée, tout comme mon père. Peu importe que nous soyons dans le camion, dans la maison, dans le magasin ou dans le garage. Il diffusait de la musique et notre station de radio n'avait pas de genre dédié. Il jouerait de tout, d'Anne Murray à Gordon Lightfoot en passant par Kiss et Metallica - un peu de tout. Je n'avais pas réalisé qu'il existait différents genres avant l'âge de 12 ou 13 ans. Je me suis dit: Hé, attends une minute. Oh ouais, c'est du reggae, c'est du rock, c'est du jazz, c'est du heavy metal, c'est de la country.

Je pense que ma mère était plutôt musicale. Elle m'a appris quelques accords, mais ma plus grande influence était la radio et le fait qu'elle était toujours allumée tout le temps.

Si vous êtes dans une communauté agricole et que vous travaillez sur une propriété, cette radio joue sans cesse en arrière-plan.

C'est un bon souvenir pour moi. Il n'y a rien de mieux qu'un samedi après-midi quand on va au magasin, que papa travaille sur le camion et qu'il y a de la musique. Je l'ai aimé.

Mes grands-parents étaient des producteurs laitiers de Pennsylvanie. Nous, les garçons, passions deux semaines chaque été à la ferme, mettant le foin en balles, courant à travers les champs et traînant près de nos oncles. Cette radio à transistor diffusait Ray Charles, Nat Cole et Patti Page. Pour moi, c’était un moment d’importance spirituelle.

Pennsylvanie, mec, c'est incroyable. C'est un territoire incroyable là-bas. Les granges là-bas sont incroyables. Je me souviens et je ne sais pas pourquoi, mais la Pennsylvanie a de belles collines et des fondations étonnantes pour leurs granges. Pas seulement la grange, mais les fondations étaient comme de la pierre. Est-ce que je m'en souviens, n'est-ce pas? Lorsque j'ai traversé la Pennsylvanie, c'était magnifique et pittoresque.

Ce sont les montagnes Allegheny.Et quand on pense aux montagnes, c’est dans les Appalaches qu’est liée une grande partie de la musique country d’antan. Les collines et les vallées s'étendent des Carolines jusqu'au Québec, sur 1 500 milles – des presbytériens écossais-irlandais d'Irlande du Nord, des Allemands et des esclaves africains. Le violon et le banjo entrent en collision. Les racines de la musique country ancienne, du chant des ballades et du swing montagnard. Même le blues, le jazz, le bluegrass, le honky tonk, le gospel et la pop.

C'est drôle quand j'étais enfant, j'adorais Great Big Sea et Barra MacNeils. Ce qui vient de la côte Est, j'ai trouvé intéressant de voir comment le violon en faisait partie et comment ces instruments faisaient également partie de la musique country. C'est vraiment intéressant. Je n'avais pas fait assez de recherches – et vous venez de les partager avec moi.

Vous êtes aujourd'hui un artiste et vous avez connu un énorme succès. Avec autant de tubes, vous devez regarder en arrière et dire: Mec, je suis là depuis un moment, et je suis toujours là-dedans.

Je peux dire que je suis honnêtement surpris. Je pense que nous entrons dans notre 14e année avec encore une base de fans et des gens qui veulent venir me voir, m'entendre, entendre le groupe et vivre le spectacle. C'est encourageant, mais ça a été un voyage. C'est une longue histoire.

Je suis juste heureux de pouvoir encore faire de la musique et que les gens viennent toujours nous voir jouer. Je suis enthousiasmé par l’avenir et je continue d’écrire à ce sujet. Je continue d'essayer de raconter mon histoire et celle des autres à travers des chansons.

Est-ce que les tournées deviennent plus faciles et est-ce que vous l’appréciez toujours?

C'est l'amour-haine. Jouer de la musique est génial lorsque vous êtes avec vos meilleurs amis. C'est presque comme être à l'université dans un dortoir et voyager de ville en ville. Le soir, après le spectacle, le bus roule et vous êtes dans le salon de devant, en train de regarder un film ou simplement de parler, d'écouter de la musique. C'est plutôt cool, mais c'est épuisant. C'est la seule chose à ce sujet. Nous essayons de jouer presque tous les soirs. Nous partirons quatre ou cinq nuits, aurons un jour de congé, cinq autres nuits, peut-être deux jours de congé, six nuits. Je trouve cette partie super épuisante, mais ça vaut vraiment le coup.

Que fais-tu à la maison? Que se passe-t-il autour de la maison?

Je ne fais pas grand-chose, mec. J'ai quelques passe-temps que je pratique pour m'occuper si je n'écris pas. Je fais du tir à longue distance et des trucs de MMA, ce qui m'occupe. Et c'est bien d'avoir un débouché en dehors de la musique, donc je ne suis pas trop saturé de musique parce que j'ai d'autres choses que je peux faire.

L'une d'elles est la Fondation Dean Brody. Pouvez-vous nous en dire plus sur le travail?

