advertisement
Français

Nécrologies: la «première dame du jazz canadien» Eleanor Collins et plus

Nous soulignons également le décès de l'auteur-compositeur et producteur Jean-Pierre Isaac, du promoteur Joe Recchia, ainsi que des musiciens WC Clark, Brian Turrington et Roni Stoneman.

Eleanor Collins Commemorative Stamp

Timbre commémoratif d'Eleanor Collins

Postes Canada

Eleanor Collins, surnommée la première dame du jazz canadien, est décédée le 3 mars à l'âge de 104 ans.

CBC Newsnote que Collins, née à Edmonton, «a commencé à se produire sur scène dans les années 1930 et a travaillé avec d'autres grands comme Dizzy Gillespie et son compatriote canadien Oscar Peterson. À la fin des années 1930, elle a déménagé à Vancouver, où elle a chanté à la radio avec le groupe de gospel Swing Low Quartet.


«Ce groupe est apparu à la radio de CBC et, au début des années 1940, Collins a commencé à se produire avec Ray Norris pour la série de jazz Serenade in Rhythm. Au début des années 1950, elle a commencé à chanter avec d'autres grands musiciens de l'époque, notamment Chris Gage, Phil Nimmons, Lance Harrison, Doug Parker, Fraser MacPherson, Don Thompson et Dave Robbins.»

advertisement

Le Magazine de Postes Canadaa rapporté que «Collins a marqué l'histoire de la musique et de la télévision canadiennes dans les années 1950. Son élégance, son charme et ses performances émouvantes sur les ondes et dans les clubs lui ont valu le titre informel de première dame du jazz au Canada.»

«Collins est devenue une artiste de classe mondiale dès les débuts de la télévision, lorsque la CBC recherchait de nouveaux talents pour la télévision en direct. Après avoir été découverte lors d'une production scénique, elle a fait ses débuts à la télévision dans une série de variétés de la CBC de Vancouver intitulée Bamboula: Une journée aux Antilles , diffusée en 1954.»

«CBC l'a ensuite présentée dans The Eleanor Show en 1955, faisant d'elle la première artiste de jazz canadienne à animer une série télévisée nationale. Collins a animé une autre émission, Eleanor, en 1964. Elle a continué à apparaître dans de nombreuses émissions de télévision et de radio au cours des années 1950, années 1960 et 1970, donnant son dernier concert à Vancouver alors qu'elle avait environ 90 ans.»

advertisement

En janvier 2022, Collins a reçu un timbre commémoratif de Postes Canada, en hommage à sa longue vie d'artiste, de musicienne et de mentor. FYI a rendu compte de l'événement ici.

Pour ses services rendus à la musique et en tant que modèle en matière de relations raciales, Collins a été nommée membre de l'Ordre du Canada en 2014. Elle a également été intronisée au BC Entertainment Hall of Fame et a reçu de nombreux prix pour l'ensemble de sa carrière. Lisez son article dans l'Encyclopédie canadienne ici.

Jean-Pierre Isaac, parolier, compositeur, programmeur, DJ, propriétaire de studio d'enregistrement et producteur de musique bilingue basé à Montréal, est décédé le 28 février à 68 ans des suites de la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Né en Belgique, Isaac a émigré au Québec en 1961. Son travail a été présenté sur sept albums de platine, double platine et triple platine et neuf disques d'or, et il a remporté six prix Félix, trois prix SOCAN et deux prix Visionnaire 3M.

Multi-instrumentiste, il a également travaillé comme chanteur principal ou suppléant lors de sessions en studio.

advertisement

La longue liste d'artistes pour lesquels il a écrit et/ou produit de la musique comprend Céline Dion, Mitsou, Gilbert Montagné, Les BB, Eve, Elle, Cindy Daniel, Marie Carmen, Mario Pelchat, Kathleen, Rational Youth, France d'Amour et Judith Berard. Scripture, son projet solo, a été présenté sur Cafe del Mar et a sorti un album No Word Needed. Il a également été compositeur et producteur de nombreux thèmes télévisés et de spots publicitaires pour la radio et la télévision.

