advertisement
Français

Dans les médias: Les fermetures de Bell Radio pourraient marquer une grande victoire pour les radiodiffuseurs privés

Un aperçu de la crise et des entreprises qui espèrent récupérer quelques parts du gâteau.

Dans les médias: Les fermetures de Bell Radio pourraient marquer une grande victoire pour les radiodiffuseurs privés
Photo de Jacob Hodgson sur Unsplash

L'annonce de Bell Média selon laquelle elle vendrait 45 stations de radio et réduirait ses effectifs de 4 800 personnes, au sein de l'entreprise et de sa société mère BCE, a suscité des paroles glaciales de la part de Justin Trudeau, qui l'a désormais décrit comme une «décision inutile».

Alors que les libéraux sont désormais à la traîne du Parti conservateur dans les sondages, le dépensier notoire pensait peut-être que ce commentaire lui servirait, ainsi que son parti, auprès des électeurs, mais son manque d'impartialité souligne également l'état fracturé de l'industrie de la radiodiffusion avec le gouvernement fédéral et notamment le CRTC.


advertisement

Ouvrant la communication entre Ottawa et l'entreprise de télécommunications, un comité du patrimoine de la Chambre des communes a contacté le PDG de BCE Inc., Mirko Bibic, et plusieurs autres dirigeants pour discuter des réductions et des impacts que cela aura sur les salles de rédaction. Cela donnera à Bell l'occasion d'expliquer la crise des médias, en particulier des médias d'information, qui se retrouvent avec des revenus publicitaires touchés par des intrus exploitant des plateformes en ligne mondiales et par la forte baisse des revenus des clients prêts à payer pour du contenu, des informations ou autre.

Questions imminentes formulées par un observateur partiel avec un bâton dans le jeu et qui n'a pas souhaité être nommé:

«Est-ce que ce n'est que le début des désinvestissements pour Bell et peut-être pour d'autres grandes VI (sociétés à intégration verticale) où la radio ne représente désormais qu'un petit sous-ensemble de leurs portefeuilles?»

«Deuxièmement, le modèle économique des revenus générés par la publicité est-il brisé? Si le reconditionnement de la télévision linéaire est désormais la diffusion à la demande de chaînes financées par la publicité (par exemple les applications Global/CTV TV/Crave, etc.), la nouvelle direction pour les radiodiffuseurs, quelle direction doit prendre la radio?»

advertisement

«Combien les diffuseurs indépendants vont-ils payer pour ces acquisitions?»

«Nous devrons attendre les demandes du CRTC pour divulguer les valeurs de la transaction. Toutes ces stations ne sont pas sans profit. Cela semble être une question de synergies. Toutes les stations vendues sont dans des marchés où il n'y a pas de télévision appartenant à des fournisseurs. Les exceptions sont les AM de Toronto et de Montréal, qui survivent aux côtés de leurs FM.»

«Le CRTC aurait-il dû approuver l'acquisition par Bell de ces propriétés, dont plusieurs appartenaient autrefois à Astral Media?»

«Le CRTC et Bell ont conclu des accords de transfert de licence avec l'engagement légal d'exploiter ces stations au profit du marché pour lequel elles sont autorisées. Bell considère désormais ces petits marchés comme un mauvais investissement à mesure que la publicité radiophonique diminue. Il est juste de dire que le Les VI voient leur rentabilité menacée par ces marchés et ont, dans la plupart des cas, réduit la programmation locale réelle au minimum réglementaire de 42 heures, soit 33 % de la semaine de radiodiffusion. Les deux tiers restants de la programmation sont «en réseau» sur ces chaînes de marque générique et stations à partir d’emplacements centralisés sans connexion à la licence locale.»

advertisement

«La couverture médiatique locale est également affectée, ce qui diminue la sensibilisation et la valeur de la communauté. Le produit devient moins attrayant, les revenus diminuent et, du point de vue de l'entreprise, ces propriétés ont moins de valeur qu'au moment de leur acquisition.»

«Si et quand les transactions seront rendues publiques, les valeurs des transactions resteront une question de spéculation.»

