advertisement
Français

Les artistes canadiens réagissent au définancement de la station de radio du campus d'Ottawa CHUO

Alanna Stuart de Bonjay et PYNE, le comédien Tom Green et d'autres personnes ont exprimé leurs inquiétudes quant à l'avenir de la station. Tous soulignent par ailleurs l'importance des radios de campus pour l'industrie musicale canadienne.

Radio mic
Photo de Jacob Hodgson sur Unsplash

Des musiciens, comédiens ou encore journalistes canadiens réagissent à l'annonce de la fin du financement de CHUO 89.1 FM, la station de radio de campus de l'Université d'Ottawa à la suite d'un vote des étudiants .

Les frais d'environ 5 $ par étudiant représentent environ 80% du budget de la station, rapporte CBC. La question référendaire sur le financement de CHUO faisait partie d'une élection partielle qui s'est terminée le 13 octobre. Grant Stein, directeur par intérim de la station CHUO, affirme que la station n'a eu qu'un jour de préavis pour organiser une campagne pour le vote, qui a obtenu un taux de participation de 7,7%.


advertisement

Il est trop tôt pour dire ce qui arrivera à CHUO, mais la décision de suspendre le financement de la station a déclenché une conversation sur l'importance des radios de campus pour la musique et la culture partout au Canada.

Les stations universitaires et communautaires accordent souvent du temps d'antenne aux artistes émergents et indépendants qu'ils n'auraient pas sur les radios commerciales et proposent souvent des émissions qui s'adressent aux communautés sous-représentées. Pour certains grands artistes canadiens, c'est un endroit essentiel pour commencer et se faire un nom avant de passer sur de plus grandes stations.

«Un lieu de découverte»

CHUO diffuse depuis 1991 dans le but de soutenir les artistes et les communautés artistiques locales. Au cours des années qui ont suivi, de nombreux artistes et journalistes canadiens sont passés par les salles du CHUO.

Alanna Stuart, documentariste, chercheuse et fondatrice du duo Bonjay, nommé pour le prix Polaris, raconte à Billboard Canada que la station de radio l'a aidée à trouver sa voie en tant que musicienne au Canada.

«Je suis arrivé à CHUO à un moment où je me cherchais. J'étais dans l'industrie de la musique depuis quelques années lorsque j'étais adolescent et j'en suis reparti désenchantée», dit Stuart.

advertisement

Un camarade de classe universitaire a invité Stuart à visiter CHUO en 2002. «Je suis entrée et cela m'a donné l'impression d'être dans une bibliothèque publique où tout le monde était vraiment le bienvenu», dit-elle.

Bien que son camarade de classe ne soit jamais revenu, Stuart est resté à la station pendant environ quatre ans et a co-animé une émission intitulée Hop the Fence. CHUO lui a fourni un espace où elle pouvait apprivoiser toutes sortes de musiques.

«Je pouvais être dans un endroit qui témoignait de mon identité jamaïcaine, mais je pouvais ensuite entendre le spectacle de musique haïtienne qui me rappelait d'aller chez ma tante», dit-elle. «C'est un lieu de découverte, et j'étais une jeune femme noire à la recherche de quelque chose qui ne correspondait pas à la façon dont les gens concevaient l'afrodescendance au Canada à l'époque.»

Elle se souvient aussi avoir rencontré Murray Lightburn du groupe de rock montréalais The Dears à la gare.

"Pour moi à cette époque, voir quelqu'un qui était noir dont la musique n'était peut-être pas identifiée comme noire sur le plan sonore, et lui dire 'non, tu es cool mec, tu es cool' - c'était donc validant."

advertisement

Les Canadiens racontent comment CHUO les a influencés

Stuart n'est pas la seule à partager son histoire avec CHUO. Beaucoup se sont exprimés sur X sur leurs inquiétudes quant aux résultats du vote.

«C'est un coup dur pour la communauté», a déclaré Adrian Harewood, ancien présentateur de CBC, sur X. «Comme tant d'autres, je dois ma carrière à mon passage à la radio communautaire», a ajouté Harewood. Celui-ci a fait du bénévolat à CHUO dans les années 1990 en contribuant à l'émission d'actualité Black on Black, qui est toujours diffusée aujourd'hui.

Le comédien Tom Green s'est souvenu de son passage en tant qu'animateur de fin de soirée à la station. «C'est là que j'ai inventé tant de blagues et de cascades comiques à la radio qui sont devenues plus tard The Tom Green Show sur MTV et au-delà», a écrit Green.

advertisement

Les musiciens folk The Good Lovelies se sont joints à eux en écrivant «C'est un coup dévastateur pour les musiciens indépendants de tout le Canada.»

Ming Wu, animateur de No Filter sur CHUO, photographe musical et blogueur, dit que les résultats du vote sont tout simplement choquants. «J'espère que la station survivra avec des supporters et des auditeurs dévoués», a déclaré Wu à Billboard Canada . Si la station devait fermer, confie-t-il, les musiciens locaux en ressentiraient les conséquences. «Il n'y a aucun autre moyen de diffuser leurs contenus à l'antenne.»

Stuart attribue à CHUO le mérite d'avoir catalysé ses pratiques artistiques actuelles. Elle décrit avoir entendu le groupe de rock Local Rabbits à la station et avoir décidé d'aller à leur spectacle le soir même. «J'ai vu ces deux hommes convulser et transpirer l'un sur l'autre alors qu'ils jouaient ces solos de guitare avec tant de vigueur», dit-elle. «Je me suis approchée d'eux sans aucune intention, ni même sans savoir ce que j'allais dire, et je me suis entendu dire : 'Je suis une chanteuse de R&B mais je ne veux pas seulement être une chanteuse de R&B et je veux travailler avec vous.'» Ils sont devenus les premiers collaborateurs de Stuart sur la scène du rock indépendant.

Lorsqu'elle a interviewé Diplo pour son émission de radio, celui-ci a invité Bonjay à remixer le groupe brésilien Bonde do Rolê pour son label. Ils ont ensuite tourné ensemble.

« [CHUO] rassemble un groupe de personnes très diversifiées, puis crée un point d'entrée plus ouvert pour rencontrer des personnes qui peuvent potentiellement aider à former votre communauté », explique Stuart. «J'y ai trouvé mes proches.»

advertisement

advertisement
Sean Lalla
Instagram

Sean Lalla

Français

Nécrologies: Sean Lalla, DJ et promoteur canadien du hip-hop et Peetah Morgan, vedette du reggae

Cette semaine, nous soulignons également le décès de la diva cubaine Juana Bacallao et du guitariste et chanteur de rock anglais Bobby Tench.

Sean Lalla, DJ et promoteur de hip-hop canadien, est décédé à l'âge de 49 ans. Son corps a été retrouvé dans un Airbnb à Trinité-et-Tobago le 20 février. Loop News à Trinidad a rapporté que « des responsables ont déclaré qu'une autopsie avait été ordonnée pour confirmer la cause du décès.»

D'origine trinidadienne, Lalla a grandi à Toronto, puis a déménagé à Vancouver en 1996 pour étudier au Cap College. Il a ensuite déclaré à l'hebdomadaire alternatif de Vancouver Georgia Straight: «Je détestais le rythme lent de Vancouver et le manque de choses à faire et d'endroits où aller si vous étiez un passionné de hip-hop. Plutôt que de m'en plaindre, j'ai essayé de faire quelque chose pour lui.»

continuer à éleverShow less
advertisement