advertisement
Français

Nécrologies: la photographe Dee Lippingwell et l'ingénieur de Talking Heads Eric Thorngren

Cette semaine, nous soulignons également la disparition du représentant du label BC Bruce Bissell, du batteur de MC5 Dennis Machine Gun Thompson et du chanteur et guitariste néo-zélandais Willie Hona.

Dee Lippingwell

Dee Lippingwell

Facebook

Dee Lippingwell, une photographe rock basée en Colombie-Britannique et reconnue comme l'une des plus prolifiques au Canada, est décédée le 9 mai, à l'âge de 78 ans, des suites d'un cancer.

Au cours d'une carrière de 50 ans qui a débuté avec un travail pour The Georgia Straight, puis pour le magazine musical mensuel national Music Express, Lippingwell a photographié un Who's Who des principales vedettes du rock international, ainsi que des centaines d'artistes canadiens.


Née à Vancouver, Lippingwell a passé une grande partie de son enfance à Trail, en Colombie-Britannique, avant de retourner à Vancouver. Ces dernières années, elle a vécu à Surrey, en Colombie-Britannique.

advertisement

Une nécrologie dans le Surrey Now Leader note que «dès le début, Bob Geldof était un admirateur de son travail, mais n'a pas eu la chance de l'embaucher au Georgia Straight de Vancouver avant que l'éditeur et rédacteur de l'époque ne retourne en Angleterre pour poursuivre une carrière sur scène de concert et, finalement, planifier le concert de Live Aid. "Quand il est revenu avec les Boomtown Rats pour jouer le Commodore", se souvient Lippingwell, "il m'a vu dans la foule et (il a dit): "Ah, vous avez obtenu le poste!"»

Son travail dans ce journal underground a attiré l'attention de Keith Sharp, rédacteur en chef du tout nouveau journal musical de Calgary, Music Express. Dans une entrevue avec SocialNRG, Lippingwell a rappelé que «Keith m'a approché, je crois, en 1977. Il est venu à Vancouver et a vu mon portfolio. Au début, j'hésitais à m'affilier à un journal de Calgary, mais sa partenaire, Conny Kunz, a parlé de moi dedans.»

À mesure que la notoriété et la diffusion de Music Express augmentaient considérablement au Canada et aux États-Unis dans les années 1980, la visibilité des photographies de concert de Lippingwell augmentait également.

Surrey Now Leadera rapporté que «ces dernières années, Lippingwell a travaillé pour cataloguer les images des quelque 3 500 concerts qu'elle avait photographiés depuis son tout premier, un concert de Pink Floyd à Vancouver en 1973.»

advertisement

«Les Rolling Stones, Queen, Aerosmith, David Bowie, Black Sabbath, Alice Cooper, Eric Clapton, KISS, Van Halen – Lippingwell les a photographiés au cours des cinq dernières décennies, pour des publications dans le monde entier. "Quand j'ai commencé, c'était vraiment pour moi d'entrer parce que tout le monde pensait que j'étais une groupie", a-t-elle déclaré en 2012. "Je n'arrêtais pas de dire Non, je suis maman et je veux faire ça de ma carrière."»

Elle a été intronisée au Temple de la renommée de la musique country de la Colombie-Britannique en avril 2011, un honneur basé en partie sur son travail approfondi avec le Merritt Mountain Music Festival, l'événement de musique country populaire de l'intérieur de la Colombie-Britannique. De 1992 à 2009, Lippingwell et son mari Paul ont été les principaux photographes du festival et, pendant la période d'arrêt de Covid, elle a rassemblé certaines photos de l'événement pour un livre sur l'événement.

