advertisement
Français

Ross Reynolds: un directeur musical qui a ouvert les portes aux artistes canadiens

Son parcours vers le monde de la musique et vers le Canada est une lecture tout à fait extraordinaire, comme le souligne Martin Melhuish dans cette entrevue qui couvre toute sa carrière.

Ross Reynolds at a music biz convention

Ross Reynolds à une convention du secteur de la musique

Photo de courtoisie

«Redevance?! Vous voulez la royauté. Allez en Angleterre et rendez visite à cette putain de reine!»

Selon la tradition établie par feu Ronnie Hawkins, c'était le conseil qui était offert avec menace à un visiteur qui était jeté de manière plutôt discourtoise dans la rue par Morris Levy, le propriétaire mafieux du label Roulette Records de Hawkins, qui aurait été l'inspiration du magnat impitoyable de la musique Hesh Rabkin dans Les Sopranos. Le malheureux appelant, surnommé «Screamin'» Brian, était un membre obsessionnel du fan club britannique des Hawks qui s'était rendu à New York pour exiger un paiement après avoir appris personnellement de Hawkins que le label le raidissait financièrement.


advertisement

Levy et Rompin' Ronnie, la légende grégaire du rockabilly, n'étaient que deux des personnages idiosyncrasiques de Ross Reynolds, originaire de la région de Philadelphie, diplômé de Yale et de la Stanford School of Business, destiné à devenir l'un des dirigeants les plus influents et les plus respectés du monde de l'industrie musicale canadienne, rencontrée en entrant dans le monde de l'enregistrement, verte comme une pelouse d'été face à ses habitudes anormales, à la fin des années 1960.

«Nous avons eu plusieurs contrats avec des personnages intéressants», déclare Reynolds en se remémorant ses débuts avec General Recorded Tape (GRT), basé à Sunnyvale, en Californie, qui, à l'automne 1968, avait mis en place une opération constituée séparément au Canada pour dupliquer Cartouches 8 pistes et gestion du marketing pour une quarantaine de labels basés aux États-Unis, dont Chess/Cadet, Roulette, Monument et Phil-LA of Soul.»

«Ici, j'avais affaire à la mafia, un gamin de la côte Est avec un diplôme d'ingénieur et un MBA en commerce qui voyait des opportunités dans l'industrie de la musique. Certains des cadres avec lesquels j'ai eu affaire ont également vu des opportunités, mais d'une manière très différente. Avec le recul, il se passait des choses assez laides. Certains chefs de label revendiquaient des crédits d'écriture. Morris Levy a écrit plus de chansons, selon le générique, que certains de ses artistes. Je n’avais aucune idée réelle du caractère louche de cette affaire, même si mes relations avec Morris Levy étaient toutes très simples. En fait, il était charmant. Il a amené sa femme et son fils de six ans à Toronto pour notre toute première réunion de vente de GRT of Canada en août 1969, qui comprenait une croisière au clair de lune à bord d'un ferry de Toronto surnommé «The Record Launch» avec nos distributeurs et chefs de label et des performances par Rotary Connection, Joe Vance et GRT Canadian signant le Magic Cycle.»

advertisement

Connaître Reynolds, c'est comprendre comment sa présence géniale, sa diplomatie, sa clairvoyance et sa combinaison de sens des affaires, d'esprit de décision et d'énorme respect pour les créateurs et le processus créatif ont facilité une interaction positive avec le bon, le mauvais et le laid au cours de ses cinquante années d'activité. l'industrie de la musique au cours de laquelle il a agi à titre de cadre dirigeant chez GRT Records of Canada, WEA Music Canada, MCA Records of Canada et son successeur Universal Music Canada.

