advertisement
Français

Les Canada Black Music Archives lancent une base de données sur les musiciens

Le directeur exécutif, Phil Vassell, dit vouloir montrer comment «les Drake et les Deborah Cox s'appuient sur les épaules de ceux qui les ont précédés».

​A photo from the archive: Oscar Peterson, Glenn Lewis and Maestro at the UMAC Awards, 2002

Une photo d'archive d'Oscar Peterson, Glenn Lewis et Maestro aux UMAC Awards en 2002

Isaïe Trickey

Combien de Canadiens ont entendu le nom de Daisy Peterson Sweeney? Beaucoup connaîtront son frère, le légendaire pianiste de jazz Oscar Peterson, récipiendaire du Grammy Lifetime Achievement Award et Compagnon de l'Ordre du Canada. Sweeney, qui a enseigné et encadré des artistes comme l'organiste Joe Sealy et le pianiste Oliver Jones, est pour sa part moins reconnue.

«C'est une héroïne méconnue», déclare Phil Vassell, directeur général des Canada Black Music Archives (CBMA). Le 23 novembre, la CBMA a lancé ses archives numériques, qui visent à remédier à la sous-représentation des contributions noires à la musique canadienne en racontant des histoires comme celle de Daisy.


advertisement

Vassell dit que l’idée des archives est née de la pandémie. Vassell a passé des décennies à défendre les artistes noirs de l’industrie musicale canadienne. En 1991, il fonde WORD, un magazine sur la culture noire, avec son épouse Donna McCurvin, qui donnera ensuite naissance à deux festivals de musique: le Festival de musique urbaine de Toronto et le festival de musique caribéenne et africaine IRIE. Lorsque la pandémie a frappé en 2020, explique Vassell, ils ont commencé à réfléchir à ce qu’ils pourraient faire avec les immenses archives qu’ils avaient constituées grâce à ces projets. Dans le même temps, les musées et les espaces d’archives physiques étaient en grande partie fermés au public.

«Cela nous a amenés à l'idée que nous devions rendre ces archives numériques et donc accessibles, et un peu plus infaillibles en matière d'accès des personnes sans avoir à se rendre dans un bâtiment physique», explique Vassell. Alors que le concept d'archives numériques commençait à prendre forme, ils ont commencé à travailler avec des conseillers tels que Much VJ Master T, l'écrivain Klive Walker et le DJ Andy Williams.

«Lorsque nous avons commencé à parler à certains conseillers que nous avions réunis, nous avons réalisé qu'il y avait un énorme vide à combler dans le récit national sur la musique canadienne», explique Vassell. La CBMA a été fondée en 2020 et a passé les trois dernières années à construire son référentiel numérique, dans le but de mettre en valeur les contributions des Noirs à la culture musicale canadienne.

advertisement

Il existe une base de données consultable de pages d'artistes, complète avec des biographies, des photos et des vidéos, des coupures de presse et des discographies. Les utilisateurs peuvent trier les artistes par genre, région ou décennie, pour trouver ce qu'ils recherchent, ou simplement faire défiler et explorer. En passant un peu de temps avec les archives, il devient également clair comment les premiers artistes ont jeté les bases pour d'autres au fil des générations: une recherche sur Sweeney , par exemple, fait également apparaître les pages d'artistes de Sealy, Jones et du Montreal Jubilation Gospel Choir, lauréat d'un prix Juno.

«Il s'agit avant tout d'un projet éducatif», explique Vassell. «Ces informations ne sont accessibles nulle part.» Il imagine les applications des archives pour les étudiants de tous les niveaux, du primaire au postuniversitaire. Des écoles comme l'Université de Toronto et l'Université York ont déjà répertorié les archives comme source d'information pour les étudiants.

advertisement

Avant la CBMA, il n’existait aucun endroit où toutes ces histoires étaient rassemblées et hébergées. «Nous essayons de changer cela», dit Vassell, «et de nous assurer que ces personnes font partie du récit canadien en termes de musique.»