Publié en 2021, Memories from the Mountain: Star Performance Edition présentait des photos de vedettes country telles que Johnny Cash, Jerry Lee Lewis, The Judds, Brooks & Dunn, Loretta Lynn, Vince Gill, Alan Jackson, Martina McBride, Reba McEntire, Dwight Yoakam, Tim McGraw, Randy Travis, Kenny Chesney, Keith Urban, Carrie Underwood, Johnny Reid, Pam Tillis, Clint Black, Anne Murray, Ian Tyson, Dr Hook, Merle Haggard, George Canyon, Dierks Bentley et bien d'autres. Queétait le troisième livre de Lippingwell, après The Best Seat in the House de 1987 et First Three Songs… No Flash de 2012 (le titre faisant allusion aux instructions souvent données aux photographes de concert avant le début d'un spectacle).

advertisement

En 2004, un reportage de Georgia Straight notait que «Avec 30 ans d'expérience à son actif, Dee Lippingwell est l'une des photographes rock les plus connues de Vancouver. Cette photographe autodidacte expose actuellement certains de ses travaux au Media Club de Vancouver, y compris des photos de concerts d'Iggy Pop, Lou Reed, Rod Stewart, The Clash, Bob Dylan, Pete Townshend, Mick Jagger et Eric Clapton.»

Dans un article de cette émission, The Georgia Straight a écrit: «Avec tout ce temps passé dans les tranchées, Lippingwell a des histoires de guerre à raconter. "J'ai eu des côtes fêlées et des orteils cassés", a-t-elle déclaré au Straight , par une nuit d'orage à Buffalo au début des années 1980, alors qu'elle essayait de prendre une photo de Mick Jagger lors d'un concert des Rolling Stones. La fosse était fermée à cause de la météo et elle essayait de prendre une photo du public, mais à chaque fois que Jagger venait de son côté de la scène, "les mains des filles se levaient". L'aide est venue sous la forme d'un Hells Angel qui l'a hissée sur ses épaules. "J'ai eu la dernière photo de Mick Jagger, ta-da", a déclaré Lippingwell lorsqu'elle est revenue à son siège, elle a découvert qu'elle quelques côtes fêlées.»

Une rencontre en personne avec Jagger quelques années plus tard a révélé que Lippingwell était la plus frappée par les étoiles de sa carrière. Dans une entrevue accordée en 2021 à la publication musicale de l'Université McGill Counterpoint, elle a rappelé que «Quand j'ai rencontré Mick Jagger, j'ai découvert que j'avais des boules de coton dans la bouche. Je ne pouvais pas parler et mon cerveau s'est figé, et il s'est moqué de moi et s'est éloigné. C'était dans la salle verte du concert à Seattle, quand je travaillais pour le magazine Rock Express à Toronto.»

advertisement

Un portrait de 2011 dansThe Trail Times observait que «De nos jours, elle est hors de la pièce sombre et se connecte davantage à son ordinateur, retouchant ses photos à la perfection. Et même si la musique ne paie toujours pas ses factures, elle parvient à équilibrer la photographie grand public – capturer des mariages, des portraits de famille et des photos de catalogue – avec sa passion pour créer des souvenirs musicaux.»

Lippingwell était une figure très populaire de l’industrie musicale canadienne, et de nombreux notables du monde des affaires lui ont rendu hommage ces derniers jours.

Jim Vallance, partenaire d'écriture de Hitmaker et Bryan Adams, a offert ceci à Billboard Canada: «Si vous aviez la chance de vivre cent ans, vous ne rencontreriez pas une personne plus belle, plus classe, plus talentueuse et plus humble que Dee Lippingwell.»

La sommité canadienne du monde de la musique, Denise Donlon (MuchMusic, Sony Music Canada) était une amie proche de longue date de Lippingwell et elle a rendu cet hommage à Billboard Canada: « Dee Lippingwell n'était pas seulement un photographe extrêmement doué (il a fallu plus que des barrières de scène et un mur de sécurité pour l'empêcher de gagner de l'argent) - mais elle était un être humain aventureux, hilarant et vraiment loyal qui vous accompagnait en enfer et revenait en riant tout le long du chemin, et oh mon Dieu, son rire pouvait éclairer une pièce.»

advertisement

«Quand je suis arrivé à Vancouver, tout nouveau et peu sûr, c'est Dee qui m'a pris sous ses énormes ailes et m'a montré qui était qui et quoi et je serai éternellement reconnaissant. Porter mon écharpe Dee avec fierté et chagrin et m'envoyer de la force. Et j'aime son mari Paul, ses enfants et petits-enfants.»

