advertisement
Français

"Mon père m'a appris": Willo Downie se souvient de son père, Gord Downie

Six ans après sa mort, Willo Downie, la fille de Gord Downie, revient sur les leçons qu'elle a apprises de lui sur la façon de vivre une vie artistique.

​Gord Downie with a young Willo Downie
Gord Downie with a young Willo Downie
Clemens Rikken

Ce jour- là en 2017, Gord Downie est décédé à l'âge de 53 ans. Le leader du groupe de rock canadien emblématique The Tragically Hip a laissé une marque indéniable sur le paysage culturel du pays et sur son palmarès. Au cours des années qui ont suivi, son héritage a été disséqué et cimenté, avec des hommages allant de Drake à Justin Trudeau. Il était un champion de la réconciliation autochtone, un poète rock and roll et l'un des meilleurs artistes d'aréna du continent. Il était beaucoup de choses à la fois.

Pour Willo Downie, la fille de Gord Downie, il a été difficile de comprendre la perception par le public de son père – qui il était pour le pays et qui il était pour elle. Six ans après sa perte, avec son regard à elle, elle se sent prête à réfléchir aux leçons qu'il lui a enseignées et à la façon dont cela correspond à l'homme que le monde a connu à travers sa musique et ses écrits. Maintenant qu'elle est établie en tant qu'artiste visuelle, Willo Downie est reconnaissante du cadeau qu'il lui a fait : une vie d'art et de l'art comme mode de vie.


advertisement

Voici le texte de Willo Downie pour Billboard Canada. — Richard Trapunski, rédacteur en chef de Billboard Canada.

Willo DownieWillo DownieSean Webster

Vivre, c’est créer, et quel cadeau.

Le plus grand cadeau que nous puissions offrir en remerciement pour notre vie est la création.

Je le sais et je le ressens profondément. Mon père me l'a appris.

Six ans après sa mort, je suis toujours confrontée à la perception du public de qui était mon père. Il peut souvent sembler surréaliste et submergeant de s'y faire. Pour moi, pendant si longtemps, il était « juste » mon père. Roi de mon cœur, en tant que jeune fille.

advertisement

Mais Gord Downie s’est investi avec sérieux dans chacun des rôles qu’il a occupés – et ils étaient nombreux, au-delà de celui d’être un père vraiment extraordinaire.

Je le comprends plus profondément à mesure que les années passent et que je vieillis moi-même. Ma compréhension de son héritage est une tapisserie qui continuera d'être tissée pour toujours.

D’aussi loin que je me souvienne, mon père a gardé sa vie publique loin de sa vie privée. Sa famille, bien sûr, relève du « privé ». Je m'efforcerai de respecter cette limite même maintenant, tout en plongeant dans ce que je considère comme une célébration de la belle vie qu'il a menée, ici, dans ce texte.

Papa avait cultivé sa créativité intérieurement et extérieurement jusqu'à ce qu'elle devienne le fondement même de son être à l'âge de trente ans. Et puis il est devenu père. C'est l'une de mes plus grandes fiertés : être issue et avoir été élevée par un homme qui incarnait pleinement ce que signifiait de créer sa propre vie comme s'il s'agissait d'une œuvre d'art.

Votre état d'esprit. Votre monde intérieur. Votre environnement. Vos relations. Votre travail. Pour lui, tout cela était de l'art : être façonné et façonner avec diligence et intention.

advertisement

L’idée selon laquelle nous sommes, en tant qu’humains, des êtres intrinsèquement créatifs imprègne la plupart des décisions prises et les passions que nous, les enfants, poursuivions… Musique, peinture et sculpture, nourriture, danse, sports. Aux yeux de nos parents, tout possédait une beauté inhérente. L’art était un vaisseau qui pouvait contenir l’histoire, une occasion pour l’activisme, un moyen de traiter la douleur et un moyen de célébrer la joie.

Je n'oublierai jamais la journée « Invitez votre enfant au travail » de mon école, en 9e année. Papa m'a emmenée au Musée des beaux-arts de l'Ontario. Nous y avons passé toute la journée, absorbant ensemble chacune des collections et des expositions. Il m’a beaucoup appris sur le Groupe des sept ce jour-là. Emily Carr aussi.

advertisement

J'essaie parfois de retrouver le raisonnement derrière son choix… pourquoi aurait-il choisi le Musée des beaux-arts de l'Ontario, entre autres. Avec le recul, je pense qu’il essayait de transmettre le message selon lequel sa « carrière » était bien plus pour lui qu’une simple discipline, une seule forme d’art. C'était un mode de vie: le choix de parcourir le monde à la recherche de la beauté et de la vérité. Il me donnait également l’exemple.

Quelques années plus tard, je me souviens d’une conversation en particulier avec mon père. Je choisissais quoi faire après le secondaire.

"Willo, qu'est-ce qui te rend heureuse?"

"Beaucoup de choses, papa..."

"De quoi ne peux-tu pas vivre sans?"

«J'ai besoin de peindre»

"Alors, fais-le"

Puis le doute s’est installé et il a répondu : « Willo, choisis et tu traceras un chemin. »

Cette dernière phrase m’a toujours marquée. Ce type n’a jamais mâché ses mots. Son choix de dire « vous tracerez un chemin » aurait très bien pu être « vous trouverez un chemin » ou « le chemin se montrera à vous ». Mais il avait choisi d'essayer de me donner du pouvoir, de créer la vie et la carrière que je voulais si désespérément – dont j'avais besoin – pour me sentir entière.

C'était un homme qui choisissait continuellement d'essayer, d'essayer et d'essayer encore. Son dévouement et sa discipline dans le travail l'ont amené à un endroit à partir duquel il a pu créer avec un tel rendement et une honnêteté brute et non diluée. C’était impressionnant. Vraiment. Le gars n’avait pas d’interrupteur. Il n'aurait pas osé amoindrir sa force vitale – sa volonté de créer ou de défendre les autres – pour quoi que ce soit.

advertisement

Et donc, son héritage : il a vécu pour créer et il a créé dans la quête d’une vie aimante et généreuse.

Quel exemple à donner.

Voici un tableau de Willo Downie avec l'écriture de Gord Downie superposée :


advertisement
ScHoolboy Q
Bethany Vargas

ScHoolboy Q

Français

ScHoolboy Q annule son concert à Toronto et blâme la querelle entre Drake et Kendrick Lamar

Dans une série de messages postés sur X, Q a laissé entendre que le spectacle avait été annulé en raison de la querelle de Drake avec Lamar, écrivant : « LA POLICE CANADIENNE NE VEUT PAS QUE QUICONQUE DE TDE JOUE...»

Un spectacle annulé est apparemment lié à la plus grande histoire de l'année dans le domaine de la musique rap : le «beef» entre Drake et Kendrick Lamar.

ScHoolboy Q était censé présenter un spectacle à guichets fermés à la salle History de Toronto aujourd'hui (18 juillet). Mais Q s'est adressé à X hier soir pour annoncer que le spectacle avait été annulé, soi-disant en raison de la querelle : «LA POLICE CANADIENNE NE VEUT PAS QUE QUICONQUE DE TDE [le label de Lamar] JOUE...», a-t-il écrit en anglais.

continuer à éleverShow less
advertisement