advertisement

Au fil des années, ces mêmes caractéristiques se sont également révélées inestimables lorsqu'il était président et membre fondateur du conseil d'administration de l'Académie canadienne des arts et des sciences de l'enregistrement (CARAS), président de l'Association canadienne de l'industrie de l'enregistrement (CRIA/Music Canada) et membre du conseil consultatif. du Studio Bell/Centre National de Musique, Panthéon de la musique canadienne, MusiCounts, le Temple de la renommée des auteurs-compositeurs canadiens (CSHF), la Corporation du Massey Hall et du Roy Thomson Hall, l'Allée des célébrités canadiennes, le Fonds en fiducie pour la préservation de l'audiovisuel, Saint Lazare Hospice et la Starlight Children's Foundation. Il a été intronisé au Temple de la renommée de l'industrie musicale canadienne lors de la Semaine de la musique canadienne en 1999 et a présenté le Walt Grealis Special Achievement Award aux JUNO 2010 à St. John's pour sa contribution au développement d'une industrie musicale canadienne viable.

advertisement

1969 fut une année de transition, non seulement pour l'industrie musicale et la société en général, mais aussi pour Reynolds personnellement, qui avait connu un changement de carrière inattendu. «J'ai toujours aimé la musique et j'ai joué dans un groupe de lycée, mais avais-je déjà pensé à m'impliquer dans le business ? Absolument pas! Je suis allé à l'université (Yale) et j'avais un diplôme d'ingénieur. Devenir ingénieur était une bonne chose pratique à devenir. J'ai passé trois ans chez Proctor & Gamble, mais je n'ai pas vraiment aimé ça, alors je suis parti chercher un MBA. N'étant toujours pas sûr de ce que je voulais faire quand je serai grand, je suis devenu consultant en management. J'ai passé du temps dans une petite entreprise développant un hélicoptère à faible coût avant de partir à l'étranger et de passer du temps au Koweït.»

Reynolds a également fait du conseil pour GRT aux États-Unis, alors qu'ils planifiaient l'ouverture d'une opération au Canada, initialement à Londres, en Ontario, ce qui, d'un point de vue historique, n'était pas le coin perdu de l'industrie du disque qu'on pourrait penser. Sparton Records (contraction de la société mère américaine Sparks-Withington), première entreprise au Canada à presser des enregistrements stéréo, fut un acteur majeur du secteur pendant près de quatre décennies, entre 1930 et 1969. Elle a notamment agi à titre de fabricant et de distributeur pour Columbia Records (1939-1954) et pour ABC-Paramount Records, entre autres, entre 1954 et 1969. Capitol Records of Canada y a débuté sa vie en 1949. Pendant un certain temps, Musicana Records et Regal Records, basés à Londres, ont pressé et distribué Capitol Records et produit, le premier entre 1946 et 1947 et le second de 1947 à 1954, lorsque la société a brièvement changé de nom pour Capitol Record Distributors of Canada.

advertisement

Alors que GRT s'installait au Canada, elle a embauché Ross Knight, l'ancien directeur adjoint de la production chez Sparton Canada. Sa femme ne voulait pas quitter Londres, alors ils y ont démarré une usine de fabrication à 8 voies. Ed LaBuick, un talentueux responsable du merchandising qui, au milieu des années 1970, fondera Tee Vee Records, a été embauché avant que Reynolds ne soit nommé président, en remplacement de Knight.

«J'ai vécu à Londres pendant environ un an et j'ai appris à mieux comprendre ce dans quoi je m'étais impliqué», se souvient Reynolds. « J'ai vite compris que Londres n'était pas l'endroit idéal, alors nous avons finalement déménagé nos opérations à Toronto. J'ai également réalisé que dépendre des licences pour les bandes 8 pistes n'aurait probablement pas un avenir à long terme. Par la suite, une grande partie de notre croissance est venue de licences avec des sociétés américaines, comme Roulette et Bang, pour distribuer leurs produits et leur musique, pas seulement des cassettes.»

advertisement

Les décisions relatives au contenu canadien venaient tout juste d'entrer en vigueur, et GRT n'a pas tardé à établir une liste de talents canadiens comprenant Doctor Music, Everyday People, Terry Bush et Beverly Glenn-Copeland par l'intermédiaire de Doctor Music Productions de Terry Brown et Doug Riley, ainsi que Ronnie Hawkins. Plus tard, il y eut Dan Hill, Downchild, Chad Allan, Ian Thomas, Cathy Young et le Greaseball Boogie Band, entre autres.