Il souligne que dans des genres comme le hip-hop, de nombreux artistes canadiens ont historiquement sorti de la musique à un niveau indépendant, ce qui signifie que l'on accorde souvent moins d'attention à leur impact. Cependant, alors que de plus en plus d’artistes noirs canadiens obtiennent une reconnaissance mondiale, il pense que le moment est venu de faire la lumière sur les artistes qui les ont précédés.

advertisement

«Drake et The Weeknd – ils sont devenus des superstars mondiales – et tout d'un coup, les gens ont voulu savoir plus qui d'autre était au Canada», explique Vassell.

L'accessibilité est une priorité pour les archives, ce qui signifie qu'elles resteront essentiellement numériques. Mais la CBMA a célébré son lancement avec un événement éphémère à Toronto, mettant en vedette des bannières mettant en valeur certains des artistes des archives. Ils espèrent organiser des pop-ups dans d’autres villes du pays et envisagent un événement potentiel à Halifax l’année prochaine, pour coïncider avec la remise des prix Juno 2024.

Le pop-up torontois a également accueilli les artistes de reggae Jay Douglas et Liberty Silver, qui est devenue en 1985 la première femme noire à remporter un prix Juno. En fait, elle en a remporté deux la même année, dans des genres différents: Meilleur enregistrement R&B/Soul de l’année pour «Lost Somewhere Inside Your Love» et Meilleur enregistrement Reggae/Calypso pour «Heaven Must Have Sent You» avec Otis Gayle.

«Ce sont quelques-unes des histoires qui sont perdues, si vous voulez», dit Vassell à propos de Silver. «Et nous voulons récupérer ces informations de manière à ce que les gens puissent savoir que tous ces artistes de renommée internationale, les Drake et les Deborah Cox de ce monde, que ces gens étaient et se tiennent sur les épaules de ceux qui les ont précédés.»

Related Articles Around the Web
advertisement
Neil Young & Crazy Horse
Joey Martinez

Neil Young et Crazy Horse

Français

Le nouvel album de Neil Young, «FU##IN' UP», contient des enregistrements captés dans la salle torontoise The Rivoli

FU##IN' UP , le nouvel album de Neil Young & Crazy Horse, présente des interprétations de chansons de son album Ragged Glory de 1990, enregistrées en live au Rivoli de Toronto, apparemment lors d'un spectacle secret de novembre dernier. Il présentera sa prochaine tournée sur la scène Budweiser de Toronto en mai 2024.

L'icône canadienne Neil Young ajoute à son immense discographie avec une nouvelle sortie ce printemps, un album live intitulé FU##IN UP'. L'album, mettant en vedette le groupe de longue date de Young, Crazy Horse, est composé de neuf enregistrements live de 2023 et devrait sortir en édition limitée de deux LP en avril, en partenariat avec Record Store Day. Selon le générique de l'album, il a été enregistré au club Rivoli de Toronto, ce qui signifie qu'il contient probablement des extraits du spectacle secret de Neil Young & Crazy Horse au Rivoli en novembre dernier.

Lors de ce spectacle – soi-disant une fête d'anniversaire privée pour le PDG de Canada Goose, Dani Reiss – selon des informations qui ont généré beaucoup de discussion en ligne lorsqu'elles ont été divulguées quelques jours plus tard, Young a interprété la majeure partie de son album de 1990 , Ragged Glory.FU##IN' UP présente principalement des chansons de Ragged Glory, avec de nouveaux titres tirés de fragments de paroles. («Over and Over», partagé en single, s'appelle désormais «Broken Circle».) L'album présente des performances des membres de Crazy Horse, Billy Talbot à la basse, Ralph Molina à la batterie, Nils Lofgren et Micah Nelson à la guitare et au piano, et Reiss est crédité en tant que présentateur.

continuer à éleverShow less
advertisement