Tonni Ferguson Maruyama d'Epitaph Canada a posté ceci sur Facebook: «Dee Lippingwell, vous avez capturé l'infini, et ces artistes vivront pour toujours dans vos photographies. Vous aviez le cœur le plus bon. Adieu, pour l'instant.»

L'artiste visuelle et photographe RaeAnne Schacter, basée en Colombie-Britannique, a rendu cet hommage à Billboard Canada: «Nous avons publié les images dynamiques de Dee lorsque j'étais éditeur de photos chez Music Expressà Toronto. En regardant ses images, je pouvais ressentir l'énergie du spectacle lui-même.»

«Puis, lorsque j'ai déménagé à Vancouver, il était immédiatement évident qu'elle était la reine de la photographie musicale et un membre solidaire de la communauté musicale. Elle a proposé mon nom pour travailler sur le tournage de Music West, ce qui m'a aidé à bien m'installer. Sincères condoléances à sa famille et ses amis.»

Dans l'annonce officielle de son décès, la famille de Dee Lipingwell a déclaré: «Nous aimerions remercier tous ses amis pour les messages des derniers mois, nous avons veillé à ce qu'elle reçoive chacun d'eux.»

«Au lieu de fleurs, veuillez faire un don à la mémoire de Dee à la Happy Liver Society ou à Vancouver Orphan Kitten Rescue. Célébration de la vie à une date ultérieure. Les hommages et les histoires sur Dee peuvent être envoyés à noflashpublishing@gmail.com et seront transmis à la famille.»

Voici une entrevue approfondie avec Lippingwell d'il y a quelques années.

Bruce Bissell, musicien, magicien et représentant promotionnel d'une maison de disques basé en Colombie-Britannique, est décédé le 6 mai, à l'âge de 81 ans, des suites d'un cancer.

Un avis de décès paru dans le Vancouver Sun indiquait qu'«Il a eu le plaisir de connaître et de travailler avec de nombreuses personnes différentes du monde entier. Qu'il s'agisse de jouer dans des groupes ou de s'occuper d'artistes comme Sonny & Cher, Johnny Cash, Carl Perkins, Bobby Darin, Joe Cocker, Deep Purple, The Kinks, Trini Lopez, Rob Stewart & the Faces, Ozzy Osbourne et Gino Vannelli, et bien d'autres.»

«Quand il a démarré sa propre entreprise, il adorait présenter ses spectacles de magie, ses forfaits thématiques et ses expositions d'Halloween.»

Bissell a débuté sa carrière à Kelowna avec un groupe de rock appelé The Kels, et a ensuite joué régulièrement dans l'émission Music Hop de la CBC pendant près de trois ans, avant de travailler pour des maisons de disques du côté de la promotion.

Ray Ramsay, un autre représentant du label de Colombie-Britannique (auteur d'un mémoire, Promo Monkey: My Life as a BellHop in the Waldorf Hysteria) a déclaré à Billboard Canada que Bissell «battait les rues avec lui pour A&M et Warner Music dans les années 1970 et qu'il était très dévoué. Ils sont devenus des amis, puis de grands voisins dans la métropole bouillonnante de Ladner.»

Ramsay a récemment rendu visite à Bissell à l'hôpital et il a déclaré à Billboard Canada que «nous avons eu une bonne conversation et fait des plans pour le moment où il sortira et que son livre sortira; il est déjà dans le mien. Il a eu de GRANDES histoires de musique et divertissement, ma préférée étant ses disputes avec Led Zeppelin qui tentait de s'enfuir avec sa plaque de disque d'or, ils ont choisi le mauvais soir pour lui taper dessus!»