«L'une de nos premières signatures directes d'artistes canadiens a été Moe Koffman et son album d'interprétations modernes de compositions de Bach (Moe Koffman Plays Bach). Nous avons été le distributeur de la Canadian Talent Library (CTL) pendant un certain temps, ce qui était en quelque sorte notre premier pied dans la porte auprès des talents canadiens. La prochaine signature canadienne majeure était Lighthouse avec Jimmy Ienner comme producteur, et il fallait vraiment quelqu'un de fort comme lui avec une bonne sensibilité commerciale pour que ça marche.

Dan Hill with Ross Reynolds back in the GRT era.Dan Hill avec Ross Reynolds à l'époque du GRT.Photo de courtoisie

GRT a été nommée entreprise de contenu canadien de l'année aux Junos en 1971 et 1973, alors que cela n'était encore qu'une catégorie. Également en 1973, Neill Dixon, qui est maintenant président de la Canadian Music Week, rejoint GRT en tant que directeur national de la promotion et de l'A&R, après avoir dirigé pendant trois ans Grumbles, un café de Toronto pendant le boom du folk, puis chez RCA sous le nom d'Ontario. Directeur des Promotions.

«À ce moment-là, nous ne pouvions pas payer à la fois l'A&R et la promotion, alors il a obtenu à la fois les titres et les responsabilités», plaisante Reynolds. Jeff Burns, qui passera plus tard chez CBS Records Canada et fondera ensuite plusieurs de ses propres labels indépendants, rejoint la société après Dixon. En 1974, Reynolds succède à Arnold Gosewich, président de Capitol Records-EMI du Canada, à la présidence de l'Association canadienne de l'industrie de l'enregistrement (CRIA), aujourd'hui connue sous le nom de Music Canada.

Selon Reynolds, le CRIA, à ce moment-là, était en train de passer d'un club de vieux à une organisation beaucoup plus viable. À l’époque, il ne s’agissait que de golf et de dîners annuels. Ce n’était pas un véritable groupe industriel autre que de simples liens sociaux. C'était aussi une époque où le débat faisait rage sur les prix Juno et la participation de l'industrie à ce qui était essentiellement un sondage auprès des lecteurs du magazine spécialisé canadien RPM Weekly. C'est à ce moment-là que le CRIA est devenu plus actif en tant qu'association et s'est impliqué dans les premiers jours de l'arrivée des Juno à la télévision.

En 1975, Reynolds est devenu directeur fondateur de CARAS, l'organisation créée initialement pour superviser la remise annuelle des prix Juno, qui a été télévisée pour la première fois cette année-là.

La bonne foi de Reynolds n'était pas passée inaperçue pendant son séjour chez GRT, et bientôt, ses services suscitèrent un intérêt ailleurs. «Le président de WEA Music Canada, Ken Middleton, m'avait demandé de rejoindre l'entreprise quelques années auparavant, alors que les choses allaient très bien chez GRT. J'ai vraiment aimé ce qui se passait, mais au fur et à mesure que les choses avançaient, je suis devenu de plus en plus déçu par ce qui se passait aux États-Unis avec GRT. Ils n'ont pas abandonné le marché; le marché les a quittés. J'avais essayé de faire partie de deux groupes différents cherchant à acheter GRT au Canada, qui était une petite entreprise mais qui se portait bien. Malheureusement, la société américaine s’est montrée totalement irréaliste. C'était dommage, car qui sait où cela serait devenu? C'est amusant de spéculer. J'ai appelé Ken chez WEA et lui ai demandé si l'offre était toujours valable. C’est ce qui s’est produit et j’ai rejoint l’entreprise en tant que vice-président exécutif. La promesse initiale était qu'il partirait dans quelques années, ce qui ne s'est pas produit, et ma relation avec lui s'est pour le moins détériorée. Puis Stan Kulin est devenu président. J'étais chez WEA pendant cinq ans.