Isaac a écrit et produit le premier single de Mitsou, «Bye Bye Mon Cowboy», qui est devenu un succès pop partout au Canada en 1989.

advertisement

Sur Facebook, Mitsou (Gélinas) a posté cet hommage: «Bye bye Jean-Pierre (Ici derrière moi, avec son grand sourire). Le corps de maître et la peau de feu, c’était toi. Ce corps, il t’a joué un mauvais tour avec la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) qui t’a fait mener un dur combat jusqu’à ce matin.Jean-Pierre Isaac, auteur, compositeur, musicien et réalisateur de mon premier album *El Mundo*, est décédé.»

«Je l’imagine encore sur sa bicyclette, un bac de lait en guise de porte-vinyle fixé à son vélo, où il déposait savamment des remix importés de partout sur la planète. Il était fier de ses recherches musicales, qui allaient faire lever le plancher de danse du Belmont. Jean-Pierre montait la côte de la rue St-André coin Ontario jusqu’à Sherbrooke en quelques secondes. Les longs cheveux au vent, il allait faire son shift de DJ jusqu’à tard, pour mieux reprendre la composition de musique le lendemain matin.»

«Nous étions tous à sa porte, attendant qu’il crée pour nous une chanson depuis son studio du demi-sous-sol de son 4 1/2.Ce multi-instrumentiste de grand talent était très discret, laissant toute la place aux flamboyants. Dans les dernières heures, Jean-Pierre n’a pas enfourché sa bicyclette pour vous faire danser. Il l’a fait tout au long de votre vie, sans que vous ne le sachiez. La musique de Jean-Pierre Isaac, c’était vous, c’était nous. Il ne me reste qu’à lui dire merci.»

Découvrez sa discographie ici.

Joe (Joseph Clare Anthony) Recchia, un éminent promoteur de musique de la région de Waterloo-Kitchener, est décédé le 15 janvier à l'âge de 79 ans.

Une nécrologie officielle indiquait que Recchia «avait terminé son B.Sc.» en génie chimique (1968) et sa M.Sc. en sciences de la gestion et en génie des systèmes (1971) à l'Université de Waterloo.»

advertisement

«Par la suite, il a travaillé dans l'industrie du pneumatique pendant de nombreuses années, alliant un sens aigu des affaires à une chaleur et une attention sincère envers ses collègues et ses clients. Parallèlement à sa réussite professionnelle, il a enrichi la communauté de Waterloo de diverses manières: par son travail de promotion de concerts de rock; à son esprit d'entreprise local, comme l'exploitation de salles de jeux vidéo; à son service bénévole auprès d'organismes communautaires tels que HopeSpring. Il organisait de grandes fêtes et racontait de belles histoires, et soutenait indéfectiblement et farouchement ceux qu’il aimait.»

Un article paru en 2023 dans un article de l'Université de Waterloo rappelait les premiers succès de Recchia en tant que promoteur, notant que «cela a commencé avec une première danse. D'autres réservations ont suivi alors que les étudiants de Waterloo se sont présentés en masse. Et lorsque la nouvelle s'est répandue dans la région et au-delà auprès des étudiants avides de culture des autres campus, Recchia a compris qu'il devait attirer davantage de talents. Il a contacté des agences new-yorkaises qui avaient beaucoup de gros titres à leur actif, et les choses ont fait boule de neige à partir de là.»

advertisement

«Ils connaissaient Toronto, Vancouver et Montréal», a déclaré Recchia. «Ils disaient: "Putain de merde, il y a un autre marché au Canada?"»

«J’ai développé une relation et ils ont cru en moi. Si votre parole est bonne, les gens vous feront confiance. Ils ont commencé à m'offrir tout ce qu'il y avait sous le soleil. Nous recevions des appels lorsqu’ils avaient besoin d’un lieu en urgence – et nous gagnions suffisamment d’argent pour pouvoir payer tout ce que nous voulions.»

La liste impressionnante des géants de la musique que Recchia a participé aux spectacles du campus de Waterloo à la fin des années 1960 et au début des années 1970 comprenait Chicago Transit Authority, The Bee Gees, Stevie Wonder, Joni Mitchell, Elton John, Ike et Tina Turner, Cat Stevens, Joe Cocker, Frank Zappa, Steppenwolf, BB King, Chuck Berry et Supertramp.