«Alors que les représentants promotionnels sont largement inconnus du grand public non lavé (et ils devraient l'être), une tonne de personnes dans le secteur de la musique et du divertissement connaissent Bruce ou souhaiteraient le connaître. Bruce et moi étions des vétérans de longue date du Golden (ou d'autres précieux metal) age of Music. Même si nous étions tous les deux concurrents pour différents labels, nous nous entendions très bien et sommes restés de très bons amis.»

Au lieu de fleurs, un don à la fondation WWF en son honneur pour perpétuer son amour des animaux serait apprécié.

Une célébration de la vie aura lieu en juin ou juillet. Veuillez suivre ou contacter son fils Jason Bissell sur Facebook pour plus de détails.

International

Willie (Wiremu) Hona, chanteur et guitariste du groupe de reggae néo-zélandais Herbs, est décédé le 5 mai, à 70 ans, des suites d'un cancer du pancréas.

Hona a commencé sa carrière dans Face avec Mark Williams, une vedette vocale Kiwi qui fait maintenant face à Dragon. En 1983, il sort She Needs You et atteint la 41e place des classements néo-zélandais.

Hona a rejoint Herbs en 1983 pour leur troisième album Long Ago. Leur plus grand succès était Slice of Heaven du film Footrot Flats avec Dave Dobbyn au chant, et la version polynésienne du reggae du groupe a eu un grand impact en Nouvelle-Zélande.

Il est apparu sur deux albums, Long Ago (1984) et Sensitive to a Smile (1987) ainsi que sur plusieurs singles. Il quitte le groupe fin 1988.

Site de musique néo-zélandais Audioculturenote que «Hona a tourné par ses propres moyens et a sorti l'album de 1991 Keep An Open Heart , enregistré à la maison avec d'anciens puis actuels joueurs de Herbs et en Californie avec des membres des groupes de country rock de la côte ouest The Rowan Brothers et Commander Cody and His Lost Planet Airmen.»

«Depuis 1996, il a élu domicile en Australie, travaillant sans arrêt en tant qu'artiste solo, en duo ou avec des groupes de pickup, d'abord sur la côte des Whitsunday, dans le Queensland, puis dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud.»

Hona a été intronisée au Temple de la renommée de la musique néo-zélandaise avec Herbs en 2012.

Lisez un profil détaillé ici.

Dennis «Machine Gun» Thompson, le batteur énergique du MC5 et dernier membre survivant du groupe pionnier de proto-punk, est décédé le 8 mai à l'âge de 75 ans. Il a eu une crise cardiaque en avril.

Q rapporte qu'«Au moment de sa mort, Thompson avait de grands espoirs de pouvoir assister à l'intronisation du MC5 au Rock & Roll Hall of Fame dans la catégorie Excellence Musicale, après avoir appris la nouvelle par Becky Tyner, veuve du MC5, le chanteur Rob Tyner, alors qu'il était encore en convalescence à l'hôpital Henry Ford Wyandotte Thompson, selon Tyner: "Il était temps!"»

La nécrologie du Billboard indiquait que «Thompson était le dernier membre survivant du groupe, qui devrait être intronisé au Rock and Roll Hall of Fame cet automne. Thompson a été précédé dans la mort par le chanteur Rob Tyner, le guitariste Fred "Sonic" Smith, le bassiste. Michael Davis et le guitariste Wayne Kramer, dont le dernier est décédé en février de cette année.»

Thompson a rejoint MC5 en 1965. Bien que le groupe ait eu peu de succès commercial au départ et que sa formation principale n'ait pas duré au-delà du début des années 1970, son héritage a perduré, à la fois pour son son et pour sa fusion de la musique avec l'action politique. Au cours de leur carrière en tant que groupe, ils ont sorti trois albums studio, Kick Out the Jams en 1969, Back in the USA en 1970 et High Time en 1971.