Le déménagement de Reynolds chez MCA Records of Canada en 1983 en tant que vice-président/directeur général a été initié par un appel téléphonique d'Irving Azoff, PDG de MCA Music Entertainment Group à Los Angeles. «Lou Cook de MCA Records avait dit qu'il aimerait que je rejoigne MCA, mais à ce moment-là, MCA était le cimetière musical de l'Amérique. J'ai dit: «Pourquoi devrais-je faire ça?» Et il a dit: «Venez rencontrer ce type un peu fou! Alors je suis descendu et j'ai rencontré Irving, et il était plutôt fou, mais en même temps, j'ai réalisé qu'il allait faire des conneries, et il l'a fait.»

Il y a eu quelques acquisitions majeures à l'époque : Island Records de Chris Blackwell et le label Chrysalis de Chris Wright et Terry Ellis. «Irving a fait les présentations. J'avais développé des relations et une réputation au Royaume-Uni, donc Chrysalis a en quelque sorte évolué à partir de cela. Nous pensions avoir payé trop cher, mais nous devions nous lancer dans ce métier. Qui diable le savait? Tout a juste explosé. Notre timing était incroyablement fortuit.»

Dix ans après avoir été promu président de vice-président/directeur général de MCA Records Canada, en 1998, Reynolds a été nommé président d'Universal Music au Canada alors qu'elle était en train de fusionner avec PolyGram Canada Inc.

«C'était un exercice commercial vraiment intéressant», déclare Reynolds. «C’était probablement le travail le plus dur que j’ai jamais accompli. Ici, nous essayions de gérer deux maisons de disques dont la part de marché était assez similaire, de sélectionner les meilleures pratiques commerciales des deux sociétés et de les fusionner en une seule. Nous n'avons pas augmenté le personnel; en fait, nous avons été chargés de réduire nos effectifs d’environ un tiers. La bonne nouvelle est que la façon dont la fusion a été structurée nous a permis de traiter de manière très équitable les personnes qui n’ont pas survécu. Les gens ont reçu de très bons forfaits. C’était un exercice très, très difficile, et cela représentait certainement beaucoup de travail. L'une des choses dont je suis très fier, c'est qu'au lieu de perdre des parts de marché, notre part de marché a augmenté. La situation typique dans une fusion comme celle-ci est que la part de marché totale diminue. J'étais très satisfait de la façon dont nous traitions les gens. C'était vraiment un boulot de merde. Je ne peux pas vous dire combien de réunions j'ai eues pour dire aux gens qu'ils n'allaient pas réussir. Ce n’était pas amusant. Nous avions une équipe, mais la responsabilité revenait à moi. C'est la partie la plus difficile du travail.

Au cours de son séjour chez Universal, il a supervisé le développement d'une impressionnante liste d'artistes nationaux, dont The Tragically Hip, Sloan, Jason McCoy, Holly McNarland, The Headstones, Laura Smith, Joel Feeney et Hayden. Il a également travaillé avec une équipe composée de dirigeants qui ont par la suite laissé leur marque dans l'industrie musicale canadienne, notamment Steve Kane, futur président de Warner Music Canada; Allan Reid, actuel président-directeur général de CARAS; Brian Hetherman et Cam Carpenter, entre autres.

Notamment, Randy Lennox a gravi les échelons chez MCA/Universal à partir de 1978. «Fondamentalement, il a réussi sans aucune éducation formelle et a littéralement commencé dans l'entrepôt et en tant que vendeur junior. Son histoire ressemble beaucoup à celle de Deane Cameron, le regretté président-directeur général d'EMI Music Canada, qui a également débuté dans l'entrepôt. J'étais très heureux d'avoir quelqu'un comme Randy dans l'entreprise car il était super agressif. À ce moment-là, il avait quelques défauts, mais il les a certainement surmontés. Lennox est devenu président-directeur général d'Universal Music Canada avant de devenir président de Bell Média, la plus grande entreprise médiatique du Canada. Il est actuellement président exécutif d'Elevate, président de l'Allée des célébrités canadiennes et co-fondateur de LOFT (Entertainment Inc.), une société de gestion musicale et de contenu cinématographique/télévisuel qui possède des bureaux à Londres, Nashville, Los Angeles et Toronto.»

En 2001, Reynolds a été nommé président émérite d'Universal avec la responsabilité de superviser un programme de promotion de la culture canadienne établi par Vivendi Universal après la fusion de Seagram avec Vivendi.

