advertisement
Français

Bulletin Billboard Canada FYI: des projections en hausse pour l'industrie, mais des marques de stress apparaissent (Chronique)

Lors de mon dernier pogo à la Semaine de la musique canadienne, et le dernier pour son fondateur sortant Neill Dixon, j'ai vu de multiples signes de transition qui pourraient définir l'avenir du festival et de l'industrie.

Bulletin Billboard Canada FYI: des projections en hausse pour l'industrie, mais des marques de stress apparaissent (Chronique)
Photo de Jordan Conner sur Unsplash

L'un des conférenciers les plus mémorables des débuts de la Semaine de la musique canadienne (CMW) a eu lieu en 2008, lorsque Nicholas Negroponte, fondateur du Media Lab du Massachusetts Institute of Technology, a prononcé un discours que certains ont trouvé risible, d'autres carrément effrayant. L'essentiel de son message était que les bits et les octets transformeraient l'avenir de l'industrie musicale, que le CD était dépassé, que tous les divertissements deviendraient personnalisables et que de nouveaux systèmes de diffusion changeraient la façon dont la musique était entendue par le public mondial.

Ses paroles étaient prophétiques. Moins d’un an après son discours, des sociétés comme Deezer et Spotify ont laissé le cheval sortir de la grange en lançant leurs services de diffusion en continu, ce qui a éloigné le contrôle du contenu des grands labels. L’algorithme est né et depuis, plus rien n’est pareil.


advertisement

Synchtank offre un aperçu concis des bouleversements que connaissent aujourd'hui les industries de la musique et des médias. Il ne fait pas de prédictions fermes, mais il cartographie les règles du jeu et cite les personnes en première ligne.

Les technologies perturbatrices et les lois sur le droit d'auteur pourraient être de l'eau pour la vision de Randy Lennox pour CMW dans les prochaines années. Du moins, c'est ma supposition. Il connaît le paysage musical et médiatique en tant que cadre de longue date chez Universal et Bell Média, et il est sûr de brandir quelques carottes en offrant des informations sur ces sujets et d'autres pour attirer les futurs publics à l'événement annuel.

Mais d’autres problèmes sont en jeu. Alors que Goldman Sachs marque 2023 comme un tournant pour l'industrie musicale avec la toute première augmentation majeure des prix des plateformes mondiales de diffusion en continu, la modernisation des structures obsolètes de paiement des redevances et le déploiement de l'IA générative, leurs analystes prévoient une hausse des prix pour l'industrie musicale mondiale. , augmentant ainsi les projections de revenus pour 2024 sur la base de perspectives plus solides pour la musique live et l'édition musicale.

advertisement

La société d’investissement mondiale est également convaincue qu’une solide industrie de la musique live continuera à se développer. Dans le rapport Its In The Air , il indique que le secteur « a poursuivi son fort rebond en 2023 avec des revenus estimés à 33,1 milliards de dollars américains en 2023 contre 26,5 milliards de dollars en 2022 ».

Mais ce n'est pas que du vin et des roses. Moins d'artistes capables de remplir les grands stades et arènes veulent ou peuvent reprendre la route, et les frais qu'ils exigent pour couvrir les frais de production et de déplacement ont atteint des proportions farfelues . Il n'est pas rare que des groupes majeurs dépensent des millions par spectacle uniquement pour les équipes chargées de monter et de démonter la scène et l'éclairage. Les étapes à elles seules peuvent coûter plus de 10 millions de dollars à concevoir et à construire. Les artistes de deuxième et troisième rangs demandent plus par concert, voulant souvent gagner le même salaire de leur dernière tournée, mais avec deux fois moins de dates. La pandémie a fait comprendre à beaucoup que la vie à la maison a ses avantages, mais ils veulent quand même ramener à la maison un chèque de paie égal à ce qu’ils gagnaient auparavant. Les fans doivent être fatigués du prix des billets.

advertisement

Et puis il y a l'éléphant dans la pièce. L’IA est un sujet brûlant qui tient la profession juridique dans sa poche, effraye les communautés de créateurs et repousse les conventions de longue date hors de la table et de la porte. Gizmodo et Medium ont rassemblé certains des meilleurs robots IA couramment disponibles, certains gratuits à tester, d'autres facturant initialement un montant nominal pour inciter une plus grande utilisation. Et puis il y a Mike Russell de Music Radio Creative qui nous guide à travers le processus qui transforme l'ordinaire en quelque chose de bien plus grand.

advertisement

Au-delà des sujets évidents destinés à attirer le public vers CMW, il existe une gamme d'autres sujets et préoccupations dans le domaine.