De 1971 à 1975, Thompson a joué aux côtés de Ron Asheton des Stooges dans le groupe New Order (à ne pas confondre avec le groupe post-Joy Division de ce nom), puis dans New Race, basé en Australie, The Motor City Bad Boys et The Secrets.

Lire le panneau d'affichage complet nécrologie ici et une interview approfondie ici.

Eric (ET) Thorngren, ingénieur du disque, producteur et mixeur de renom, est décédé le 6 mai. Son âge et la cause du décès n'ont pas été signalés.

Talking Heads et Squeeze ne sont que deux des dizaines d'artistes avec lesquels Thorngren a travaillé au cours de sa carrière.

Dans une longue nécrologie, Q a noté que «Né et élevé à New York, Thorngren a commencé sa carrière musicale à l'adolescence, faisant ses premiers pas – quoique modeste – au sein d'un groupe des années 1960 appelé Eric and the Chessmen. Cependant, au début des années 1970, il avait co-fondé le groupe Bulldog avec deux anciens membres des Rascals, Gene Cornish et Dino Danelli.»

Il a ensuite choisi de se lancer dans l'ingénierie, ayant d'abord un impact sur le nouveau label hip-hop Sugar Hill Records. L'un des premiers concerts importants a été l'enregistrement du premier disque scratch sur The Adventures of Grandmaster Flash on the Wheels of Steel.

Il a aidé Chris Difford et Glenn Tilbrook de Squeeze à mixer leur seul album en duo en 1984, puis a sélectionné et mixé les morceaux de la compilation Bob Marley and the Wailers, Legend. Alors qu'il travaillait sur ce projet aux Compass Point Studios, Thorngren a rencontré Chris Frantz et Tina Weymouth, qui lui ont demandé de faire un nouveau mixage de la bande originale de Stop Making Sense des Talking Heads. Cela lui a valu d'être invité à enregistrer le prochain album studio du groupe, Little Creatures.


Q écrit que «la carrière de Thorngren s'est poursuivie de manière constante tout au long des années 1980 et bien au-delà, travaillant avec des artistes tels que - mais sans s'y limiter - Eurythmics, Violent Femmes, Public Image Ltd., Debbie Harry, Cyndi Lauper, Lou Gramm, David Cassidy, Wet Wet Wet, Chasseurs et collectionneurs, Kenny Wayne Shepherd et Robert Palmer.


L'année dernière, Thorngren était de retour en studio avec Jerry Harrison de Talking Heads pour travailler sur les mixages Dolby Atmos du travail du groupe. Vous pouvez lire un article détaillé sur le travail de Thorngren avec Talking Heads ici.

advertisement
Français

Dans les médias: Compter le coût des dirigeants des médias canadiens (Chronique)

Aussi: La présidente et directrice générale de CBC, Catherine Tait, parle des menaces électorales du chef du PC, Pierre Poilievre.

Compter les coûts à CBC, Bell Média et Rogers

Dans une entrevue diffusée samedi à l'émission The House de CBC Radio, la présidente-directrice générale de CBC, Catherine Tait, a déclaré que son objectif principal était de transformer CBC/Radio-Canada en un service plus efficace et plus précieux. Interrogée sur la croisade du chef PC Pierre Poilievre pour éliminer le soutien financier à Crown Corp., Tait a défendu son rôle dans la préservation de la chaîne de télévision et a calmement déclaré que la fin n'était pas son objectif.

«Bien sûr, nous nous inquiétons de cette possibilité, mais je ne pense pas que… passer beaucoup de temps à essayer de deviner à quoi cela ressemblera sera efficace au cours des prochains mois. Notre travail consiste à convaincre les Canadiens de notre valeur», a-t-elle déclaré à l'animatrice Catherine Cullen.

continuer à éleverShow less
advertisement