Je l'ai commencé avec un ami [Matt Roper]. Nous n'étions pas amis à l'époque, mais il a écrit un livre intitulé Remember Me, Rescue Me . C'est un journaliste britannique qui a vécu au Brésil pendant sept ans et qui a essentiellement parlé de l'exploitation des filles dans de nombreuses zones rurales du Brésil. J'ai lu le livre, je l'ai contacté et je lui ai demandé: «Hé, est-ce que je peux faire quelque chose ? Puis-je aider de quelque manière que ce soit?» Et il dit: «ouais, laisse-moi t'y emmener.»

Il a vécu au Royaume-Uni et est retourné au Brésil à plein temps. Nous avons fait de nombreux voyages là-bas et rencontré des gens extraordinaires sur le terrain : des ressortissants brésiliens passionnés par l'aide à ces filles et à ces enfants. Nous y avons maintenant cinq maisons ; on les appelle les Maisons Roses, un endroit où les filles peuvent venir suivre une formation. Cela est en grande partie lié à des problèmes sociaux. Ils ont des thérapeutes, des psychiatres et des avocats qui se battront pour eux dans leur ville locale s'ils ont été maltraités. Nous abordons un mélange de campagnes et d'angles différents; c'est assez génial. C'est un refuge sûr pour les enfants des villes les plus reculées et exploitées.

Vous avez été honoré par les CCMA et avez remis le Gary Slaight Music Humanitarian Award en 2023.

Ce fut un grand honneur.

Y a-t-il un thème central dans l’album Right Round Here?

Je dirais que c'était une collection de chansons. Ce prochain album sur lequel je travaille, j'ai plus de direction. J'ai toujours abordé les albums presque chanson par chanson. Je n'ai pas de thème en tête. Honnêtement, le titre de l’album vient une fois que toutes les chansons ont été assemblées. J'essaie d'écrire et d'enregistrer des choses qui sont authentiques pour moi. Si je reste fidèle à cela, je me retrouve avec un album cohérent, généralement très amusant, et qui vous emmène dans un petit voyage émotionnel.

«Northern Anthem», bien que bref, semble refléter un moment de réflexion: une émotion ou une expérience.

J’ai l’impression que nous sommes quelque peu divisés en tant que pays en ce moment. Le sentiment de cette chanson est que nous avons tellement de choses en commun et qu’il y a tellement de beauté et d’histoire dans ce pays et cette nation. C'est sorti vite un soir. Je pense que je l'ai écrit en 10 minutes parce que c'est court et je chantais juste en même temps. Et puis j'ai joué avec dans mon studio, je suis allé à Nashville et je l'ai simplement attaché. C'est vraiment une chanson d'espoir. Cela veut dire, hé, vous savez, nous sommes une seule nation. Nous sommes un beau peuple. Nous sommes doux, mais nous sommes forts. Et c'est un hymne. C’est pourquoi je l’appelle «l’hymne du Nord».

Quelle est la prochaine étape pour vous?

Nous enregistrons le prochain album. Nous commençons à travailler dans ce sens. Quand un album sort, tu travailles déjà sur le deuxième. Donc en ce moment, c'est calme, je viens de sortir de tournée. Les choses se sont arrangées. Je vais commencer à écrire, enregistrer, faire des voyages à Nashville et boucler le prochain disque.

Et vous ne tournerez qu'au printemps ou en été?

Je pense que c'est l'été. Nous venons de terminer la tournée presque en décembre de l'année dernière. Nous ferons une pause ce printemps, puis nous irons sur le circuit des festivals en été. Je pourrais même y aller doucement à l’automne puis faire une tournée en 2025.

advertisement
The Weeknd with Metro Boomin and Future
@metroboomin Instagram

The Weeknd avec Metro Boomin et Future

Français

The Weeknd aperçu au concert « Pop Out » de Kendrick Lamar à Los Angeles

Contrairement à l'ancien Raptor de Toronto DeMar DeRozan, l'artiste né à Scarborough n'est jamais monté sur scène, mais il faisait partie du public du spectacle qui présentait les morceaux de Drake « Not Like Us » et « Euphoria ».

Kendrick Lamar a envahi Internet hier soir (19 juin) avec son concert Pop Out diffusé en direct sur Prime Video depuis le Kia Forum de Los Angeles. S'il n'était pas clair que Kendrick avait gagné l'opinion publique dans son conflit avec Drake, il n'y avait plus aucun doute lorsque se sont réunies sur scène des personnalités culturelles de Los Angeles - des nouveaux arrivants aux légendes comme Dr. Dre, des vedettes du basket comme Russell Westbrook, et même quelqu'un name-dropped par Drake, DJ Mustard, dans l'un de ses morceaux dissidents pour danser - le cinglant Not Like Us.

DeMar DeRozan, l'ancien bien-aimé des Raptors de Toronto qui était autrefois assez proche de Drake pour avoir raconté la vérité sur une prochaine mixtape, a rejoint son compatriote Westbrook, joueur de la NBA né à Los Angeles, sur scène au Forum lors de Not Like Us.

continuer à éleverShow less
advertisement