«Après avoir vécu la fusion Universal/PolyGram et être ressorti de l'autre côté avec le sentiment d'avoir réussi dans ce que nous avons fait, puis tout d'un coup, nous sommes revenus au même vieux principe, cela n'avait plus tout à fait le même attrait que dans le passé», admet Reynolds. «De plus, plus l’entreprise grandissait, moins je m’impliquais dans les aspects ludiques. Certes, pendant une période chez GRT et au début chez MCA, c'était vraiment amusant. Du coup, c'était de nouveau un peu la même chose mais en s'amusant moins parce que c'était plus administratif. Aussi, à l'époque, nous avons dû nous engager à faire toutes sortes de bonnes choses pour le Canada. En discutant avec ma femme, Jane, elle a dit que je devrais peut-être penser à changer de rôle. C'est de là que nous avons lancé l'Initiative culturelle canadienne. Pendant deux ans et demi, mon travail consistait essentiellement à distribuer de l'argent. C'est plus difficile qu'il n'y paraît. Le problème, c'est que tout le monde vient vers vous, et vous savez que ce n'est pas parce que vous êtes un gars sympa mais parce que vous avez un chéquier dans votre poche arrière. Vous essayez d’avoir le plus d’impact possible avec l’argent.»

En 2001, Reynolds, dont l'implication au sein de CARAS remonte à 1975 en tant qu'un des directeurs fondateurs de l'organisation, a été élu par ses pairs au poste de président à temps plein. «C'était un moment tout à fait fortuit, car CARAS avait vraiment besoin de se réévaluer au tournant du millénaire et d'envisager l'idée de présenter le spectacle sur les routes du Canada. C'était une sorte de période de désespoir et le transfert des Junos à St. John's a été grandement facilité par l'offre d'une grosse somme d'argent de la province.»

«Il y avait trois projets que je voulais vraiment développer au CARAS: évidemment les Junos, MusiCounts, l'organisme caritatif canadien pour l'éducation musicale, et j'avais bon espoir que nous aurions pu développer un espace physique pour le Panthéon de la musique canadienne. Nous n’avons tout simplement pas pu obtenir le financement. C'est vraiment difficile de gagner de l'argent avec ça. Il faut un soutien financier continu. C'était décevant parce que ça aurait été bien d'avoir ça à Toronto. J'étais à Calgary pour les Juno lorsque j'ai entendu parler de l'initiative locale visant la création du Centre national de musique, et j'ai demandé à y participer. J'étais très heureux d'avoir fait partie du conseil d'administration pendant la véritable période de développement.»

C'est la famille de Ron Mannix, fondateur, membre et directeur de la National Music Center Foundation, qui a financé le projet. Il est donc devenu très intéressé et très solidaire. Cela ne serait jamais arrivé sans lui: l’argent, les relations et sa volonté d’y parvenir. L'un des défis qu'ils doivent encore relever est qu'il doit s'agir de bien plus que de simples expositions avec des choses comme la robe d'Anne Murray. Dès le départ, le principe était que cette chose devait être interactive et pas seulement une exposition statique. C'est un défi d'être à Calgary. Pour qu’ils aient traversé la Covid et le déclin de l’immobilier et du pétrole, il y a eu tellement de défis à relever.

Aussi remarquable que puissent paraître ses 54 années dans le monde de la musique, le mariage de Reynold avec Jane, avec qui il a deux fils, Scott et Steve, est antérieur à ses aventures musicales.

«Jane est née dans la petite ville d'Algona, dans l'Iowa, à quelques heures au nord de Des Moines, où elle a déménagé pour fréquenter l'Université Drake. Nous nous sommes rencontrés en Californie, où j'étudiais à la Stanford Graduate School of Business. J'ai été attiré par la région et j'ai travaillé pour une petite start-up fabriquant un hélicoptère à bas prix. Un jour, mon colocataire de l’époque – nous vivions dans un appartement-jardin typiquement californien – m’a raconté qu’il avait rencontré ces deux professeurs et qu’il allait les inviter à boire un verre. J'étais un peu fatigué et j'ai dit: "D'accord, mais je ne suis pas sûr de vouloir faire ça." L’une d’elles était Jane, et nous nous sommes bien entendus à partir de là. Nous nous sommes mariés six mois après notre rencontre. C'était il y a 56 ans.»