Sur le plan médiatique, les actions de Corus Entertainment ont chuté ces dernières semaines et pourraient valoir encore moins si le CRTC autorise la signature d'un accord entre Rogers et Warner Bros. Discovery . L'accord, qui entrera en vigueur au début de la nouvelle année, prend une partie des marques de langue anglaise de Corus et donne à Rogers les droits canadiens sur des marques américaines populaires de style de vie et factuelles, notamment HGTV, The Food Network, Magnolia Network, The Cooking Channel, OWN. , Découverte, Tendance Moteur, Science, Planète Animale et ID . Corus a toujours des accords de marque et de contenu avec d'autres chaînes et studios américains clés, tels que Disney, History Channel et Hallmark, mais si des abonnés inconstants abandonnent le navire, l'écriture pourrait être sur le mur sans intervention. Une mise au jeu se profile et le régulateur doit faire preuve de prudence.

Les profondes pressions financières chez Corus sèment le chaos. Plus tôt cette semaine, CBC a confirmé que près de trois douzaines de postes avaient été supprimés des salles de rédaction de la division Global News de l'entreprise. CBC cite une note interne distribuée aux employés de Global News selon laquelle les changements sont « conçus pour préparer notre division de nouvelles à une pression économique accrue, alors que l'industrie continue d'évoluer, alors que les géants internationaux de la technologie offrent des plateformes de contenu et de publicité directement aux Canadiens et monopolisent le Paysage publicitaire canadien.

advertisement

La radio communautaire est en difficulté et n’a que peu ou pas de voix à la table du CMW. Avec plus de 200 émissions AM et FM dans plus de 60 langues à travers le pays, la plupart des revenus proviennent de campagnes de collecte de fonds annuelles. Faisant partie intégrante de nombreuses communautés non urbaines, Meta (propriétaire de Facebook et Instagram) les a récemment empêchés de publier des événements locaux afin d'éviter de payer les organisations d'information conformément à la loi sur les informations en ligne . Cela a eu un impact dévastateur sur la capacité des radiodiffuseurs communautaires à atteindre leur public cible et a eu un impact négatif sur la diffusion des informations locales affectant leurs communautés. Comment promouvoir des événements locaux, des collectes de fonds caritatives ou des informations civiques ? Le financement fédéral se tarit, il est donc crucial d'organiser un débat qui puisse être repris par d'autres médias et, espérons-le, attirer l'attention des politiciens d'Ottawa.

Des rumeurs suggèrent que les radiodiffuseurs privés, à court d'argent, examinent les paiements obligatoires qu'ils doivent verser au Fonds canadien de la radio communautaire, ainsi qu'à FACTOR ou Musicaction. Les règles sont compliquées et sont expliquées par le CRTC ici . D'après ce que j'ai entendu, les radiodiffuseurs privés veulent avoir davantage leur mot à dire sur la façon dont ils dépensent les fonds mandatés au titre du DCC. La manière d’aborder cette conversation sensible dans un forum public est délicate, mais je suppose que l’urgence de la question se répandra dans le domaine public avant que CMW ne revienne en ville l’année prochaine.

advertisement

Il y a aussi le fait que les festivals sont aux prises avec moins de commanditaires, des coûts de talent croissants, des primes d'assurance plus élevées, un financement fédéral stagnant et une dette post-pandémique. Encore une fois, selon un reportage de CBC News , il en coûte 30 à 40 % de plus pour organiser un festival cette année qu'en 2019, selon Martin Roy, directeur général de Festivals et événements majeurs Canada, et les revenus ne suivent pas. Les petites salles de concert et clubs ferment également. Le chiffre total post-pandémie n’est pas disponible, mais une multitude de raisons pèsent lourd, notamment l’embourgeoisement urbain, les impôts, les loyers et les coûts d’assurance.

En apparence, le CMW de cette année a jeté une lumière scintillante sur l'industrie musicale canadienne, mais des signes de stress commencent à se manifester.

advertisement
deadmau5
Matt Barnes

deadmau5

Français

Nouveautés et albums canadiens à venir : deadmau5 revient avec un nouvel EP, Menno Versteeg de Hollerado se lance en solo

Boy Golden et Begonia ont également de nouvelles sorties cette semaine, tandis que Geddy Lee et Alex Lifeson de Rush rééditent leurs albums en solo.

Une semaine au milieu de l'été apporte son lot de nouveautés notables de la part d'artistes canadiens, dont Oleyada etRuss Brannon. Tout juste après avoir fait la couverture exclusive du nouveau Rolling Stone Québec, deadmau5 est également de retour avec un nouvel album, some ep, qui combine sa première musique en deux ans avec son alter ego Testpilot.

For Eden, quant à lui, est le deuxième album du compositeur indie folk/roots Boy Golden (Liam Duncan). Son premier album, Church of Better Days, a atteint la première place des radios alternatives canadiennes et il est rapidement devenu un favori sur le circuit des tournées. Déjà lauréate d'un prix Juno, la Winnipegoise Begonia fait tourner les têtes avec sa voix puissante et naturelle, et son nouvel album Open Swim fera passer le message.

continuer à éleverShow less
advertisement