Vous trouverez ci-dessous une liste des stations à vendre et des entreprises qui sont prêtes à les acheter, sous réserve de l'approbation réglementaire.

Arsenal Média est le plus grand diffuseur régional au Québec avec 18 stations de radio et sept émetteurs. Elle espère acquérir CHRD, Drummondville,

advertisement

CJDM, Drummondville, CFEI, St-Hyacinthe, CFZZ, St-Jean-Sur-Richelieu, CIKI, Rimouski, CJOI, Rimouski et CFVM, Amqui.

Maritime Broadcasting: Le portefeuille de l'entreprise comprend 24 stations de radio à travers le Canada atlantique. Elle espère acquérir CIKX, Grand-Sault, NB

CJCJ, Woodstock, Nouveau-Brunswick (Diffusion maritime)

CKBC, Bathurst, NB, CKTO, Truro, NS, et CKTY, Truro, NS

Vista Radio: L'entreprise exploite 49 stations de radio diffusant sur 63 émetteurs situés dans trois provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest. Elle espère acquérir 21 stations de radio, réparties comme suit: CHOR, Summerland, BC, CJAT, Trail, BC, CKKC, Nelson, BC, CKGR, Golden, BC, CKXR, Salmon Arm, BC, CKCR, Revelstoke, BC, CJMG, Penticton, BC, CKOR, Penticton, BC, CJOR, Osoyoos, BC, CICF, Vernon, BC, CHSU, Kelowna, BC, CILK, Kelowna, BC, CKFR, Kelowna, BC, CKNL, Fort St. John, BC, CHRX , Fort St. John, BC, CJDC, Dawson Creek, BC, CKRX, Fort Nelson, BC, CFTK, Terrace, BC, CJFW, Terrace, BC, CHTK, Prince Rupert, BC, et CKTK, Kitimat, BC

Whiteoaks Comm's Group: Le radiodiffuseur confessionnel exploite actuellement JOY Radio (CJYE-AM) et CJMR 1320 desservant la région du Grand Toronto. Elle espère acquérir CKLH, Hamilton, Ontario, et trois stations St. Catharines, ON: CHRE, CHTZ et CKTB.

Durham Radio Inc. possède actuellement six stations de radio commerciales dans le sud de l'Ontario. Elle espère acquérir CKLY, Lindsay, Ont., CKPT, Peterborough, Ont., et CKQM, Peterborough, Ont.

My Broadcasting Corp., dont le siège social est situé à Renfrew, en Ontario, exploite 14 stations de radio dans les marchés petits et moyens de la province. Elle espère acquérir CFJR, Brockville, Ont., CJPT, Brockville, Ont., CFLY, Kingston, Ont., et CKLC, Kingston, Ont.

ZoomerMedia: Entreprise de médias diversifiés avec 2 stations AM et 2 stations FM basée à Toronto, elle a été fondée par Moses Znaimer en 2008 et cible les «Zoomers» âgés de 45 ans et plus. Elle espère acquérir CJOS, à Owen Sound, en Ontario, pour compléter sa station de répéteur à Collingwood.

advertisement

advertisement
Maluma, one of the headliners of Evenko's upcoming Fuego Fuego concert in Montreal.
Photo de courtoisie

Maluma, l'une des têtes d'affiche du prochain concert Fuego Fuego d'Evenko à Montréal.

Français

Alors que la musique latine se développe au Canada, Live Nation veut la diffuser à travers le pays

Ricky Taco, directeur de la musique latine au Canada chez Live Nation, discute de la croissance récente du genre et de la direction qu'il pourrait prendre par la suite.

Cette semaine, Live Nation a annoncé que la tournée Las Mujeres Ya No Lloran de Shakira arriverait au Canada en décembre. Ce ne sera que la troisième fois au cours de l'illustre carrière de 33 ans de la vedette colombienne que deux dates de tournée sont programmées au Canada, et sa première fois depuis 2018.

Au cours des six années qui se sont écoulées depuis qu'elle a joué pour la dernière fois devant un public canadien, la scène musicale latine du pays est devenue plus grande qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Il s'agit d'un marché élargi sur lequel Live Nation s'est concentré ces dernières années.

continuer à éleverShow less
advertisement