Ce fait est d'autant plus poignant qu'en décembre 1991, Jane, qui était très active dans le monde des affaires et maintenait un programme de conditionnement physique discipliné, a été heurtée par une voiture près de leur domicile à Toronto, ce qui l'a laissée dans un état critique au Sunnybrook de Toronto. Hôpital avec la perspective d’une longue convalescence. Ses amis et associés ont été soulagés et ravis d'assister à sa guérison alors qu'elle a finalement repris son emploi du temps habituel, qui comprenait la participation à un certain nombre de concerts et d'événements industriels avec son mari.

Et à quel point Ross est-il un bon père? Lorsque Scott était au lycée, il partait en voyage pour sauver le monde avec une organisation appelée Youth Challenge International, et il devait collecter une somme d'argent importante. «Nous pensions que si nous faisions quelque chose de fou, nous obtiendrons suffisamment de dons», explique Reynolds. «La Place de l'Ontario avait cette immense tour pour le saut à l'élastique, et nous avons décidé que c'était quelque chose que nous pouvions faire. Cette tour n’a pas duré très longtemps parce que, tout d’un coup, les gens ont réalisé que des gens étaient en train de mourir. C’était à une époque antérieure où tout ce qui disait à quel point cela pouvait être dangereux était révélé. Je me suis assuré de porter un pantalon sombre.»

Lorsqu'on lui a demandé ce qu'il pensait du fait d'avoir été honoré par l'industrie musicale canadienne du prestigieux Walt Grealis Special Achievement Award en 2010, Reynolds a répondu avec une humilité typique. «C'était sympa. Être reconnu par ses pairs – j'aimerais jouer cool, mais c'était sympa. C'est drôle parce que je n'ai jamais considéré cela comme une tentative de faire du bien au Canada. Je déteste le dire, mais c’étaient des décisions commerciales. Il y avait des opportunités ici, et égoïstement, c'était amusant d'y participer.»

«Je ne suis pas une personne créative, mais j'ai certainement aimé être impliqué dans le processus créatif. De bonnes décisions au bon moment, un peu de chance et le fait d'avoir de bonnes personnes autour de moi ont tous contribué à mon succès. J'ai eu de la chance d'être au bon endroit, au bon moment. Je me suis impliqué dans l'entreprise juste au moment où elle commençait à trouver ses propres marques. La musique signifiait quelque chose. C'est incroyable de revenir sur ce que MuchMusic représentait pour les gens. Cela ne veut pas dire que la musique n'est pas populaire aujourd'hui. Taylor Swift vend toutes sortes de disques, mais c'était plus que du divertissement. C'étaient des moments amusants. Vous aviez l'impression que vous n'étiez pas seulement dans le secteur du divertissement. Vous étiez dans le secteur de la musique, et d'une manière ou d'une autre, cela avait beaucoup plus d'importance qu'un simple divertissement.»

«Vous regardez l'identité canadienne. À quel point est-il étrange qu'un Américain soit ici et contribue, d'une manière modeste, à la culture canadienne?»

advertisement
Sarah McLachlan
Colline de Kharen

Sarah McLachlan

Français

Le festival Lilith Fair de Sarah McLachlan est sous le feu des projecteurs dans un nouveau documentaire

Sheryl Crow, Erykah Badu, Olivia Rodrigo et bien d'autres sont présentées dans le prochain long métrage réalisé par la jeune Canadienne Ally Pankiw qui explore l'héritage du festival de musique entièrement féminin de la fin des années 1990.

Un festival influent et sous-estimé des années 1990 reçoit son dû sous la forme d'un prochain long métrage documentaire.

Lilith Fair racontera l'histoire du festival de musique itinérant de Sarah McLachlan, qui présentait des programmations entièrement féminines dans un effort révolutionnaire pour lutter contre le sexisme dans l'industrie de la musique live.

continuer à éleverShow less
advertisement