Certaines des nombreuses histoires colorées impliquant le travail de Recchia en tant que promoteur de concerts ont été reprises dans un article de 2020 de Joel Rubinoff dans The Kitchener-Waterloo Record . Ils incluent la fois où il a organisé une fête dans la cour à laquelle participait Supertramp et son rôle en offrant des conseils à un jeune et vert Elton John lors de sa première tournée nord-américaine.

D'autres histoires sont racontées dans le film documentaire Rock This Town , dans lequel Recchia joue un rôle clé. Le journal de l'Université de Waterloo a écrit que «le film, produit par Betty Anne Keller, une ancienne élève de Waterloo, met en lumière des musiciens emblématiques qui se sont produits sur le campus et dans la région à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Le fil narratif du film est tissé autour des expériences de l'étudiant en ingénierie Joe Recchia et d'autres personnes qui ont contribué à faire connaître Waterloo.»

Lorsque le film a été présenté en première à Waterloo en 2022, il est devenu un succès et a duré quatre mois.

International

WC (Wesley Curley) Clark, une légende de la guitare blues basée à Austin, est décédé le 2 mars à l'âge de 84 ans.

Le 2 mars, sa manager, Vicky Moerbe, a publié cette déclaration: «C'est avec une grande tristesse que le "Parrain d'Austin Blues" WC Clark a quitté ce monde ce matin. Les modalités des funérailles seront annoncées à une date ultérieure. La famille et moi tenons à remercier tous ceux qui ont soutenu WC tout au long de sa carrière musicale. C’est une énorme perte pour la communauté musicale d’Austin.

Saving Country Musicrapporte que «Né et élevé à Austin et considéré comme le "parrain du blues d'Austin", Clark a grandi en chantant du gospel dans des chorales d'église et en apprenant la guitare à l'âge de 14 ans. Il a trouvé son premier grand concert en jouant dans le groupe de Joe. Tex, qui était célèbre pour fusionner le R&B avec la soul et la country.»

Clark a formé son propre groupe appelé Southern Feeling au milieu et à la fin des années 1970 à Austin. Parmi ceux qui admiraient son travail figuraient Stevie Ray Vaughan et Lou Ann Barton. En 1977, tous trois formèrent la Triple Threat Revue et eurent un impact majeur sur la scène blues locale au cours de sa courte existence.

Clark a joué avec BB King, James Brown, ainsi qu'Albert King et Freddie King, à cette époque, et ses fans comprenaient les frères Will et Charlie Sexton. Dans une émission télévisée d'Austin City Limits en 1990, Stevie Ray et Jimmy Vaughan, Lou Ann Barton, Will Sexton et d'autres ont tous rendu hommage à Clark.

Il a sorti son premier album solo, Something for Everybody, en 1986 sur son propre label, suivi de Heart of Gold en 1994, et Texas Soul en 1996 sur le label BlackTop, et de Lover Plea en 1998, et de la chanson «Are You Here, Are Toi là?» dédiée à sa défunte fiancée.

Clark a continué à se produire et à tourner au cours des dernières décennies, son dernier concert ayant eu lieu dans un honkytonk d'Austin le 20 février. À noter: WC Clark est le cousin de la grande vedette du blues Gary Clark Jr.

Yvonne Matsell, bookeuse vétérane du club de Toronto, a déclaré à Billboard Canada: «Je l'ai réservé à Ultrasound dans les années 1990. C'était un homme adorable et un si grand joueur! Je me souviens que ses yeux étaient de couleur très claire (verdâtres?) et j'ai demandé parce que c'était tellement inhabituel et il m'a dit qu'il venait d'une partie du Texas où cela faisait partie de la génétique. C'est triste à entendre.»

Roni (Veronica Loretta) Stoneman, musicienne de Hee Haw Star et de la famille Stoneman, est décédée le 22 février à 85 ans.

«C'était une femme très talentueuse et forte», a déclaré Kyle Young, PDG du Country Music Hall of Fame et du Musée, dans un communiqué.

Roni Stoneman faisait partie du groupe familial The Stoneman Family, qu'il rejoignit au banjo au début des années 1960.

Selon le Country Music Hall of Fame, le groupe a enregistré deux projets pour Starday Records en 1962 et 1963, puis pour MGM et World-Pacific. Elle a également joué au sein du groupe dans leur émission télévisée des années 1960, These Stonemans .

Dans les années 1960, la famille Stoneman a remporté des succès dans les classements Billboard Hot Country Singles, notamment «Tupelo County Jail» et «The Five Little Johnson Girls».

Une nécrologiedu Billboard rapporte qu'«En 1967, la première année où les prix de la Country Music Association (CMA) ont eu lieu, la famille Stoneman a été nommée groupe vocal de l'année. Roni a quitté le groupe en 1971 et a rapidement rejoint la distribution de Hee Haw , travaillant sur le programme de variétés country pendant deux décennies en tant que comédien et joueur de banjo, et connu pour avoir interprété Ida-Lee Nagger, la "Dame de la planche à repasser". Là, elle a travaillé aux côtés d'artistes et de comédiens dont Minnie Pearl, Buck Owens et Roy Clark. Pendant 18 ans sur Hee Haw, elle a volé des scènes à la fois en tant que joueuse de banjo habile et en tant que personnage country comique aux dents béantes.»

En 2007, Stoneman a raconté l'histoire de sa vie dans le livre Pressing On.

Brian Turrington, bassiste anglais des Winkies, Brian Eno, The Tyla Gang et bien d'autres, est décédé le 26 février à l'âge de 73 ans.

Les faits marquants de sa carrière incluent l'arrangement et le jeu de la basse sur le premier album solo d'Eno en 1974 , Here Come The Warm Jets et ses successeurs Taking Tiger Mountain (By Strategy ), Another Green World et Before And After Science . Turrington a co-écrit un classique d'Eno, «Third Uncle», présenté dans Taking Tiger Mountain .

Il a également joué sur l'album Fear de John Cale en 1974 et, en 1975, sur l'album éponyme des Winkies, sur l'album solo de Phil Manzanera, Diamond Head etLucky Leif And The Longships de Robert Calvert, puis jouant sur deux albums de Tyla Gang, Yachtless et Moonproof .

Les Winkies étaient dirigés par l'auteur-compositeur-interprète canadien Phil Rambow et étaient pressentis pour la gloire lorsqu'ils ont agi en tant que groupe d'accompagnement d'Eno pour sa première tournée solo, mais la maladie d'Eno et l'annulation de la tournée ont nui à leurs perspectives. Plus tard dans les années 1970, Turrington a joué au sein du groupe de Rambow.

Rambow a rendu cet hommage à Billboard Canada: «Brian était aussi solide et simple que n'importe quel bassiste que j'ai connu. Il jouait également du banjo et de la mandoline sur l'album Winkies. J'ai toujours aimé jouer avec lui et le regarder jouer. C'était un gars formidable.»

advertisement
deadmau5
Matt Barnes

deadmau5

Français

Nouveautés et albums canadiens à venir : deadmau5 revient avec un nouvel EP, Menno Versteeg de Hollerado se lance en solo

Boy Golden et Begonia ont également de nouvelles sorties cette semaine, tandis que Geddy Lee et Alex Lifeson de Rush rééditent leurs albums en solo.

Une semaine au milieu de l'été apporte son lot de nouveautés notables de la part d'artistes canadiens, dont Oleyada etRuss Brannon. Tout juste après avoir fait la couverture exclusive du nouveau Rolling Stone Québec, deadmau5 est également de retour avec un nouvel album, some ep, qui combine sa première musique en deux ans avec son alter ego Testpilot.

For Eden, quant à lui, est le deuxième album du compositeur indie folk/roots Boy Golden (Liam Duncan). Son premier album, Church of Better Days, a atteint la première place des radios alternatives canadiennes et il est rapidement devenu un favori sur le circuit des tournées. Déjà lauréate d'un prix Juno, la Winnipegoise Begonia fait tourner les têtes avec sa voix puissante et naturelle, et son nouvel album Open Swim fera passer le message.

continuer à éleverShow less
advertisement